Temps de lecture: 9 minutes


Aucun thème précis pour cette nouvelle participation du blog au Challenge AZ initié par Sophie Boudarel, de la Gazette des ancêtres, juste une promenade à la rencontre de personnes ou d’anecdotes rencontrées au cours de mes recherches


Catherine Bazille est la Sosa 467 de mes enfants. Elle a vécu à Parthenay à la fin du 18è siècle. Dans mon arbre familial, elle est la dernière de mes Sosa à porter le patronyme de Bazille, celui d’une dynastie de maçons à Parthenay dont je remonte la trace jusqu’au début du 17è siècle.

Dans cet article, je vous propose de suivre la lignée descendante de cette famille de maçons de Parthenay jusqu’à la Révolution.

Génération 13 – David Bazille et Françoise Chapacou

Le Bazille le plus ancien actuellement de mon arbre est un certain David Bazille, époux de Françoise Chapacou, qui est indiqué être le père de François Bazille lors de son contrat de mariage avec Perine Fromanteau, en juillet 1665.

Je ne sais quasiment rien sur le couple – les Sosa 7472 et 7473 de mes enfants – sauf que je les retrouve dans les registres de baptêmes de Chizé entre 1633 et 1636, lors de la naissance de Gabriel, André et Marie.

Cette localisation est une surprise pour moi. Chizé est en effet très au sud par rapport à la zone traditionnelle de mes ancêtres poitevins, presque exclusivement autour de Parthenay, en Gâtine.

Chizé était le siège d’une châtellenie, et entre 1613 et 1686 la ville fut le siège d’une maîtrise particulière des eaux et forêts de Poitou, en raison vraisemblablement de la présence de son immense forêt. Pourtant, la localité ne compte même pas 200 foyers.

Les registres paroissiaux, qui commencent vers 1630, y sont lacunaires. J’y ai trouvé quelques années de baptême, puis plus rien pendant plusieurs décennies. Je ne peux actuellement en savoir plus sur David et Françoise. Sont ils restés à Chizé, y sont ils morts ? Leur descendance ne semble pas y être restée, je ne retrouve pas le patronyme de Bazille dans les années suivantes. Quant au nom de Chapacou, il semble être de la région proche, j’en trouve quelques occurences dans les villages voisins à la même période.

Alors, pourquoi les fils de David et Françoise sont ils partis à Parthenay?

Car c’est à Parthenay que me conduit l’histoire familiale des Bazille au 17ème et 18ème siècles.

Si David Bazille et son épouse Françoise Chapacou ont eu trois enfants baptisés à Chizé, je leur en connais en fait six.

  • Gabriel, né le 07/01/1633 à Chizé
  • Mathurin, époux de Jeanne Barreau, inhumé à Parthenay paroisse du Sepulchre le 27/07/1685
  • André, né à Chizé le 28/01/1635
  • Marie, née le 28/12/1636 à Chizé
  • François, Sosa 3736 de mes enfants, marié en 07/1665 avec Perine Fromanteau, puis le 10/1684 avec Marguerite Panier, Sosa 3737, inhumé à Parthenay, paroisse St Laurent, le 31/03/1701
  • Daniel, époux de Marguerite Fromanteau, inhumé le 22/04/1676 à Parthenay, paroisse St Laurent.

Je ne retrouve pas d’autre trace qu’un baptême pour Gabriel, André et Marie, les enfants nés à Chizé. En revanche à partir de 1665, je retrouve régulièrement Mathurin, François et Daniel dans les registres paroissiaux des différentes paroisses de Parthenay. Ils y sont tous trois maçons, voire maitres maçons sur la fin de leur vie.

Pour confirmer qu’ils sont bien tous trois de la même famille, en l’absence de leurs actes de baptême, ou d’actes de mariage filiatifs pour chacun d’eux, j’ai dû analyser les actes à ma disposition.

Dans le contrat de mariage du 26 juillet 1665 à Parthenay, François Bazille, qui épouse Perrine Fromenteau, est dit être le fils de David Bazille et Françoise Chapacou. Sont présents Daniel Bazille et Mathurin Bazille, frères de l’époux. Le 30 octobre 1684, François se remarie après le décès de sa première épouse avec Marguerite Panier. Le contrat de mariage n’est malheureusement pas filiatif pour l’époux, mais son frère Mathurin est présent à la cérémonie religieuse, en l’église Saint-Laurent.

Je ne dispose pas d’éléments concernant le mariage de Mathurin Bazille avec Jeanne Barreau, mais lors de son inhumation, le 27 juillet 1685, dont la cérémonie a lieu à l’église du Sepulcre, François Bazille, son frère, est présent.

Génération 12 – François Bazille et ses frères

Daniel est probablement l’aîné des trois frères. Il a épousé une demoiselle Fromanteau – une certaine Marguerite -, mais je n’ai encore trouvé aucun acte pour en savoir plus. Quand il décède le 22 avril 1676, ses funérailles en l’église Saint Laurent ont lieu en présence de ses frères Mathurin et François Bazille.

François et Mathurin effectuent des travaux importants au château de la Meilleraye, au sud de Parthenay.

Mathurin Bazille participe avec Jean Duc, maitre vitrier, au déplacement d’un grand vitrail de l’église Saint-Jean.

Gallica – Titre :  Bulletin de la Société des antiquaires de l’Ouest et des musées de Poitiers
Auteur :  Société des antiquaires de l’Ouest. Auteur du texte
Éditeur :  (Poitiers)
Date d’édition :  1952-04

Mon ancêtre François Bazille travaille en 1682 pour le couvent des Capucins.

voir références ci dessus

Grâce à Alberic Verdon, j’ai retrouvé certains éléments concernant une plainte déposée par François de la Porte, seigneur de Villeneuve, contre François Bazille et son fils François, devant le lieutenant général criminel du roi à Poitiers, réglé devant notaire en avril 1686. L’acte concernant le règlement de ce litige, que j’ai pu transcrire, ne dit rien sur l’origine “criminelle” du litige, et la date m’interpelle. Je ne connais qu’un François Bazille maçon ayant un fils François vers 1685 à Parthenay, c’est bien mon ancêtre, mais son seul fils François est né en 1670. Comment à 15 ans à peine pourrait il être impliqué dans un procès ? Ma curiosité est éveillée, mais je n’ai pour l’instant pas d’autre élément.

Je n’ai également retrouvé que peu d’éléments concernant les enfants de Daniel Bazille. A priori aucun de ses fils ne semble devenu maçon à Parthenay.

Mathurin Bazille a un fils, baptisé le 5 novembre 1673 en l’église St Jean de Parthenay, qui devient maçon à son tour, à la fin du 17è et début du 18è siècle, Nicolas Bazille (1673-1732)

Mon ancêtre François Bazille, maitre maçon, se marie deux fois. De son premier mariage avec Perine Fromenteau, il a au moins trois enfants, dont François Bazile, baptisé au Sepulcre le 15 septembre 1670, est également maçon.

De son second mariage avec Marguerite Panier, il a deux fils :

  • Pierre Bazille ( 1686-1719 ) mon ancêtre, maçon
  • Mathurin Bazille ( 1690-1757 ), cordonnier, qui va être le pilier de la famille. Il est le curateur des enfants de Pierre, présent à chacun des mariages pour suppléer l’absence du père décédé très jeune. Mathurin est l’homme de la famille qui vit le plus vieux à cette époque. J’imagine que le métier de maçon n’était pas un gage de longévité.

Génération 11 – Pierre Bazile , passage du 17ème au 18ème siècle

A l’aube du 18ème siècle, ils sont trois maçons de la famille des Bazille à travailler à Parthenay. Nicolas Bazille et ses deux cousins germains François Bazille, et Pierre Bazille, mon ancêtre.

Grâce aux relevés d’Alberic Verdon, je sais que Nicolas Bazille a probablement été collecteur d’impôt. Il épouse Marie Gendreau en septembre 1697, avec laquelle il a au moins cinq enfants, dont trois fils, parmi lesquels Jacques, né en 1701, qui va lui aussi être maçon pendant une grande partie du 18ème siècle à Parthenay.

Son cousin germain François se marie le 21 septembre 1694 avec Jeanne Renou. Aucun des enfants de François ne reprend à ma connaissance le métier de son père.

Pierre Bazille, le Sosa 1868 de mes enfants, est baptisé le 15 octobre 1686 en l’église Saint Laurent de Parthenay. Comme son père et son demi frère, il devient maçon. Le 18 juin 1708, il épouse à l’église Saint-Jean Marie Madeleine Reil, jeune veuve, mère d’une petite fille. Il travaille plusieurs fois pour la forge à fer de la Peyratte, pour laquelle il effectue différentes expertises.

Le couple a quatre enfants :

  • Marie Madeleine, née le 27/07/1709, mariée en juin 1730 avec Jean Caillon
  • Jacques, né et baptisé le 31/12/1711 à l’église St Laurent, et qui épouse en juin 1734 Marie Renée Caillon, la soeur de Jean Caillon. Jacques va être maçon, comme son père
  • Gabriel, mon ancêtre, né le 10/12/1714 et baptisé à St Laurent, qui va lui aussi être maçon
  • Anne, née le 12/09/1717, baptisée à Saint Laurent, morte à l’âge de 17 ans

Pierre Bazille n’a que 33 ans quand il meurt, fin novembre 1719.

Génération 10 – Gabriel Bazille, son frère et son cousin issu de germain

Ils sont à nouveau trois maçons portant le patronyme de Bazille.

Jacques Bazille commence probablement à travailler avec son père Nicolas. Né en 1701, il épouse en septembre 1727 Françoise Poinot. Ensemble, ils ont au moins dix enfants, dont aucun semble t’il ne va devenir maçon.

  • Marie Madeleine, née le 13 décembre 1728
  • Louis Jacques Basile, né le 15 décembre 1729
  • Jacques Bazille, né le 13 novembre 1731
  • Pierre Bazile, né le 22 mai 1734
  • François Felix Basille, né le 05 octobre 1736
  • Jeanne Bazille, née le 27 décembre 1738
  • Marie Françoise Basile, née le 16 novembre 1739
  • Marie Ursule Basille, née le 20 octobre 1742
  • Marie Françoise Basille, née le 7 février 1744
  • Anne Françoise Basille, née le 7 avril 1746

Je n’ai pour l’instant rien trouvé concernant un éventuel mariage de l’un des enfants, ou leur date de décès.

Jacques Bazille est expert lors de l’estimation des bâtiments du château de la Meilleraye.

Son épouse Françoise Poinot meurt le 5 février 1761. Jacques se remarie moins d’un an plus tard, le 12 janvier 1762. Je n’ai pour l’instant pas trouvé la trace de son décès.

Le second Jacques Bazille maçon est le cousin issu de germain du précédent, fils de Pierre Bazille et de Marie Madeleine Reil.

Baptisé le 31 décembre 1711 en l’église St Laurent à Parthenay, il a 22 ans quand il épouse le 18 janvier 1734 Marie Renée Caillon.

Ensemble ils ont au moins 9 enfants, parmi lesquels je n’ai trouvé aucun maçon pour l’instant.

  • Jacques, né le 14 octobre 1735, est dans un premier temps prêtre. Sa vie est particulière et je lui ai consacré un article sur ce blog.
  • Marie George Françoise, née le 15 aout 1737, morte le 27 juin 1744
  • Marie Radegonde Bazille, née le 11 janvier 1739
  • Marie Thérèse Bazille, née le 14 novembre 1741, morte le 8 novembre 1808
  • Gabriel Bazille, né le 8 août 1744, mort quelques semaines plus tard, le 29 août 1744
  • Jeanne Bazille, née le 20 avril 1746, morte le 12 août 1749
  • Marguerite Renée Bazille, née le 16 juin 1748
  • Marie Jeanne Bazille, née le 3 octobre 1749
  • Georges Charles Bazille, né le 21 mars 1751

Gabriel Bazille, son frère, est le sosa 934 de mes enfants. Né le 10 décembre 1714, il est baptisé en l’église St Laurent de Parthenay. Son père meurt alors qu’il n’a que 5 ans, sa mère quand il en a 12. Pourtant, comme son père, il va lui aussi devenir maçon.

Il se marie jeune, à 20 ans, avec Marie Roulon. C’est son oncle Mathurin Bazille, le cordonnier, qui lui sert de curateur à l’occasion de ce mariage, pour lequel un contrat de mariage est signé le 22 janvier 1735 devant maitre Baraton, à Parthenay. Au moment de son mariage, Gabriel déclare posséder une somme de 140 livres, dont il apporte la moitié dans la communauté créée avec sa future épouse.

Une petite Marie Françoise Gabrielle nait de ce mariage, le 26 février 1736, elle est baptisé dans l’église Notre Dame de la Couldre. Quelques mois plus tard, le 7 aout 1736, Marie Roulon meurt.

Le jeune père ne se remarie que cinq ans plus tard, avec Louise Baudet, le 11 septembre 1741. Elle met au monde le 4 mai 1743 une petite fille, Louise Charlotte, qui meurt quatre jours plus tard. L’accouchement a dû être difficile, puisque Louise meurt à la fin du mois, à 33 ans seulement. Elle est inhumée en l’église Saint-Laurent.

Gabriel a 28 ans, il est père d’une petite fille de 7 ans, et déjà veuf deux fois.

Le troisième mariage est le bon.

Le 19 mai 1745, il a 30 ans quand il épouse en l’église Sainte-Croix Marie Magdeleine Bourdault, la Sosa 935 de mes enfants, qui a 21 ans et dont les origines à Parthenay sont aussi anciennes que celles de Gabriel. Son père, Gabriel Bourdault, mort au moment du mariage, était maitre marchand et la famille a du bien. D’ailleurs, Marie Magdeleine sait signer et d’une plume plus assurée que son jeune époux Gabriel.

Ensemble ils ont six enfants dont j’ai trouvé la trace :

  • Gabriel, né le 10 mai 1746, sans que je sache s’il est mort en bas âge ou arrivé à l’âge adulte
  • Mathurin, né le 23 octobre 1748, qui sera maitre entrepreneur, maçon comme son père et ses ancêtres, jusqu’à la révolution, et qui devient ensuite métayer. Mathurin a au moins huit enfants, dont à ma connaissance aucun n’est ensuite devenu maçon.
  • Jacques, né le 18 novembre 1749, maçon également
  • Catherine, mon ancêtre, née le 18 janvier 1751
  • Louis, né le 13 juin 1753, qui va devenir boulanger et vivra jusqu’en 1834, bien plus tard que ses deux frères maçons
  • Thérèse, née vers 1759

Gabriel Bazille meurt à 61 ans, le 9 mars 1776. Il est inhumé dans le cimetière de l’église Sainte-Croix.

Le neufisme jour de mars mil sept cent soixnate seize a ete inhume par moi curé soussigné dans le cimetiere de cette paroisse le corps de gabriel bazille maitre maçon agé d’environ soixante un ans ont assité a son enterement marie magdelene bourdaux sa troisieme femme maturin bazille jacque bazil ses fils marie francoise gabrielle bazille sa fille louis bellion son gendre thereze bazille sa niece pierre caillon son neveu joseph bourdeau son beau frere jen bourdeau son beau frere lesquels se sont _ sans signer

Ses fils Mathurin et Jacques sont maçons à leur tour, mais la Révolution semble mettre un coup d’arrêt à leur activité.

Mathurin quitte Parthenay pour s’installer à Chantecorps, dans la famille de son épouse Françoise Arrouet, il est désormais métayer. Il ne redevient tailleur de pierres que bien plus tard, à la fin de l’Empire, sur la fin de sa vie. Je ne lui connais pas de fils maçon.

Catherine Bazille, sa soeur, a épousé un veuf, Pierre Alnet, déjà plusieurs fois père, à qui elle va donner de nouveaux enfants, dont Louise Alnet, mon ancêtre.

Mais ceci est une autre histoire.

Sources et liens

Print Friendly, PDF & Email

2 commentaires

  1. Pour une dynastie, c’en est une ! Très sympa les sources complémentaires que tu as pu trouver sur eux, ça permet de mieux s’imaginer ce qu’ils faisaient.

  2. Une très belle étude familiale et bien contée. Et encore beaucoup de recherches à fournir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.