L’analyse de l’ADN mitochondrial permet de suivre et de remonter son ascendance maternelle, de mère en fille.

Brian Sykes, généticien anglais, un des pionniers de l’ADN mitochondrial, a exposé une théorie selon laquelle presque toute la population européenne actuelle descendrait en ligne directe de 7 femmes seulement, représentant les haplogroupes féminins U,X,H,V,T, K et J. Pour simplifier il a donné un prénom féminin à chacune de ces sept femmes théoriques : Ursula, Xénia, Helena, Velda, Tara, Katrine et Jasmine.

Mon haplogroupe mitochondrial est H5a2, selon cette théorie je descends donc d’une femme première porteuse de l’haplogroupe H, à laquelle le prénom Helena est associé.

Pour personnaliser un peu mes recherches généalogiques sur ma lignée maternelle, je lui ai donné le nom de « Filles d’Helena ».

Voici les différents épisodes.

10/08/2016 – Le clan d’Helena

15/09/2016 – Les filles d’Helena – 1 – Le cadre de mes recherches

11/10/2016 – Les filles d’Helena – 2 – Génération 12 – Les cousines Imbert

19/10/2016 – Les filles d’Helena – 3 – Le temps du doute et des hypothèses

05/08/2017 – Les filles d’Helena – 4 – Les soeurs Laventurier

05/10/2017 – Les filles d’Helena – 5 – Jeanne Baudet – Génération 11

17/06/2018 – Les filles d’Helena – 6 – Marie Jeanne Baudet – Génération 9

14/11/2018 – Les filles d’Helena – 7 – Louise Angelle Reau – L comme Louise

22/11/2018 – Les filles d’Helena – 8 – Les cinq soeurs Quintard – S comme Soeurs

20/11/2019 – Les filles d’Helena – 9 – Marie Angele Quintard – Q comme Quintard

15/08/2021 – Les filles d’Helena – 10 – Marie Rose Guignard – 1908-1969 – 1 – L’enfance

19/09/2021 – Les filles d’Helena – 4bis – Les soeurs Laventurier – mise à jour

26/09/2021 – Les filles d’Helena – 11 – Eugénie Laventurier, un mystère résolu