L’analyse de l’ADN mitochondrial permet de suivre et de remonter son ascendance maternelle, de mère en fille.

Brian Sykes, généticien anglais, un des pionniers de l’ADN mitochondrial, a exposé une théorie selon laquelle presque toute la population européenne actuelle descendrait en ligne directe de 7 femmes seulement, représentant les haplogroupes féminins U,X,H,V,T, K et J. Pour simplifier il a donné un prénom féminin à chacune de ces sept femmes théoriques : Ursula, Xénia, Helena, Velda, Tara, Katrine et Jasmine.

Mon haplogroupe mitochondrial est H5a2, selon cette théorie je descends donc d’une femme première porteuse de l’haplogroupe H, à laquelle le prénom Helena est associé.

Pour personnaliser un peu mes recherches généalogiques sur ma lignée maternelle, je lui ai donné le nom de “Filles d’Helena”.

Voici les différents épisodes.

10/08/2016 – Le clan d’Helena

15/09/2016 – Les filles d’Helena – 1 – Le cadre de mes recherches

11/10/2016 – Les filles d’Helena – 2 – Génération 12 – Les cousines Imbert

19/10/2016 – Les filles d’Helena – 3 – Le temps du doute et des hypothèses

05/08/2017 – Les filles d’Helena – 4 – Les soeurs Laventurier

05/10/2017 – Les filles d’Helena – 5 – Jeanne Baudet – Génération 11

17/06/2018 – Les filles d’Helena – 6 – Marie Jeanne Baudet – Génération 9

14/11/2018 – Les filles d’Helena – 7 – Louise Angelle Reau – L comme Louise

22/11/2018 – Les filles d’Helena – 8 – Les cinq soeurs Quintard – S comme Soeurs

20/11/2019 – Les filles d’Helena – 9 – Marie Angele Quintard – Q comme Quintard