Temps de lecture: 3 minutes

Vous souvenez vous quand vous avez assisté pour la dernière fois à une conférence généalogique en vous déplaçant pour y rencontrer d’autres généalogistes, aller à des conférences dans des salles où vous étiez assis à côté d’un ami ou d’un inconnu, aller demander des renseignements à un bénévole d’association ?

Pour moi c’était à l’occasion du Salon de généalogie organisé par Archives et Culture le 6 mars 2020. Après un petit déjeuner de blogueurs organisé par Marie-Odile Mergnac, j’avais assisté à une conférence, papoté avec quelques exposants dans les allées, déjeuné avec deux amies généalogistes dans une crêperie proche. Ce jour là les visiteurs étaient clairsemés, la pandémie approchait, les nouvelles n’étaient pas rassurantes.

Le lendemain 7 mars 2020, Geneatech avait organisé une Journée des blogueurs, nous étions une cinquantaine à y participer et la journée avait été conviviale. Quand j’y repense, je suis soulagée qu’aucun de ceux présents ce jour là n’ait attrapé ou développé le Covid. Aucune mauvaise nouvelle n’est venue entacher la mémoire de cette belle journée.

Quelques jours plus tard, il a fallu se rendre à l’évidence, la France et le reste du monde, généalogique ou non, sont entrés dans une période de gestion stricte de la pandémie.

Les annonces de report et d’annulation de conférences généalogiques, régionales ou internationales, se sont succédées. En 2020, j’avais envisagé d’aller à Birmingham pour The Genealogy Show en juin , j’avais prévu d’aller à Saint-Maixent en octobre pour les Journées de la Généalogie de l’association Genea79, je prévoyais avec mon mari d’aller quelques jours en Israël pour participer à une nouvelle édition de MyHeritageLive au début de l’automne, et j’attendais avec impatience que RootsTech London soit annoncé pour début novembre.

Un beau programme qui peu à peu s’est effacé, ajoutant à l’anxiété dans laquelle on vivait la frustration de ne même plus pouvoir aller aux archives ou rencontrer des copains généalogistes.

Le lien n’a pas été rompu pour autant, le virtuel a pris le relais, pour la généalogie comme pour d’autres activités.

Quelques passionnés nous ont proposé en juin un Salon Virtuel de généalogie très prometteur. Les plateformes de webinaires ont fait le plein de nouvelles idées. La Fédération Française de Généalogie a mis en place une plateforme virtuelle sur laquelle ont lieu des salons ou journées virtuelles. Rootstech n’a pas eu lieu à Salt Lake City, mais l’équipe de FamilySearch a mis en place une plateforme exceptionnelle qui a régalé les amateurs de généalogie.

En février 2021, Geneatech, communauté de geneablogueurs dont je fais partie, a lancé une chaine Youtube, et proposé un “Mois Geneatech“, avec une vidéo tous les jours. J’en ai profité pour développer de nouvelles compétences : l’enregistrement de videos, l’utilisation de Powerpoint, …..


Petit à petit, en France, nous recommençons à pouvoir reprendre certaines activités presque comme avant.

Et les généalogistes peuvent à nouveau se retrouver dans des salons qui enfin ne sont plus virtuels.

La semaine prochaine, j’assisterai à Saint-Maixent aux Journées de la Généalogie, organisées par le Cercle Généalogique des Deux-Sèvres, qui mettra en avant les soldats deux-sèvriens de la guerre de 1870. Je participerai à une table ronde de geneablogueurs et je rencontrerai probablement quelques cousins lointains avec qui je suis en correspondance.

Si vous souhaitez m’y retrouver, laissez moi un message, je serai ravie de vous rencontrer et d’échanger avec vous.

Fin octobre se tiendra également à Paris le 7e salon de généalogie Paris 15e, du 27 au 30 octobre 2021. Ce salon au fil des ans est devenu un événement marquant dans le petit monde généalogique français, et il propose cette année un beau programme de conférences.

J’ai repéré par exemple la conférence présentée par Raphaël Baumard sur les Archives nationales du monde du travail en ligne, un domaine que je ne connais pas du tout.

En revanche, mesures sanitaires obligent, il sera peut-être un peu compliqué d’aller voir les exposants, le nombre des visiteurs simultanés ne pouvant dépasser 150. J’aimerais aller voir le stand des archives de la Croix Rouge Internationale, pour vérifier si c’est possible directement s’ils ont un dossier au nom du père de ma tante, et en demander une copie en ligne la prochaine fois que les demandes seront ouvertes. Mais j’éviterai d’aller papoter dans les couloirs avec Heredis, Filae, la RFG ou Geneanet, alors qu’il risque d’y avoir du monde qui attend son tour dehors.

Quelques soient les mesures qui seront en place, savoir qu’on pourra enfin discuter en vrai avec certains autres généalogistes me fait chaud au coeur.

D’autres organisations ont choisi de continuer encore un peu le virtuel, comme Rootstech, dont l’édition 2022 de Salt Lake City sera encore totalement virtuelle. Il est encore un peu trop tôt pour mettre en place un événement qui repose sur les possibilités de déplacement de généalogistes du monde entier.

Mais j’espère qu’à l’automne 2022, MyHeritage pourra organiser MyHeritageLive à Tel Aviv, comme c’était prévu en 2020, et que RootsTech viendra s’installer quelques jours à Londres autour d’Halloween.

En attendant de prendre un café avec vous, à Saint Maixent, Paris, Londres ou ailleurs, je vais continuer à apprendre, à me former à de nouveaux outils ou de nouvelles techniques grâce à tous les webinaires de généalogie mis en ligne. Finalement, cette période entre parenthèses aura aussi eu des côtés positifs en nous obligeant à maîtriser les outils numériques.

Print Friendly, PDF & Email

2 commentaires

  1. Le distanciel est très pratique, notamment pour éviter des trajets inutiles. Je pense par exemple à des sessions d’une heure ou deux avec des personnes un peu loin.
    Mais le présentiel restera toujours unique. Nous avons besoin de sourires, de regards, tout ce que le distanciel a tendance à gommer via la caméra.

    Alors vive le retour à la présence.

    1. Author

      C’est tout à fait ca
      J’ai appris bien plus en distanciel que dans des conférences en présentiel. Mais l’échange et l’émulation qu’on trouve dans les salons présentiels me manquent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.