Avez -vous déjà fait des recherches sur une tombe ? La curiosité vous a t’elle poussé à chercher qui est enterré avec qui ? J’avoue que je viens de me livrer à cette recherche un peu glauque, je le concède, et le résultat est surprenant.

Je travaille sur la généalogie de Laurent Augustin Pelletier de Chambure, cousin germain d’Alexandre Pelletier de Chambure, sosa 86 de mes enfants, dans le cadre d’un des projets de Geneanet, pour reconstituer l’arbre généalogique de tous les individus dont le nom est inscrit sous l’Arc de Triomphe.

Laurent Augustin, mort du choléra le 11 juillet 1832, à son domicile au 65 rue de Lille à Paris, a été inhumé dans le cimetière du Père Lachaise. On retrouve cette information sur toutes les pages internet consacrées à Laurent Augustin, et sa tombe figure également dans la base FindAGrave., ou sur Wikimedia Commons.

Pierre-Yves Beaudouin / Wikimedia Commons / CC BY-SA 3.0

Cette tombe est également fréquemment citée dans les ouvrages consacrés au cimetière.

Gallica – Le Cimetière du Père Lachaise par Jules Moiroux – page 273

Nous prenons ensuite le sentier de Chambure, qui se trouve à droite, près d’ici, dans la direction de la petite porte Saint-André. À l’entrée de ce sentier nous apercevons, un peu sur la droite, un monument surmonté d’un buste et portant le nom de Plaisir. Ce personnage, dont on a omis d’indiquer les titres, fut tout simplement perruquier.

Plus bas, du même côté, nous rencontrons le monument du marquis de Cramayel, derrière lequel se trouve, à vingt pas environ du sentier, le tombeau de l’héroïque CHAMBURE (45).

Le colonel CHAMBURE fut le chef de cette poignée de braves qui sous le nom de Compagnie infernale, se distingua pendant le siège de Dantzick par les plus téméraires actions. Réveillé une nuit par une bombe qui éclate au dessus de sa tête, Chambure rassemble sa compagnie, marche sur la batterie dressée contre la ville et l’encloue après avoir tué tous les canonniers qui la servaient, sauf un seul qu’il charge de porterait général ennemi ce billet si connu : « Prince, il ne faut pas réveiller les lions qui dorment ! »

A quelques pas du monument de Cramayel nous voyons du même coté, derrière la sépulture en forme de tonnelle d’une jeune fille du nom de Marie, celle du docteur ROYER-COLARD, ancien médecin de Louis XVIII, frère du grand orateur qui fit retentir la tribune française des mâles accents de la liberté.

Au bout du sentier de Chambure nous trouvons l’avenue de l’orangerie. En face de nous est la Porte Saint-André, par laquelle entrent les convois des Juifs, dont le cimetière particulier est voisin. Ce petit cimetière ne contient que quelques sépultures remarquables : à l’entrée se trouve celle de la famille ROSTCHILD, ornée d’une porte de bronze. Au fond on remarque le monument en marbre de la famille SINGER et celui de la famille FOULD. Sur presque toutes les tombes les inscriptions sont en français et en hébreu. On observe encore dans ce cimetière l’antique coutume des Egyptiens et des Arabes de déposer de petites pierres sur les tombes. Pour obtenir l’autorisation de le visiter il faut s’adresser à l’employé dont le bureau se trouve ici près.

Wikisource – Le Père Lachaise historique, monumental et biographique – par M.A. Henry – 1852

Ce dernier ouvrage propose un plan du cimetière vers 1852 avec l’indication des tombes remarquables.

Quand on zoome sur ce plan, dans la partie basse au centre droit on fait une jolie découverte : un sentier de Chambure, et la tombe de Laurent Augustin dessinée sur le plan, près de l’avenue de l’orangerie et de l’avenue de Montlouis, à quelques pas du mausolée d’Abélard et Héloïse.

Comme dans la ville, la plupart des rues du cimetière, qui a beaucoup grandi, ont changé de nom. La rue Saint-André est maintenant la rue du Repos, l’avenue de l’Orangerie est devenue l’avenue Casimir Perrier, et le sentier de Chambure n’existe plus, malheureusement, remplacé par le chemin de l’Ancienne Porte. Et les tombes se sont multipliées autour de celle de Laurent Augustin.

Mais la tombe de Laurent Augustin, et de son oncle Louis-Mathurin, est toujours là.

En consultant les registres d’inhumation en ligne sur les archives de Paris, j’ai constaté que la concession existait déjà au moment du décès de Laurent Augustin, et j’ai eu envie d’en savoir plus.

Archives de Paris – Registres journaliers d’inhumation Cimetière du Père Lachaise – 13/07/1832

J’aurais pu contacter le cimetière et demander à accéder au dossier, mais n’étant pas sûre d’avoir une réponse, j’ai plongé dans les registres pour chercher qui pouvait être inhumé sous le numéro 36082.

En fait, j’ai plutôt consulté mon arbre généalogique et choisi une option logique.

Helena Blydestein, l’épouse de Laurent Augustin, était décédée très jeune, avant lui, le 17 décembre 1829, comme l’indique sa fiche dans les décès reconstitués.

J’ai donc cherché l’inhumation d’Helena Blydenstein dans les registres du cimetière du Père Lachaise. J’ai trouvé son inhumation à la date du 19 décembre 1829, avec un numéro d’ordre 36082, le même que celui indiqué pour la concession dans laquelle Laurent Augustin a été inhumé en juillet 1832. Laurent Augustin a bien été inhumé avec son épouse.

Helena est la première à avoir été inhumée, la concession perpétuelle a été prise lors de son décès, et c’est donc au niveau de sa fiche dans le registre que sont notées les inhumations suivantes, toutes les inhumations. Et il n’y en a pas trois, mais sept.

Voici les renseignements portés sur la fiche.

  • 1ere inhumation : 19/12/1829 – N° d’ordre 36082 – Helena Blydenstein, épouse Pelletier de Chambure
  • 2nde inhumation : 13/07/1832 – N° d’ordre 44123 – Laurent Augustin Pelletier de Chambure
  • 3eme inhumation : N° d’ordre 123 535
  • 4eme inhumation : N° d’ordre 174 924
  • 5eme inhumation : N° d’ordre 1197 – septembre 1884
  • 6eme inhumation : N° d’ordre 1198 – septembre 1884
  • 7eme inhumation : N° d’ordre 3801 – octobre 1897

Louis Mathurin, dont je sais qu’il est inhumé dans cette tombe, est décédé à Versailles le 14 juillet 1854. Où est il dans cette liste ? Et qui sont les quatre autres personnes ?

Commençons par aller voir qui est concerné par les inhumations 1197 et 1198 de septembre 1884. Pour cette recherche, comme je dispose d’une date mais pas d’un nom, le plus simple est de passer par les registres journaliers d’inhumation.

Je trouve l’information cherchée sur le folio 68 du mois de septembre 1884, à la date du 9 septembre 1884.

Archives de Paris – Registres journaliers d’inhumation – Cimetière du Père Lachaise – Septembre 1884

Il s’agit d’Alexandre Pelletier de Chambure, et de son épouse, Eugénie Rouget.

Alexandre est le fils de Louis Mathurin Pelletier de Chambure et de sa seconde épouse, Alida Wunderlich. Officier d’artillerie, il est né à Paris le 17 avril 1800, s’est marié à Paris le 21 juin 1836, et est mort, toujours à Paris, dans le 9e arrondissement, le 26 juillet 1868. Mais il ne faut pas que ces trois dates, qui ont toutes eu lieu à Paris, nous trompent. Alexandre est officier, et avec sa famille ils ont beaucoup bougé. Ils ont vécu à Strasbourg, à Vernon dans l’Eure, à Versailles, puis une fois qu’Alexandre a pris sa retraite de l’armée en 1854, ils ont même séjourné en Egypte où il est président de l’Institut Egyptien du Caire.

Après son décès le 26 juillet 1868, au 30 de la rue Joubert, il est inhumé au Cimetière de Montmartre, aussi appelé cimetière du Nord, dans le caveau de son oncle Denis Claude Pelletier de Chambure, le 29 juillet 1868. Il en est exhumé le 9 septembre 1884 pour être transféré à l’ossuaire du cimetière de l’Est, autrement dit au cimetière du Père Lachaise.

Archives de Paris – Répertoires annuels des inhumations – Cimetière Montmartre

Pourquoi cette exhumation ?

En juillet 1868, après son décès, Alexandre Pelletier de Chambure a été inhumé dans une tombe familiale, la concession 10 du cimetière de Montmartre, prise en 1846.

Je suis partie du principe que la concession avait pu être prise au moment du décès d’Anne Rouvière – dont j’ignorais la date et le lieu – l’épouse de Denis Claude Pelletier de Chambure. Je n’ai trouvé aucun des noms dans le répertoire annuel, mais j’ai commencé à éplucher le registre journalier, en commençant par janvier, et bien m’en a pris, puisqu’au 6 janvier 1846 j’ai trouvé l’inhumation d’Anne « Louvière » épouse de Chambure. La concession portait bien le numéro 10.

Donc Alexandre a été inhumé en 1868 dans une tombe dans laquelle se trouvaient déjà son oncle et sa tante.

Le 4 juin 1884, son épouse, Eugénie Rouget, décède. Entre temps, j’imagine que les parents d’Alexandre ont été inhumés dans la tombe de Laurent Augustin – ils seraient les inhumations 3 et 4 qu’il faut que je trouve. Les enfants d’Eugénie et Alexandre décident ils alors de faire inhumer leurs parents – ensemble – dans la tombe où se trouvent leurs grands parents ?

Il vous manque un élément pour comprendre mon cheminement.

Je vous ai dit que Laurent Augustin de Chambure avait épousé une certaine Helena Blydenstein. Mais je ne vous avais pas encore expliqué qu’Helena Blydenstein était la fille de Jan Blijdestein et d’Alida Louisa Wunderlich, cette Louisa Wunderlich qui est également l’épouse en secondes noces pour elle de Louis Mathurin Pelletier de Chambure et avec qui elle a un fils, Alexandre.

Un petit schéma me semble nécessaire à ce stade du récit.

Voici la situation des deux caveaux familiaux, celui du cimetière du Père Lachaise et celui du cimetière Montmartre, en juin 1884, au moment du décès d’Eugénie Rouget. Les cases colorées en bleu correspondent aux personnes inhumées au cimetière Montmartre. Les cases colorées en jaune orangé aux personnes inhumées au Père Lachaise, pour lesquelles j’ai retrouvé la trace de l’inhumation. Les cases en vert représentent les personnes que je pense être inhumées au Père Lachaise.

Cliquez sur l’image

Quelles ont été les décisions prises au moment du décès d’Eugénie? Y a t’il eu un conseil de famille entre les cousins issus de germains, c’est à dire les enfants d’Alexandre et Eugénie et la descendance de Claude Denis et Anne ?

Alexandre et Eugénie ont deux enfants vivants à cette époque : Blanche, l’épouse de Bernard de Montaut, député, qui vit probablement en Seine et Marne, et Emile, qui vit à Paris.

Claude Denis et Anne ont deux enfants encore vivants, Auguste qui vit à Paris et a deux enfants, et Andoche, qui a acheté le chateau familial de la Chaux, dans le Morvan, et n’a plus de raison de rester à Paris.

Y a t’il eu discussion ? A t’on décidé que les descendants de Claude Denis garderaient le caveau du cimetière Montmartre, et que les descendants de Louis Mathurin seraient inhumés dans le caveau du Père Lachaise? C’est en tout cas ce qui va avoir lieu, et il faut donc qu’Alexandre Pelletier de Chambure, époux d’Eugénie Rouget, soit transféré d’un cimetière à l’autre.

En attendant, on inhume Eugénie dans la tombe de sa tante, Jeanne Thomassine Pujol, décédée en juin 1826, concession 27316, avec son autre tante Joséphine Pujol, décédée le 2 juin 1850 à Versailles . Dans la même tombe est inhumé le 8 décembre 1860 la dépouille de Louis Tourton, décédé à Tarbes le 21 juillet 1846. Ce Louis Tourton est un personnage intéressant, issu d’une famille de banquier, général de la garde nationale, ayant fait faillite et ayant eu des mots – imprimés et toujours disponibles sur Gallica – avec le duc de Rovigo. Que fait il dans cette tombe parisienne ? Décédé célibataire, il avait laissé comme seule héritière, selon la table de successions et absences de Tarbes en 1846 une certaine Louise Eliza Pascalis, épouse Vincent, la fille de Jeanne Thomassine Pujol, et donc la cousine germaine d’Eugénie Rouget. C’était probablement un geste généreux de sa part, même si elle a refusé la succession, que de permettre à la dépouille de ce vieux monsieur, dont la vie semble avoir été agitée, de trouver sa dernière demeure au sein du prestigieux cimetière du Père Lachaise.

Eugénie Rouget a été inhumée dans une tombe qui semble être « de passage », son mari est inhumé dans la tombe de son oncle, au cimetière Montmartre. Il est probable que leurs enfants, Blanche et Emile, ont souhaité que les dépouilles soient réunies, et soient inhumées dans ce qui est en fait le caveau familial, celui de Louis-Mathurin Pelletier de Chambure, et de sa famille élargie au gendre de son épouse, qui se trouve être son neveu, et aussi la personne la plus marquante de cette tombe.

Les dépouilles des deux époux rejoignent ensemble le 9 septembre 1884 le caveau de Laurent Augustin Pelletier de Chambure.

Me voici avec quatre personnes identifiées avec certitude sur les sept que contient le caveau.

  • 1ere inhumation : 19/12/1829 – N° d’ordre 36082 – Helena Blydenstein, épouse Pelletier de Chambure
  • 2nde inhumation : 13/07/1832 – N° d’ordre 44123 – Laurent Augustin Pelletier de Chambure
  • 3eme inhumation : N° d’ordre 123 535
  • 4eme inhumation : N° d’ordre 174 924
  • 5eme inhumation : 09/09/1884 – N° d’ordre 1197 – Eugénie Alphonsine Marie Rouget, veuve Pelletier de Chambure
  • 6eme inhumation : 09/09/1884 – N° d’ordre 1198 – Alexandre Marie Bonaventure Pelletier de Chambure
  • 7eme inhumation : N° d’ordre 3801 – octobre 1897

Dans les registres journaliers, je trouve en date du 7 août 1854 l’inhumation de Louis Mathurin Pelletier de Chambure, venant de Versailles, sous le numéro d’ordre 123535. Il était décédé le 14 juillet précédent à son domicile à Versailles, le transport de corps semble avoir pris du temps.

Je m’attendais à trouver sous le numéro 174924 Louise Wunderlich, l’épouse de Louise Mathurin, la mère d’Helena Blydenstein et d’Alexandre Pelletier de Chambure. Elle est décédée à Vernon, le 9 mars 1845, à l’époque où son fils y était en garnison.

Mais sous le numéro 174924, ce n’est pas elle que je trouve, mais Pierre Rouget, inhumé dans le caveau « familial » le 30 octobre 1863. Ce Pierre Rouget avait dans un premier temps était inhumé le 2 avril 1850, à l’âge de 66 ans, dans la 32e division du cimetière du Père Lachaise, 2e section, au numéro 54. Il est probable qu’il s’agit du père d’Eugénie. Grâce à cette date d’inhumation, je retrouve dans le fichier des actes d’état civil reconstitués le décès de Pierre Rouget, il s’agit bien du père d’Eugénie.

J’ai donc identifié six des sept dépouilles inhumées dans la tombe Pelletier de Chambure, n° 36082.

  • 1ere inhumation : 19/12/1829 – N° d’ordre 36082 – Helena Blydenstein, épouse Pelletier de Chambure
  • 2nde inhumation : 13/07/1832 – N° d’ordre 44123 – Laurent Augustin Pelletier de Chambure
  • 3eme inhumation : 07/08/1854 – N° d’ordre 123 535 – Louis Mathurin Pelletier de Chambure
  • 4eme inhumation : 30/10/1863 – N° d’ordre 174 924 – Pierre Rouget
  • 5eme inhumation : 09/09/1884 – N° d’ordre 1197 – Eugénie Alphonsine Marie Rouget, veuve Pelletier de Chambure
  • 6eme inhumation : 09/09/1884 – N° d’ordre 1198 – Alexandre Marie Bonaventure Pelletier de Chambure
  • 7eme inhumation : N° d’ordre 3801 – octobre 1897

Qu’en est-il de la dernière inhumation, celle d’octobre 1897 ?

Je retrouve facilement la page qui reprend le numéro 3801 en octobre 1897. Il s’agit d’une certaine Madeleine Boury, 60 ans, habitant le 8ème arrondissement. A priori, le nom ne me dit rien.

L’acte de décès porte le numéro 1770. Il concerne une Madeleine Boury, âgée de soixante ans, femme de charge, née dans la Nièvre et décédée au 26 avenue de Friedland le 18 octobre 1897. La déclaration a été faite par Emile de Chambure – inscrit Chambière, mais la signature ne laisse pas de doute -, propriétaire, demeurant également au 26 avenue Friedland.

Emile Pelletier de Chambure est le fils d’Alexandre et Eugénie, et visiblement il est l’employeur de Madeleine Boury, à qui au lieu de la fosse commune, il offre post mortem une inhumation dans le caveau familial ….

C’est une découverte totalement inattendue, et dont je ne sais pas vraiment quoi penser. Était-ce un symbole de reconnaissance pour une employée très appréciée, l’inhumation d’une personne aimée, une relation amoureuse inconvenante pour la société de l’époque, ou un pied de nez aux usages de son entourage?

Quel beau pitch pour un roman, vous ne trouvez pas ?

Pour terminer cet article, voici le schema des relations entre les personnes inhumées dans la tombe 36082, la tombe de Laurent Pelletier de Chambure. Si vous passez au Père Lachaise, allez leur dire bonjour.

Sources et liens

Print Friendly, PDF & Email

24 commentaires

  1. Dans nombre de familles, il y eut une certaine reconnaissance pour des employés ayant consacré une bonne partie de leur vie au soin de la famille de leurs employeurs et vivant avec eux. Ces derniers, lors du décès du vieux serviteur, surtout si célibataire, l’inhumaient dans le caveau de famille dont ils faisaient finalement partie. C’était le reflet d’une relation dépassant le strict service contre paiement. Cette situation n’est pas isolée.

  2. Très belle recherche, qui représente beaucoup de travail très pointu et rigoureux, et aussi beaucoup d’opiniâtreté sur un sujet à priori limité et difficile : une tombe. Mais il ne faut pas se fier aux apparences, comme vous l’avez senti et fort bien démontré. Bravo ! Votre très bel exemple devrait être suivi car les tombes ont bien plus à nous dire qu’on ne le croit en général, par méconnaissance.
    J’ai récemment écrit un article dans lequel j’évoque la tombe, découverte, d’un homme qui sauva un de mes aïeux. Dans cette tombe du début du XIX ème siècle, ce sont une cinquantaine de personnes (sic !) qui furent inhumées, avec, par moments, bien sûr, réduction et regroupement de restes mortels.

    1. Author

      Merci à vous pour vos commentaires passionnants. Je ne suis pas une spécialiste des tombes et de l’art funéraire, c’est un sujet que je commence à aborder. ET à Paris, on a matière à chercher et trouver. Vous parlez d’un article que vous avez écrit, où peut on le lire ?

        1. Oui, c’est cela, mais mon travail de recherche fut bien plus simple que le vôtre, je vous tire vraiment mon chapeau. Je m’intéresse particulièrement au patrimoine caché, mal connu et mal aimé des cimetières, à l’art funéraire,, tout en étant généalogiste amateur, d’où mon appréciation particulière pour votre travail si minutieux, rigoureux et abouti. Vous avez ainsi fait une belle démonstration de l’intérêt des tombes anciennes, de ce qu’elles nous apprennent de la vie des familles, indépendamment de leur potentiel intérêt esthétique, architectural, sculptural ou historique au sens strict. Encore bravo.
          j’aimerais vous envoyer une info technique sérieuse pour l’entretien des monuments y a t-il un mail où je puisse vous l’adresser ?

          1. Author

            L’adresse de contact du site est sur la page d’accueil, dans le pied de page totalement à droite
            Et merci pour vos encouragements
            Brigitte

        2. Je ne suis pas très à l’aise avec l’informatique et les réseaux. j’ai suivi vos indications mais le système trouvé me demande d’ouvrir un compte, etc…
          Ne pourriez vous me joindre par mon arbre Geneanet, celui de ma famille, qui accepte les messages ?

  3. Un grand merci pour cet article passionnant dans la démarche que vous avez entreprise. Bravo pour la rigueur de votre recherche.
    Vous m’avez permis, par le plus grand des hasards, de « retrouver le fil » d’un collatéral de mes ancêtres, l’intrus de cet article, à savoir Louis Tourton, le banquier qui a trouvé d’une manière un peu particulière sa dernière demeure au sein du cimetière du Père Lachaise.
    Cet homme était apparenté avec Louis RAVEL, tous deux issus d’une famille calviniste d’Annonay (07). L’histoire familiale n’est pas banale, les affaires les ayant conduits au-delà des frontières de la France.
    Ces banquiers, qui firent faillite, avaient, par exemple, racheté en 1791 le clos de Vougeot, vignoble bien connu qu’ils revendirent en 1828 (cf google books p 278 https://books.google.fr/books?id=1tzXiGFKy9IC&pg=PA278&lpg=PA278&dq=clos+de+vougeot+tourton+ravel++propri%C3%A9taires&source=bl&ots=feaBUDiOSO&sig=ACfU3U38YMVFCJdY5HHamnkdjmyny6njHA&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjZmJzH0cjwAhU_B2MBHfrPB2EQ6AEwCnoECAoQAw#v=onepage&q=clos%20de%20vougeot%20tourton%20ravel%20%20propri%C3%A9taires&f=false)

    Je vous remercie de m’avoir permis de retrouver l’acte de décès de Louis Tourton dont je n’avais pas idée qu’il aurait pu décéder à Tarbes.

    1. Author

      J’ai effectivement en découvrant Louis Tourton vu qu’il y avait des histoires particulièrement intéressantes dans cette famille
      J’avais envie de creuser un peu, mais j’ai déjà tellement de projets en cours

      En tout cas merci pour votre commentaire

  4. Très intèressant, et j’aimerai bien faire de même avec une tombe qui se situe aussi au Père Lachaise ; je vais peut-être bientôt me lancer.
    Pour le fait d’avoir une personne étrangère dans un caveau familial, je connais un cas : un employé de ferme a passé toute sa vie dans la même ferme, à la retraite son patron le garde sous son toit, et il est de toutes les fêtes familiales ; à la mort de l’ancien fermier, sa veuve le garde à la maison et le soigne, quand il meurt il rejoint son ancien patron dans le caveau de famille

  5. Un élément de la photo de la tombe m’interpelle : la colonne brisée au premier plan à droite. Cet élément de décor est généralement signe d’une vie brisée en pleine jeunesse. Or, dans la tombe, la moyenne d’âge est plutôt élevée. Alors pour qui cette colonne ? Il y a une inscription dessus mais je ne parviens pas à la lire. Si tu as l’occasion d’aller la voir, jette donc un coup d’œil… 😉
    Mélanie – Murmures d’ancêtres

    1. Author

      Je ne connaissais pas ce symbolisme. Mais la tombe a été faite au moment du décès d’Helena qui avait 35 ans, et de Laurent, qui en avait 43. Ca me semble des vies brisées jeunes, même à l’époque, non ? Après, on a juste ajouté du monde, sans toucher au monument 🙂

    2. Je pensais que les colonnes brisées étaient signe de protestantisme !

      1. Author

        ah ca aussi c’est possible …
        Il faut que je me renseigne un peu plus sur la symbolique des monuments funéraires

    3. Puis-je me permettre ? Il ne s’agit pas d’une « colonne brisée » ayant en effet le sens d’une vie brisée en pleine jeunesse. Ces colonnes symboliques sont généralement placées à la tête de la tombe, au milieu de celle-ci, comme pour une croix. La colonne est lus haute, souvent sur un socle, et elle est brisée en biais, lors de sa sculpture. Elle est souvent accompagnée d’un lierre sculpté sur elle, signe d’immortalité au-delà de la mort physique. Il s’agit ici plus prosaïquement de l’une des deux petites colonnes qui encadraient la pierre tombale, juste devant celle-ci. On lit facilement l’absence de la seconde, disparue. Il est vraisemblable qu’un vase ou autre élément de décor, disparus, se trouvait posé sur le haut de ces colonnettes.

  6. Passionnant article. Il est vrai qu’un roman là-dessus serait très intéressant. J’écris un peu si jamais un jour vous avez envie d’aide.
    Vous parlez d’un projet sur Geneanet en lien avec l’arc de triomphe, peut-on encore s’y joindre ?

  7. Encore une recherche très intéressante. Reste plus qu’à voir des ancêtres morts à Paris.

  8. Merci pour ce formidable article. Effectivement, il y a largement matière à un roman. Tu te lances quand ?

    1. Author

      Probablement jamais 🙂
      J’ai beaucoup d’idées, mais je ne sais ni comment m’y prendre, ni si j’aurais la constance de le faire. Je vais me contenter d’articles 🙂

  9. Finalement une enquête dans un cimetière, c’est pas forcément glauque, c’est surtout passionnant 🙂

    1. LEs cimetières ne sont « devenus glauques » qu’à notreépoque moderne. enfants au débuts des années 1960, le cimetière était un but de promenade le jeudi après-midi. Lors des promenades véhiculèes du dimanche nous visitions les vieux villages et chateaux en ruine de l’Hérault, souvent nous sous arretions dans des cimetières abandonnés magnifiques, et cela ne nous empêchait pas de faire une visites aux autres cimetières qui n’étaient pas, eux, abandonnés.

  10. Une belle recherche, vive les archives conservées et numérisées !
    Dans cette famille on ne se partageait donc pas que les biens, mais aussi les dépouilles et les caveaux…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.