V comme Viking

Ecrit par

Brigitte Billard

Publié le

Temps de lecture : 4 minutes

En avril 2015, après avoir longuement réfléchi et essayé de me documenter sur les tenants et aboutissants des tests ADN en généalogie – qui je vous le rappelle ne peuvent pas être effectués en France – j’ai sauté le pas.

viking_2015_1

J’ai choisi de passer par FamilyTreeDNA en particulier en raison de leur importante base de données.

Après avoir lu un certain nombre d’articles, et écouté Cece Moore expliquer l’intérêt des analyses ADN autosomiques, c’est donc la version complète du test que j’ai commandée, et c’est mon frère, avec lequel je partage la totalité de mes ancêtres, qui a accepté de se prêter au jeu. Si j’avais fait le test sur moi, je n’aurais pu tester que mon ADN autosomique et ma lignée maternelle, sans aucune possibilité de tester ma lignée paternelle, portée uniquement sur le chromosome Y, que je ne possède pas.

Je croyais savoir à peu près où je mettais les pieds, maintenant je me rends compte à quel point j’étais naïve.

Le 9 juin, un mail m’informait que certains résultats étaient disponibles.

viking_2015_2

Seuls les résultats de l’analyse de l’ADN autosomique étaient arrivés.

Mais qu’est ce que l’ADN autosomique et que puis je en apprendre ?

Chacune des milliards de cellules de notre corps contient notre patrimoine génétique dans sa totalité. C’est ce qu’on appelle ADN, pour Acide DesoxyriboNucléique. Dans le noyau de la cellule se trouve l’ADN chromosomique, constitué d’ADN autosomique, d’ADN chromosomique X et d’ADN chromosomique Y – mais uniquement pour les garçons. A l’extérieur du noyau, toujours dans la cellule, on trouve l’ADN mitochondrial. L’ADN chromosomique X vient de notre mère, l’ADN chromosomique Y passe de père en fils, uniquement, l’ADN mitochondrial n’est transmis que par la mère, exclusivement, de mère à enfant, et l’ADN autosomique lui vient de nos deux parents. Il contient donc pour simplifier l’origine ethnique de la totalité de notre arbre génétique, mais sans qu’on puisse savoir quelles branches y sont représentées.

Le souci, c’est que chaque société qui teste actuellement l’ADN à des fins génétiques utilise une grille de lecture plus ou moins différente pour lire les résultats obtenus. FamilyTreeDNA, la société par laquelle je suis passée, fait une correspondance remontant dans le temps bien plus avant que celle faite par d’autres. En gros, leur résultat me donne des origines de mon arbre il y a 5000 ans voire plus. Bon, pas sûr que ca m’aide bien, et surtout je n’avais pas vraiment compris, mais ça peut être intéressant, intellectuellement parlant.

Les résultats se composent de quatre éléments : une synthèse graphique, des fichiers de milliers de ligne représentant l’analyse, que l’on peut ouvrir avec un tableur, mais qui sont totalement illisibles pour un non spécialiste, une liste de cousins potentiels au 5ème, 6ème degré ou au delà, et la possibilité de voir sur un graphique quel petit bout de chromosome vous avez en commun avec ledit cousin.

Voici à quoi ressemble la synthèse graphique de mes origines, selon FamilyTreeDNA

viking_2015_4

 

25% de sang scandinave, quand même ….. Autant l’Europe du Sud et un peu plus bas me parle par rapport à ce que je sais de mon arbre, autant la Scandinavie me perturbe.

viking_2015_5

Comment puis je donc avoir des origines scandinaves, moi dont les plus vieux ancêtres connus à ce jour ne sont pas allés plus au Nord que Cholet, dans le Maine et Loire. Et où sont tous mes Poitevins, 50% quand même de mes origines connues ? Avouez que c’est perturbant.

Rappelons à ce niveau que ce test nous emmène très loin dans le temps, avant même le peuplement de la Gaule. Et comme je le disais, impossible de savoir quelles sont les branches qui sont représentées dans cette analyse.

FamilyFinder me trouve une bonne quarantaine de cousins potentiels, mais la plupart sont aux Etats Unis – sans grande surprise, pour l’instant c’est là que les analyses ADN généalogiques ont le plus de succès. Je doute que mes pseudo cousins puissent m’aider à remonter une branche quelconque, ce sera plutôt moi qui pourrai peut être les aider à remonter une origine européenne. Pour l’instant, personne ne m’a contactée.

En furetant sur internet, j’ai découvert un site, GEDmatch.com, qui à partir des fichiers d’analyse vous propose une analyse plus fine, à partir d’autres bases de données constituées par des passionnés. J’ai testé leur service – gratuit, et voici quels résultats j’ai obtenus.

viking_2015_6

Les proportions ici sont un peu différentes, beaucoup plus d’Europe du Nord, mais globalement on reste sur des origines plutôt européennes.

vinking_2015_7

Cette analyse n’est pas faite sous le même angle, ce qui rend les choses encore moins simples à comprendre. La proportion d’Européens y est malgré tout majoritaire, et je ne vois plus mes Vikings.

Allez, encore une petite exploitation graphique du même fichier, sur une autre base de données.

viking_2015_8

Ici encore, beaucoup d’Européens, cette fois ci de l’ouest – mais ca correspond à quoi ? du méditerranéen, de l’Afrique du Nord et un peu d’Asie ….

Je vous ferai grâce des autres analyses, qui m’ont encore plus perdue.

Quelles conclusions tirer de tout cela ?

  • J’aurais dû passer plus de temps à essayer de comprendre ce qu’il y avait dans l’analyse FamilyFinder avant de passer commande du kit : quelles périodes, quelles méthodes ? Peut être aurais je préféré avoir une situation de mes origines autour de l’an 800, comme j’ai compris qu’une autre société américaine le faisait. J’imagine que cela aurait été plus parlant pour moi.
  • Je n’aurai le résultat des tests sur ma branche maternelle – et uniquement maternelle – que dans plusieurs semaines, et peut être même plus lontemps pour ma branche paternelle. J’espère que je comprendrai alors mieux les résultats reçus, sachant qu’une seule lignée sera alors analysée. Mais je ne suis pas que le produit de la lignée des chromosomes Y de mon père, ou de l’ADN mitochondrial de ma mère. De plus ce sont des lignées que je remonte jusqu’au début du 17ème siècle en suivant la trace du papier, et ce n’est pas là que sont mes questionnements.
  • Depuis que j’ai reçu ce fichier, j’ai envie de tester mon ADN autosomique personnel, pour comparer les résultats avec ceux de mon frère. Par curiosité, pour savoir si toutes ces analyses sont juste totalement non pertinentes, par manque de recul, manque de données, manque de moyens, que sais je encore, ou s’il y a un début de piste.
  • Mes connaissances sur les migrations de population en Europe sont proches du néant, il est temps que j’essaie de me documenter, même s’il vaut mieux laisser l’interprétation des résultats à des spécialistes qui consacrent leur vie à cet aspect de la recherche.
  • Je vais ressortir les cours de mon professeur à la Sorbonne, Régis Boyer, spécialiste des Vikings …. Il faut que j’en sache plus sur mes ancêtres non ? Et au fait, vous ne trouvez pas bizarre, vous, que j’ai  pris des unités de valeur sur la culture et la langue scandinave pendant trois ans, alors que j’étudiais l’allemand ? Et si c’était mon ADN viking qui m’y avait poussé ? …..

 

 

À propos de l’auteur :

Catégories

Rechercher

Offre spéciale

Offre d'abonnement à moitié prix à MyHeritage

Membre de

Archives

Hébergement

Ce blog et hébergé depuis 2012 chez Infomaniak. Utilisez ce lien pour héberger vos blogs ou votre cloud sur leurs serveurs

Abonnez-vous

Ne ratez plus nos mises à jour, inscrivez vous et vous recevrez un mail par semaine reprenant les derniers articles publiés sur le blog

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.