Retrouver une branche familiale inconnue grâce à l’ADN – 3

Etape 3 – Mon ADN n’est pas celui de mon frère

Temps de lecture: 7 minutes

Vous pouvez lire les deux articles précédents ici


Dans la plupart des cas si vous êtes français, les résultats de correspondances ADN que vous allez recevoir vont vous décevoir. Assez peu de correspondances, et des correspondances avec des segments d’ADN partagés plutôt faibles.

J’ai par exemple 503 correspondances – en dehors de maman, mon frère et ma soeur – sur MyHeritage, dont voici actuellement la meilleure en terme de résultat.

Pas très palpitant ….

Maman, dont les origines sur le papier sont exclusivement poitevines, a des résultats encore plus décourageants : 470 correspondances à peine, dont la meilleure actuellement concerne un arrière petit cousin – à quel degré? – avec lequel elle partage 0,7% d’ADN, soit 48,3 cM sur trois segments ….

Ma soeur a elle environ 480 correspondances, et mon frère en a 620 . Nous avons pourtant bien le même père et la même mère, mais nos correspondances ne sont pas identiques, et ne se recoupent pas forcément. De plus, toutes nos correspondances sont assez éloignées – toujours au-delà des cousins issus de germain – ce qui diminue encore la probabilité que nous ayons des correspondances totalement identiques. C’est le hasard des conceptions qui a choisi, génération après génération, quelle part de l’adn de chacun de nos ancêtres sur 7 générations environ nous avons reçu. Bien sûr, nous n’avons reçu tous les trois que ce que chacun de nos parents avait reçu de ses parents, qui était donc différent de ce que leurs frères et soeurs respectifs avaient reçu.

Prenons par exemple une de nos correspondances communes, Raphael.

Mon frère, ma soeur et moi correspondons tous les trois avec lui, mais pas maman, ce qui veut dire clairement et de façon absolue que notre ascendance commune appartient à l’ascendance de papa. Il serait impossible – sauf erreur majeure du laboratoire d’analyse – que Raphael nous soit apparenté par notre branche maternelle si Raphael n’est pas une correspondance avec notre mère.

Pour retrouver des cousinages, il est toujours plus intéressant de faire tester les personnes les plus âgées de son ascendance ou de sa parentèle proche vivante, des deux côtés de son arbre. Le rapprochement des correspondances communes suivant les branches vous donnera le premier indice de la piste à suivre.

Voici à quoi ressemble la triangulation de nos correspondances ADN à Raphael – en rouge – mon frère – en orange – ma soeur – en jaune – et moi, qui permet de visualiser à quel endroit de notre génome se trouve la correspondance constatée.

Ce petit bout d’ADN, sur le chromosome 15, me vient donc de ma lignée paternelle. A ce stade de mon analyse, c’est tout ce que je peux en dire.

Des correspondances non communes dans une fratrie

Vous l’avez compris, les membres d’une même fratrie ont des répartitions différentes de leur ADN hérité de leurs parents, ce qui leur donne des correspondances ADN différentes de leurs frères et soeurs. Et ceci dans toutes les familles, partout dans le monde.

Au delà du cousin issu de germain, qui lui a des probabilités fortes de se retrouver quelque part dans les correspondances de chacun des frères et soeurs, sans que ce soit une certitude absolue, vous pouvez donc avoir une correspondance avec un cousin plus ou moins lointain qui ne va pas apparaitre dans vos correspondances personnelles. Si vous êtes le seul de la famille à faire le test, vous ne retrouverez donc pas forcément cette branche.

C’est exactement ce qui vient de se produire dans ma famille, avec la branche de Jean Joseph Billard, mon arrière grand père, dont je vous ai raconté l’histoire lors du Challenge AZ 2017.

Peu de temps après Noël, une correspondance assez forte est apparue en tête des correspondances ADN de mon frère.

Lou est une correspondance plutôt importante, puisque qu’elle a un segment de 55,9 cM en commun avec mon frère, ce qui en fait une cousine assez proche. Enfin, assez proche par rapport à toutes ces correspondances quasiment non exploitables que j’ai …

Presque tout de suite, la personne qui gère la correspondance de Lou m’a contactée – puisque c’est moi qui gère la correspondance de mon frère. Elle avait dans son ascendance sa grand mère, une personne dont le patronyme était celui de mon grand père. Et elle savait que le père de sa grand-mère s’appelait Georges, sans bien connaître totalement les ascendants au- delà.

Georges Billard, ça a tout de suite fait tilt chez moi : et s’il s’agissait des descendants du demi-frère de mon grand-père, du fils de Jean Joseph et Caroline Paulin, ces descendants que je cherche à retrouver depuis que j’ai découvert que mon grand-père avait un demi-frère, au tout début de mes recherches ?

Deux messages via la messagerie de MyHeritage plus tard, le lien était confirmé, et nous nous retrouvions via Facebook pour nous raconter nos familles. Et je lui ai envoyé la seule photographie que j’ai de ses aîeux, celle que j’ai moi-même reçue un jour d’un descendant d’une soeur de Jean-Joseph.

Jean Joseph Billard et Caroline Paulin – Collection privée

J’ai donc, grâce à une correspondance dans une analyse récréative d’ADN autosomal, retrouvé une cousine proche dont je cherchais la trace depuis des années et j’ai partagé avec elle des informations sur notre famille, des photographies, qu’elle n’avait jamais vues. Vous continuez à dire que ce n’est pas de la généalogie ?

Essayons maintenant de voir ce qu’il en est de cette correspondance dans les résultats de ma soeur et les miens.

La capture d’écran ci-dessus montre les correspondances communes entre mon frère et ma soeur, trouvées par l’analyse faite par MyHeritage, et précise le cas échéant s’il y a triangulation, c’est à dire si un des segments d’ADN est commun aux trois personnes indiquées. Comme vous le voyez, il n’y a pas de triangulation entre Lou, mon frère et ma soeur. Ils n’ont donc tous les trois pas d’ADN en commun.

Qui plus est, je n’ai aucune correspondance, absolument aucune, en commun, avec Lou ………

La correspondance la plus importante entre mon frère et Lou est présente sur le chromosome 16, comme le montre l’image suivante.

Comme vous le voyez, le segment d’ADN que mon frère partage avec Lou, il ne le partage pas du tout avec moi et notre soeur. Et je n’ai même absolument pas la plus petite correspondance ADN avec Lou, parce que cette partie d’ADN, je ne l’ai clairement pas reçue de mon père, mais de ma mère.

Je n’aurais jamais pu être en correspondance avec Lou, et dans l’état actuel des analyses déjà faites, si j’avais été la seule de ma fratrie à faire tester mon ADN et à le télécharger sur la base de données de MyHeritage, je n’aurais pas depuis quelques semaines retrouvé les autres descendants vivants de Jean Joseph Billard, notre arrière grand père.

Retrouver un cousinage est donc très aléatoire. Cela dépend bien sûr de votre ADN, qui n’est pas totalement identique à celui de vos frères et soeurs, de la base de données à laquelle vous confiez cet ADN pour tester les correspondances éventuelles, et des personnes qui ont fait le test, ailleurs dans le monde.

Si personne dans la descendance du demi-frère de mon grand-père n’avait été testé chez MyHeritage, nous n’aurions pas pu nous retrouver pour l’instant.

Si vous faites un test ADN autosomal pour identifier quelqu’un dans votre ascendance, essayez aussi de tester les personnes les plus proches de vous des deux côtés de votre arbre : parents, grands parents, oncles et tantes, frères et soeurs. Et une fois les résultats obtenus, mettez les aussi en ligne sur d’autres bases de données pour multiplier vos chances.

Trouver un cousinage ou une personne “disparue” est beaucoup plus compliqué que veulent le faire croire toutes les “success stories” que mettent en avant les sites d’analyses génétiques généalogiques. Pour une belle réussite savamment mise en lumière, les coups d’épée dans l’eau sont de loin les plus fréquents, et avec eux l’impression d’avoir gaspillé son argent – et la protection de sa vie privée.

Pour terminer cet article, encore une fois je vous le répète, réfléchissez bien avant de faire ce genre de tests, pesez les risques, ceux que vous êtes prêts à prendre ou pas, interrogez vous sur vos réelles motivations, et ne croyez jamais que les résultats seront immédiatement à la hauteur de vos attentes. Parce que l’attente risque d’être longue, très longue ……….

Print Friendly, PDF & Email

2 commentaires sur “Retrouver une branche familiale inconnue grâce à l’ADN – 3

  1. Brigitte, c’est la démonstration la plus intelligente que j’aie pu lire jusqu’à présent sur les tests ADN “au service” de la généalogie ! C’est limpide et prouve qu’il convient de prendre tout ça avec méthode et prudence. Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.