N comme Notaire

Pour préparer ma participation au ChallengeAZ 2016, j’ai repris les recherches que j’avais faites sur ma branche parisienne, en faisant le point avec attention sur les éléments que j’avais trouvés, en relisant les actes notariés, en les transcrivant. C’est ainsi, en analysant chacun des indices que j’avais, que j’ai pu préciser qui est Louis Le Bois Duclos, mari de Louise Deshayes et père de François Lebois Duclos.

Aperçu généalogique
Branche Karcher
Nom: Louis Le Bois Duclos
Parents: Anthoine Le Bois et Marie David
Epouse: Louise Deshayes
Lien de parenté: Aïeul de mon mari à la 11ème génération
  1. Louis Le Bois Duclos
  2. François Lebois Duclos
  3. Marie Thérèse Lebois Duclos et Catherine Lebois Duclos
  4. Thérèse Devienne et Marie Angélique Landes
  5. Françoise Berard et Denis Bonaventure Pelletier de Chambure
  6. Alexandre Pelletier de Chambure
  7. Louise Arnoldine Pelletier de Chambure
  8. Marie Jeanne Jung
  9. Daniel Karcher
  10. Christiane Karcher
  11. mon mari

C’est dans le contrat de mariage de François Lebois Duclos et d’Anne Angélique Goret, le 21 décembre 1707, que j’ai trouvé pour la première fois mention de son nom (1).

Minutier Central des Notaires de Paris - MC/ET/XIII/156
Minutier Central des Notaires de Paris – MC/ET/XIII/156

Louis y est dit “Interessé dans les affaires du Roy”, ce qui signifie qu’il est dans la finance, à un des échelons de collecte des impôts. Le terme est trop générique pour qu’on puisse avoir une idée précise de ce qu’il fait.

Je le trouve ensuite le 4 juin 1720, il est présent lorsque Anne Angelique Goret est désignée tutrice des cinq enfants survivants qu’elle a eu avec François Lebois Duclos, fils de Louis : Marie Thérèze, 9 ans, Marie Angélique, 8 ans, Catherine, 6 ans, Marie Anne, 3 ans et Jacques François, 8 mois (2). Cette fois ci, il est indiqué qu’il est “cy devant notaire au chatelet de paris ayeul paternel”.

Quelle aubaine, un notaire parisien en 1720, c’est facile à retrouver …

Que nenni …. N’oublions jamais dans nos recherches que toutes les professions, les relations familiales, sont indiquées sur la foi du déclarant, du témoin. Rien ne l’empêche de faire sauter les termes “par alliance” ou “à cause de untel” quand il mentionne une parenté, ou de ressortir l’activité exercée il y a quelques années, parce que c’est celle qui donne à l’acte passé le plus de poids. Notaire un jour, notaire toujours …. certes, mais plus notaire en activité à Paris.

Mon problème majeur pour retrouver Louis, à part le “détail insignifiant” de la disparition des registres sur Paris, tient au patronyme qu’il porte. Est ce Lebois Duclos, Lebois, Duclos, Le Bois du Clos, ou autres variations du même style ? Selon les actes, j’ai pu trouver différentes graphies ou orthographes, et comme je ne me fie que peu à l’ajout ou non de majuscule, je n’étais pas sûre de ce que je devais chercher.

En reprenant mes recherches, j’ai pris cette fois ci le temps d’essayer dans la zone de recherche des notaires, sur la Salle des Inventaires Virtuels, différentes graphies, au petit bonheur. Pourquoi n’y avais je pas pensé avant ?

Archives Nationales - Salle des Inventaires Virtuels
Archives Nationales – Salle des Inventaires Virtuels

Est ce bien mon Louis, notaire à Paris de 1671 à 1677 qui s’affiche sur l’écran ? La fiche descriptive disponible montre qu’on n’a que peu d’informations sur lui, et aucun registre, ni en ligne, ni microfilmé. Pourtant, une lettre de provision d’office m’aurait bien arrangé. J’ai regardé si je trouvais autre chose concernant cette étude notariale LXXXV, et j’ai vu qu’un certain Jacques Le Beuf était notaire dans la même étude sur des dates qui se chevauchaient. Peut être ses registres étaient ils en ligne ? Malheureusement, ce n’est pas le cas, mais en cherchant à partir des mots clefs Le Beuf, j’ai trouvé une information potentiellement intéressante.

Archives Nationales - Salle des Inventaires Virtuels
Archives Nationales – Salle des Inventaires Virtuels

Cette fois, ce sont deux informations interessantes que j’avais, la notion du village d’Orly, bien avant qu’on parle d’aéroport, et un ouvrage sur les notaires de Paris.

Nouvelle recherche, cette fois ci avec l’expression exacte  “Jean Le Bois” et une limitation sur la période 1600-1700, et des informations à la pelle en retour pour une période aussi éloignée.

Archives Nationales - Salle des Inventaires Virtuels
Archives Nationales – Salle des Inventaires Virtuels

Ce qui est pratique avec les insinuations, c’est qu’on a directement dans l’inventaire analytique quand il existe le résumé de l’acte.

J’apprends donc qu’un certain Nicolas Lebois – en un mot – habitant à Orly donne à son fils Jean Le Bois – en deux mots – archer des gardes du corps du Roi, un jardin à Orly en 1646. Ce même Jean Le Bois donne à son neveu Louis Le Bois, notaire au Chatelet, demeurant au bout du Pont Notre-Dame une somme de 12 000 livres tournois. J’apprends aussi qu’une certaine Claude Le Bois et son époux promettent d’entretenir Jean, frère de Claude, contre la donation de tous ses biens. Je découvrirai plus tard que ce n’est pas le même Jean. Avouez que c’est une mine d’informations et d’indices, mais ce faisceau d’indices n’est pas encore une preuve. Comment être sûre que le Louis Le Bois notaire au Chatelet est bien le père de François – et donc l’ayeul de mes chérubins via mon mari – et qu’il s’agit bien du Louis Le Bois neveu de Jean Le Bois et petit fils de Nicolas Lebois vigneron et laboureur à Orly ? Je n’arrive pas pour l’instant à mettre la main sur le contrat de mariage – ou l’acte de mariage – de mon Louis Lebois Duclos et de Louise Deshayes. Je ne sais même pas vraiment où chercher ….

Mais c’est la découverte de l’acte de mariage de Claude Le Bois, qui épouse Jean Marblanc le 10 septembre 1674 à Orly (3) qui m’apporte la preuve qui me faisait défaut. En effet, trois Le Bois signent cet acte de mariage : Antoine, que je sais être frère de Claude au travers des documents déjà retrouvés grâce à l’aide du CEGD94, qui a mis en ligne gratuitement ses tables de dépouillement d’avant la Révolution, et 2 Le Bois non identifiés.

AD94 - BMS Orly
AD94 – BMS Orly

L’une des signatures ressemble étrangèrement à celle que j’ai identifiée comme étant celle de Louis Lebois Duclos sur l’acte de mariage de son fils François en 1707.

Une petite vérification sur Twitter ne peut pas faire de mal.

notaire_20167

Mes collègues geneanautes et gazouilleurs sont unanimes, les deux signatures sont bien de la même main.

signature_lebois

Voilà, j’ai retrouvé la famille de mon Louis Le Bois, je sais également qu’il est sieur du Clos, à la suite de son oncle archer pour lequel j’ai retrouvé des actes le qualifiant de Jean Le Bois sieur du Clos, archer garde du corps du Roy. Louis est il le frère de Claude ? Qui sont ses parents ? Je n’ai pas fini mon enquête, loin s’en faut, je vais éplucher tous les actes le concernant, probablement aussi les répertoires de ses confrères notaires de l’étude LXXXV, qui ont avec un peu de chance passé des actes le concernant. Mais j’ai gagné deux générations dans cette recherche, deux générations que je vais devoir reconstituer, dans un lieu que cette fois ci je connais un peu, la région d’Orly, mais pour laquelle il n’est pas simple d’imaginer le siècle de Louis XIV.

 

Gallica - Carte générale de la France. 001, [Paris]. N°1. Flle 1 / R. Brunet fecit. Ecrit par Bourgoin ; [établie sous la direction de César-François Cassini de Thury]
Gallica – Carte générale de la France. 001, [Paris]. N°1. Flle 1 / R. Brunet fecit. Ecrit par Bourgoin ; [établie sous la direction de César-François Cassini de Thury]
Par David.MonniauxTravail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=15385758

Sources et liens
  1. Contrat de mariage François Lebois Duclos et Anne Angélique Goret – Archives Nationales – Minutier Central des Notaires – MC/ET/XIII/156
  2. Tutelle des enfants Lebois Duclos – Archives Nationales – Registres du Chatelet – Y//4332 – en ligne sur Geneanet
  3. Mariage de Jean Marblanc et Claude Le Bois – BMS Orly 1670-1690 – vue 68/188

 

Print Friendly, PDF & Email

1 commentaire sur “N comme Notaire

  1. Tu expliques remarquablement bien le travail de bénédictin que tu effectues sur ces ancêtres parisiens. C’est un plaisir de te lire et, en plus, on apprend au passage comment effectuer des recherches poussées. Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.