Qui suis je ….

Qui suis je ….

et d’où viens je, grande question.

Je suis née dans les années 1950 en Algérie, d’un père “pied noir” depuis plusieurs générations et d’une mère poitevine, arrivée dans les bagages de ses parents à Alger pendant la Seconde Guerre Mondiale. Les origines de mon mari sont encore plus hétéroclites, avec un père né à Odessa d’une mère allemande et d’un père russe, et une mère née à Paris d’un père suisse et d’une mère charentaise.

Sans les guerres qui ont dévasté le 20ème siècle et ont jeté tellement de familles sur les routes, nous ne serions pas là, lui et moi …. Hasard ou prédestination, je ne sais pas, mais cela me conduit à jeter un regard plus attentif aux petites histoires de la Grande Histoire.

J’ai toujours aimé les histoires de famille, petite fille je demandais à ma grand mère comment nous étions alliés avec les Monnereau. Je ne retenais jamais la réponse, je ne suis pas sûre d’avoir jamais vraiment compris, mais ces histoires de cousins, de mariages, d’alliances me ravissaient.

Maintenant que j’ai du temps libre, j’ai choisi d’en passer une partie à renouer les fils de mes origines, à tisser cette toile d’ancêtres et de lieux dits un peu partout en Europe. Au fur et à mesure de mes trouvailles, je fais la connaissance de familles et de personnes dont la vie me touche ou m’interpelle, et j’ai eu envie de faire partager à ma famille et à mes amis toutes ces vies cachées dans les pages de registres et d’archives.

N’hésitez pas à intervenir sur ce blog quand une anecdote ou un sujet vous intéresse

Brigitte

4 commentaires sur “Qui suis je ….

  1. Bonsoir,
    je recherche le lieu ou habitait la famille Pelletier de Chambure à Vitteaux (21350), nom de rue et n°. il était directeur de la poste aux lettres.
    Merci et bonne soirée.
    Jean-Jacques Bonnefis.

  2. Bonjour,

    Votre article sur Antoine Tudesque m’a beaucoup intéressé. Je pense qu’une des personnes rencontrées en faisant ma généalogie, Nestor Delavaux, condamné à 7 ans de travaux forcés, a fait le voyage en Nouvelle Calédonie avec lui vers la fin de 1887. Sur sa fiche de condamné aux travaux forcés, il est indiqué que Nestor Delavaux embarque le 6 décembre 1887 sur le Magellan à destination de la Nouvelle Calédonie. Et je n’ai pas d’autres informations. Dans votre article, Antoine Tudesque “arrive à Nouméa le 4 mars 1888, et va purger sa peine au bagne sur l’Ile Nou jusqu’en 1892, sous le matricule 17636”. A noter que Nestor Delavaux avait le matricule 17683 et qu’il a été écroué au dépôt de Saint-Martin-de-Ré le 14 août 1887.
    Savez-vous si Antoine Tudesque est bien parti de Saint-Martin-de-Ré et à quelle date ? Compte tenu de la durée du trajet entre la France et la Nouvelle Calédonie, il y a de fortes chances pour qu’ils se soient trouvés ensemble sur le Magellan.
    Bravo pour votre blog et toutes vos recherches très intéressantes.
    Cordialement.
    Claude

    1. Bonjour et merci pour votre commentaire.
      Je pense qu’Antoine est parti d’Algérie, où il était en détention. Il est probable que les navires prison partaient de Saint-Martin-de-Ré et faisaient escale en Algérie puis continuaient leur voyage par le canal de Suez. Avez vous récupéré son dossier de bagne auprès des ANOM . Le service d’entraide du Fil d’Ariane aux Anom y est très efficace. Et ces dossiers de bagnards sont particulièrement instructifs. Je vais essayer de voir si je trouve mention du passage du Magellan dans les journaux en ligne sur Gallica pour l’Algérie.
      Cordialement
      Brigitte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.