W comme Wallemolen

Temps de lecture: 3 minutes

Pour cette nouvelle participation du blog au Challenge AZ initié par Sophie Boudarel, de la Gazette des ancêtres, je vous emmène sur les terres ancestrales de ma mère, dans le village de Latillé en Poitou.


J’ai choisi de terminer ce ChallengeAZ 2018, pendant le mois qui clotûre les commémorations du Centenaire de la Grande Guerre, par des articles sur les poilus de la région d’origine de maman.

  • V comme Vouillé, publié sur le blog du Cercle Généalogique Poitevin
  • W comme Wallemolen
  • X comme Xon, publié sur le blog du Cercle Généalogique des Deux Sèvres
  • Y comme Ypres
  • Z comme Zonnebeke

Aujourd’hui, c’est à Wallemolen, en Belgique, que nous nous rendons dans les pas des soldats du 68e régiment d’infanterie, appartenant à la 33e brigade d’infanterie, 17e division d’infanterie, 9e corps d’armée. 

Après un début de guerre où le mouvement et les batailles se sont enchainés, après l’échec des troupes allemandes dans la Marne, quand l’armée française a réussi à leur bloquer le chemin vers Paris, les généraux allemands envoient leurs régiments vers l’Ouest, vers la mer du Nord, dans le but de prendre les armées alliées – en l’occurence l’armée anglaise, qui assure principalement la défense de ces secteurs –  à revers – et de fondre sur la France et Paris. C’est l’épisode à l’automne 1914 auquel on a donné le nom de “Course vers la mer”.

Le 9e corps d’armée, auquel appartient le 68e RI, quitte la Marne les 20 et 21 octobre en trois groupes, d’abord en train puis en auto et camion, à destination de la Belgique, de la région d’Ypres. Le régiment passe par Hazebrouk, et arrive à Saint-Jean, au nord d’Ypres, le 23 octobre.

A 10h30 le même jour, le 68e RI se porte en tête du groupe et à 11h30, en formation de combat, il se dirige vers Fortuin, où il reçoit l’ordre de se porter dans la direction générale de Poelkappelle. Toute la journée, le régiment progresse, sous les feux croisés de l’artillerie allemande et française. A 19h, on lui donne l’ordre de s’installer dans les tranchées anglaises sur le chemin de Gravenstafel à Kersslaere, où avec le 290e RI il relève les forces anglaises.

Du 25 au 30 octobre, le 9e corps d’armée se bat pour avancer et reprendre du terrain aux allemands, en direction de Poelkappelle. A Wallemolen, le 68e RI se bat à côté du 290e RI, et les pertes sont nombreuses sur les cinq jours de combat. Le site MemorialGenweb recense 187 décès à Wallemolen sur octobre et novembre 1914, en quasi totalité des soldats appartenant au 68e RI ou au 290e RI.

Mémoire des hommes – JMO du 68e RI

Ils sont deux soldats de Latillé, figurant sur le monument aux morts et dans le livre d’or, à être tombés en cette fin octobre 1914 à Wallemolen.

Louis Aimé Robin ( 1890-1914)

Louis Aimé ROBIN
Né le 5 août 1890 à Béruges
Fils de René Robin et de Madeleine Branger
Classe 1910 – Poitiers – Matricule 1069
Soldat au 68e regiment d’infanterie
Tué à l’ennemi le 25 octobre 1914 à Wallemollen – Belgique
Monument aux Morts de Latillé
Livre d’Or de Latillé

Louis Joseph Alfred Tourneau ( 1888-1914)

Louis Joseph Alfred TOURNEAU
Né le 9 février 1888 à Latillé
Fils d’Eugène Alfred Tourneau et d’Elisa Marie Martineau
Classe 1908 – Poitiers – Matricule 1081
Soldat au 68e régiment d’infanterie
Tué à l’ennemi le 31 octobre 1914 à Wallemollen – Belgique
Monument aux Morts de Latillé
Livre d’Or de Latillé

Sources et liens

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.