Un point sur mes recherches – 1/4

Dernièrement, ma fille à qui j’essayais de parler de ses ancêtres parisiens, m’a fait cette reflexion pertinente : “Mais tu en es où en fait ? Parce que j’ai un peu l’impression que tu t’éparpilles ..” Et c’est vrai que je m’éparpille, ou du moins que j’en donne l’impression.

Alors j’ai pensé qu’il était temps de faire un point sur mes recherches, branche par branche, et de voir si j’ai un  peu progressé depuis l’année dernière, quand j’avais fait le même point sur l’avancement de mon arbre, en novembre 2013.

Aujourd’hui, je vais vous présenter ce que je sais de la branche Snejkovsky, celle du père de mon mari, et vous présenter les ancêtres les plus vieux retrouvés dans cette branche, les difficultés que je rencontre, et mes lignes de recherche pour 2015.

Situation en octobre 2014

Parce qu’un beau dessin parle toujours plus qu’un long discours, voici l’éventail généalogique ascendant de Boris Snejkovsky.

Arbre ascendant Boris Snejkovsky - en date octobre 2014
Arbre ascendant Boris Snejkovsky – en date octobre 2014

Comme vous le voyez, je n’avance pas bien vite sur cette branche.

Au niveau géographique, l’étendue de la zone concernée est impressionnante.

Voici ci dessous un tableau analysant l’état de mes recherches, et l’évolution par rapport à novembre 2013.

Statistiques branche Snejkovsky
Statistiques branche Snejkovsky

Ma seule avancée quantitative de l’année, c’est la découverte du nom des parents du couple Kuehner-Schoennagel, à la génération 6. Toutes ces découvertes, je vous les ai présentées dans l’article De Stuttgart à Odessa. J’avais pu faire quelques découvertes passionnantes concernant les origines allemandes d’Adele Kuehner, ses ancêtres dans la région de Stuttgart. Sur ce plan, c’est mon voyage à la bibliothèque de Salt Lake City qui m’avait permis de retrouver cette nouvelle génération, et surtout d’en apprendre beaucoup sur cette famille, qui vivait dans la seconde moitié du 18ème siècle à Stuttgart.

Parallèlement, j’ai entrepris cette année de trier et scanner les papiers de famille d’Adele et Michel, les grands parents de mon mari. Certains des documents, certaines des photos, je vous les ai présentés lors du Challenge AZ 2014. J’ai encore de nombreux documents à scanner, faire traduire, et tenter d’exploiter.

Johann Martin Kuehner – Johanna Christiane Dorothea Schoennagel

Johann Martin Kuehner est né le 8 février 1764 à Nussdorf (1), à quelques kilomètres de Stuttgart. Il est le fils de Johann Martin Kuehner, et comme il porte le même prénom que son père, j’ai tendance à penser qu’il est le fils ainé, et de Catherina Rapp. Son père est cultivateur.

FHL Salt Lake City - Microfilm 1184588
FHL Salt Lake City – Microfilm 1184588

En 1778, lors de la fête de Quasimodo(2), le jeune Johann Martin est confirmé. Il a 13 ans.

 

FHL Salt Lake City - Microfilm 1184590
FHL Salt Lake City – Microfilm 1184590

 

Plus tard, il quitte Nussdorf et part s’installer à Stuttgart, où il est policier. Il a 33 ans quand il épouse, à la Stiftskirche, à Stuttgart, Johanna Christiana Dorothea Schoennagel (3),l’ainée des enfants de Johann Georg Schoennagel et Maria Christiana Mueller. Le père de Johanna est artisan, il semble qu’il soit platrier, même si je ne suis pas sûre ni de la transcription que j’ai faite du mot allemand, ni de ce que le métier recouvre en cette fin de 18ème siècle.

FHL salt Lake City microfilm 1055690
FHL salt Lake City microfilm 1055690

Johann Martin et Johanna ont au moins 10 enfants, tous nés à Stuttgart, à l’ombre de la Stiftskirche, la principale église évangélique de Stuttgart, puis de la Sankt Leonard Kirche.

En 1808, quand son fils Friedrich Wilhelm est baptisé, la situation professionnelle de Johann Martin doit être correcte, puisque c’est le conseiller à la guerre Günther von Römer qui est le parrain de l’enfant (4).

 

FHL salt Lake City  - microfilm 1054325 et 1055650
FHL salt Lake City – microfilm 1054325 et 1055650

Un petit Carl Eduard nait encore en 1812, a priori le dernier des enfants de la fratrie.

Le 27 juillet 1812, Johann Martin décède, il a 48 ans. (5)

Le 20 septembre 1813, Johanna Christiana Dorothea se remarie, avec Johann Jakob Kürz, qui était le parrain du petit Carl Eduard, et donc un proche de la famille.

Voilà tout ce que je sais à l’heure actuelle de la famille Kuehner-Schoennagel à Stuttgart.

Difficultés et pistes de recherche

Après le remariage de la mère, je n’arrive pas à continuer l’histoire de la famille. Comme vous le voyez avec les images qui illustrent cet article, une des premières barrières, c’est la langue. Je ne suis pas une spécialiste de la paléographie allemande. Je parle couramment allemand, certes, et heureusement, car sinon il me serait juste impossible de chercher des actes concernant cette famille dans les registres. Mais il me faut du temps, beaucoup de temps, pour parcourir un registre. Le second problème, c’est la disponibilité des registres. Ils ont été microfilmés par les Mormons, et sont donc en libre accès dans la Family History Library, à Salt Lake City. Pas vraiment la porte à côté. Bien sûr, je peux les faire venir dans un centre proche de chez moi, c’est une option que j’envisage pour 2015.

Je sais que ces registres font l’objet d’une indexation par Family Search, alors régulièrement, j’interroge la base de données de Family Search sur ces différents patronymes. J’ai aussi complété cette partie de l’arbre dans le grand arbre en ligne de Family Search, en espérant qu’un jour, un autre descendant du couple Kuehner-Schoennagel viendra s’y greffer, pour partager avec moi ses informations.

Je sais d’autre part, pour les y avoir vus, qu’il y a de nombreux ouvrages sur le Baden Würtemberg et l’émigration au début du 19ème siècle toujours à Salt Lake City. Il ne me reste plus qu’à espérer pouvoir un jour pas trop lointain retourner y faire des recherches …

Pour les autres branches de cet arbre, Family Search, encore et toujours, a commencé à indexer les registres orthodoxes de la province de Kiev et le recensement de 1896 d’Odessa. Je suis incapable de participer à cette indexation, j’ai déjà un mal fou à déchiffrer le russe d’imprimerie moderne, juste déchiffrer sans comprendre, alors déchiffrer du russe manuscrit du 19ème siècle, ca m’est totalement impossible. Mais là aussi, j’espère que les indexeurs, un jour, vont me permettre d’accèder à des information ô combien précieuses.

Reste Venise, la ville d’origine de Teresa Porro ….. Tout ce que je sais d’elle, c’est que la totalité de sa famille y était morte du choléra et que de la famille lui a proposé de les rejoindre à Odessa. Il y a bien des Porro à Odessa, grande famille de marchands, mais comment les rattacher à Teresa quand on ne connait aucune des familles. Quand Teresa se marie en 1868, elle a une vingtaine d’années. Je cherche donc à Venise une Teresa Porro – ou Louisa Teresa Porro – née aux alentours de 1848, et disparue des radars vénitiens vers 1865 après la mort de toute sa famille. Ce n’est peut être pas une totale impasse, mais je n’ai pas encore pu avancer sur ce point.

La prochaine fois, j’aborderai la branche Karcher, sur laquelle j’ai fait en 2014 des découvertes intéressantes ….
[Johann Martin Kuehner – Sosa 72] [Johanna Schoennagel – Sosa 73]

Sources et liens
(1) Kirchenbuch Nussdorf – FHL Salt Lake City – BMS Nussdorf Band 1 – microfilm 1184588
(2) Wikipedia – Fête de Quasimodo
(3) Kirchenbuch Stuttgart – FHL Salt Lake City – Mariages Stiftskirche Stuttgart 1699-1799 – microfilm 1055690
(4) (5) Kirchenbuch Stuttgart – FHL Salt Lake City – MBD Hopitalskirche Stuttgart 1800-1820 – microfilm 1054325
Print Friendly, PDF & Email

5 commentaires sur “Un point sur mes recherches – 1/4

  1. Bonjour Brigitte,

    J’imagine les heures passées à étudier les papiers en ta possession, rapprocher leur contenu avec ce qui reste connu de la tradition orale, se documenter sur l’histoire d’Odessa et les mouvements migratoires d’Italie ou d’Allemagne, la recherche de sources potentielles et de leur localisation pour pouvoir progresser, la mise en place d’un plan de bataille pour tirer un maximum de profit de ton séjour à Salt Lake City, sûrement un peu de découragement quand on est face à quelques lignes qui ressemblent à du charabia mais dont on sait qu’elles contiennent des informations précieuses pour notre recherche, etc ….

    Donc oui, chapeau bas !

    Personnellement ce sont ces recherches en terrain inconnu qui m’apportent le plus de plaisir. Enfin … quand on trouve quelque chose bien sûr. 🙂

    Ce post donne une bonne raison, s’il en fallait une, de rester un lecteur fidèle.

    Merci ! Et bon courage !

    Pierre-Louis

  2. Je suis très impressionnée par tes recherches en pays étranger. Je comprends bien la difficulté de déchiffrer des textes manuscrits anciens en allemand ou en russe. C’est comme pour moi en japonais. Quant à la réflexion de ta fille, c’est vrai qu’on doit changer de branche quand on est bloqué quelque part, mais on y revient ensuite. Ce serait bizarre de ne travailler QUE sur une branche jusqu’à ?? sans regarder les autres. Je n’appelle pas cela s’éparpiller. Alors, bonne chance pour la suite !

  3. Bonjour !
    Fichtre ! L’étendue de ces recherches est en effet impressionnant ! Je te souhaite de pouvoir faire venir les registres depuis Salt Lake City pour avancer encore un peu. Belle preuve de ténacité en tous cas !
    J’ai bien aimé ton tableau récapitulatif des avancées par année, je vais essayer de suivre ton exemple.
    Et sinon, petite question : avec quel outil as-tu fait la superbe roue d’ascendance au début de l’article ?

    1. merci pour ce commentaire, Claire
      Ma superbe roue d’ascendance, c’est l’application Family Tree sur mon Ipad qui la fait. C’est un logiciel Mac payant, je me suis offert la version Ipad, que j’utilise pour présenter ma généalogie à mes proches, ou pour en sortir de superbes graphiques. J’exporte mon Gedcom de mon logiciel Heredis, je l’injecte dans Family Tree et je fais de jolis dessins

      1. Merci pour ta réponse. J’ai téléchargé la démo de MacFamilyTree et c’est vrai que certains de leurs graphiques sont bien sympathiques, notamment l’éventail généalogique !
        Pour info, moi qui suis plus intéressée par une version desktop, dans un usage comme le tien de pure consultation, la version démo parait suffisante (la seule restriction étant l’impossibilité de sauvegarder).

        ++
        Claire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.