Sur la piste des Dabzat

Fin novembre, les archives départementales de la Charente ont mis en ligne les registres d’état civil de la commune de Saint Claud.

J’attendais depuis longtemps d’y avoir accès, puisque c’est là qu’est née en 1888 la grand mère de mon époux, Jeanne Dabzat, dont je n’avais pas encore pu remonter l’ascendance.

Je ne savais que peu de choses : son père Jean était mort quand elle était en bas âge, elle avait été partiellement élevée par son frère aîné prêtre qui était mort noyé. Avec ça, difficile d’aller bien loin. Le couple formé par ses parents, Jean Dabzat et Marie Sinsous, indiqué dans l’acte de mariage de Jeanne,  n’apparaissait dans aucune des bases de données que j’avais interrogées et je ne trouvais pas de trace de la famille dans les recensements de 1886 et 1891 de Saint Claud. Bref, j’étais dans une impasse et j’espérais que l’acte de naissance me donnerait quelques indices.

Acte de naissance de Jeanne Dabzat - AD16

Acte de naissance de Jeanne Dabzat – AD16

Acte de naissance de Jeanne Dabzat - AD16

Acte de naissance de Jeanne Dabzat – AD16

 

39. L an mil huit cent quatre vingt huit, le vingt cinq novembre à dix heures du matin acte de naissance de Jeanne Dabzat, du sexe féminin, née le vingt quatre novembre courant à quatre heures du soir, au domicile de ses père et mère fille de Jean Dabzat, forgeron, âgé de cinquante deux ans, et de Marie Sinssous, sans profession, âgée de quarante cinq ans, mariés et domiciliés à Champlaurier commune de Saint Claud Dressé par nous Henri Brumauld des allées, maire, officier de === l’etat dicil de la commune de Saint-Claud, chef lieu de canton, département de la Charente, sur la présentation de l’enfant et la declaraiton faite par le père en présence d’Etienne Guinot boulanger, âgé de soixante neuf ans, et d’Octave Brouillet, receveur buraliste, âgé de cinquante quatre ans, tous les deux amis du déclarant, domiciliés séparément au chef lieu de la commune de Saint Claud, témoins qui ont signé avec le déclarant et Nous le présent acte après lecture.

L’acte ne contenait pas autant d’éléments que j’aurais pu le souhaiter, mais j’en ai retiré quelques nouvelles informations : les parents de Jeanne sont âgés à sa naissance, 52 ans pour le père, 45 ans pour la mère, ce qui est conhérent avec la notion de la petite orpheline élevée par le frère aîné.  Le père est forgeron, élément dont je ne me souviens pas d’avoir entendu parler. Enfin je découvre que l’enfant est née à Champlaurier, lieu dit probable de la commune de Saint Claud.

A défaut d’éléments plus directement exploitables, j’ai tapé Champlaurier dans mon moteur de recherches préféré …

Oh miracle, il y a à Champlaurier, lieu dit situé à la fois sur Saint Claud et sur Nieuil, une importante forge. Une forge, un haut fourneau, un père forgeron …. Voilà l’élément qui me manquait pour progresser.

Historique :

Un haut fourneau est construit au 17e siècle. En 1837, le propriétaire, de Marcieu, ajoute un deuxième feu d’affinerie à sa forge. Le haut fourneau est éteint à la fin du 19e siècle, mais la forge continue à traiter des fers ou des aciers du Midi jusqu’au début des années 1930. L’affinerie et l’atelier de réparation sont transformés en logement. L’ensemble est situé à cheval sur deux communes, Nieuil et Saint-Claud. L’effectif en 1840 est de 37 personnes.

- Source Inventaire Poitou Charente -
Carte établie à partir de Geoportail

Carte établie à partir de Geoportail

Un petit tour dans les recensements de 1891 de Nieuil, cette fois ci, et non plus de Saint Claud, me permet de retrouver Jeanne et ses parents, et ô surprise, une soeur et non pas un, mais deux frères ….

Recensement Nieuil 1891 - AD16

Recensement Nieuil 1891 – AD16

En 1886, la famille est également recensée sur la commune de Nieuil, cette fois ci sur le village de Putier, que j’ai également indiqué sur la carte. Et cette fois ci, j’ai un troisième frère, Paul, qui a 14 ans et est déjà forgeron comme son père. En 1891, à 18 ans, il n’est plus au foyer familial, et trop jeune pour être au service militaire.

J’ai vérifié le recensement de 1881, tant à Nieuil qu’à Saint Claud, et je n’ai plus de trace de la famille ……

En revanche, j’ai trouvé l’acte de décès de Jean Dabzat, le père de famille, le 28 août 1893, à Nieuil. Et grâce aux renseignements que j’y ai trouvé, me voici partie sur la piste des Dabzat en Dordogne, sur la commune de Jumilhac-le-Grand.

Mon enquête ne fait que commencer, il va me falloir maintenant découvrir la Dordogne, apprivoiser une autre organisation d’archives départementales, reconstituer les fratries, essayer de comprendre ce qu’il est advenu des frères et soeurs de Jeanne, et de leur éventuelle descendance, totalement inconnue de ma belle mère. Et si j’en crois mon instinct – qui se trompe assez peu en généalogie – c’est vers la Haute Vienne, toujours pas en ligne, que je retrouverai la mère de Jeanne ….. Une chose est certaine, je suis loin d’en avoir fini avec la chasse aux ancêtres.

Sources et liens

  • Archives départementales de la Charente – Etat Civil de Saint Claud – 1883-1892
  • Archives départementales de la Charente – Recensement de Nieuil – 1886 et 1891
  • Archives départementales de la Charente – Recensement de Saint Claud – 1881
  • Dossier inventaire Poitou Charente – Champlaurier

Comments

  1. says

    Waouh ! C’est toujours très excitant de voir une branche se débloquer soudain. Voilà de quoi t’occuper un moment, je pense.
    PS Tu t’es un peu emmêlée les doigts sur les touches, dans la transcription de l’acte de naissance : “dicil” pour “civil” et “déclaraiton” pour “déclaration”, rien de grave, on l’a tous fait plusieurs fois ;)

  2. says

    Quand j’ai vu Jumilhac, j’ai tout de suite pensé à toi François et bingo tu as deja commenté ;)

    Bonnes recherches Brigitte!! Pas facile au début de se réadapter à un autre site des AD. J’espère que c’est un logiciel agréable…

    • Brigitte says

      Quand j’ai lu Jumilhac sur l’acte de décès, je me suis dit Bingo, je suis sur les terres de François :) Le visionneur est correct, je le connais déjà, mais je suis moins fan de l’ergonomie du site …
      Brigitte

      • says

        Tu peux aller jeter un oeil sur mon arbre, il y a pas mal d’habitants de Jumilhac du XIXe siècle ! Et oui, ce sont nos terres, hahaha ! Le château est encore habité par un cousin descendant des Chapelle.

  3. says

    Pour une première recherche sur la piste de ton intuition, tu peux aller jeter un coup d’œil sur la base cdentrar (pour chabatz d’entrer, finissez d’entrer, formule d’accueil limousine et groupe de discussion généalogique.
    La base regroupe nombre de mariages haut-viennois de 1803 à 1892 relevés sur les TD.
    La piste aux trésors continue…

    • Brigitte says

      Merci, je vais aller fouiller par là. J’espérais éviter la Haute Vienne et une nouvelle frustration, mais quand je vois où se situe Jumilhac, plus le nom Sinsous qui fait très Vienne Haute Vienne, je crains de devoir aussi planifier une visite à Limoges
      Brigitte

      • Brigitte says

        A priori rien dans la base, mais merci du lien, je viens de l’ajouter dans mon Pearltrees.
        Epluchage des registres de Jumilhac au programme de cette fin d’année
        Brigitte

  4. says

    Je descends des d’Abzac en Dordogne. Il y a peut-être un lien ! En tout cas, courage avec les archives de Dordogne qui étaient très mal tenues et souvent avares de détails. J’ai aussi beaucoup d’ancêtres de Charente et de Dordogne qui viennent de la Haute-Vienne et ça m’énerve car les archives ne sont pas en ligne.

    • Brigitte says

      A priori la lignée Dabzat qui me concerne est partiellement remontée sur Geneanet, je vais analyser tout ça et approfondir …. Va t’on trouver une relation entre ton arbre et celui de mes enfants ? Suspens …..
      Brigitte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>