L’énigme Pierre Bremand – Jeanne Gousseau

Janvier, c’est le mois de l’épine généalogique, de l’énigme sur laquelle nous butons malgré nos efforts …

Il ne m’a fallu que quelques minutes pour savoir que je vous parlerais une fois de plus du couple Pierre Bremand – Jeanne Gousseau, un des murs de briques, comme disent les anglosaxons, de ma généalogie.

Je vous ai déjà parlé d’eux deux fois , et depuis le dernier article où je les avais mentionnés en février 2013, je n’avais pas retravaillé sur ce couple. Alors pour commencer cet article, j’ai préparé une ligne de vie par couple pour mettre au clair ce que je sais – et souligner tout ce que je ne sais pas.

Ligne-de-vie-Bremand-Gousse

Pierre et Jeanne apparaissent pour la première fois pour le baptême de leur fils Jacques en 1777 à Thenezay, dans les Deux Sèvres, à la limite de la Vienne.

Carte administrative de la région de Thenezay

Carte administrative de la région de Thenezay

 

La commune de Thenezay, chef lieu de canton, est socialement liée avec les communes limitrophes de la Vienne, Cherves, Chalandray …

J’ai pour l’instant utilisé deux approches pour rechercher le mariage de mon couple , mais sans mettre en place une organisation stricte :

  • un début de technique de l’escargot avec Thenezay comme point de départ
  • une recherche sur Geneanet des communes où l’on trouve les deux patronymes, seuls ou ensemble

La mise à plat de la ligne de vie, sur la durée de vie que je connais de mes époux, m’interpelle. Ils auraient eu leurs premiers enfants à un âge particulièrement avancé, si l’on prête quelque crédit à l’âge indiqué sur leur acte de décès. Du coup, je remets sérieusement en doute les âges indiqués, je pense qu’on est plus dans un créneau de moins 5 à 10 ans par rapport à l’âge indiqué.

J’ai donc un Pierre Bremand, né entre 1730 et 1740 je ne sais où, sachant que le patronyme est très présent en Vendée, mais également dans les Deux Sèvres et assez peu sur la Vienne à cette période – d’après les sources Geneanet que je trouve – et une Jeanne Gousseau, née entre 1740 et 1750 plutôt dans les Deux Sèvres. Ils se seraient mariés avant novembre 1777, ça au moins c’est sûr, puisque au moment du baptême de leur fils Jacques ils sont dit mariés …. Mais s’ils ne sont pas du coin, qu’ils se sont enfuis de chez eux sans être mariés ……. Non, je crois que la piste romanesque de la fuite des amoureux peut être abandonnée, vu l’âge des tourtereaux j’ai davantage à faire avec une histoire toute classique d’un laboureur, probablement un fils second ou troisième né, parti un peu loin pour trouver une terre à cultiver. C’est du côté des Gousseau qu’il faudrait que je cherche le mariage, il est vraisemblable que le mariage aura eu lieu dans la paroisse de l’épouse. En même temps, en 1777, rien ne m’assure que le mariage sera suffisamment documenté si je le retrouve pour remonter une ou deux générations supplémentaires.

Au point où j’en suis, que me faudrait il pour trouver un nouvel indice ?

Il me faudrait fouiller dans les actes notariés de Thenezay ou autour à la recherche d’actes concernant les Bremand.

Les fils de Pierre et Jeanne, un des Jacques et Pierre, ont épousé des veuves d’artisan, il est donc probable qu’il y ait eu au moment de leur mariage un contrat, sur lequel on pourrait peut être trouver un indice, tout petit ….

Peut être y a t’il eu un contrat de mariage quand Renée Bremand, mon ancêtre, leur fille, s’est mariée pour la première fois, peut être y a t’il une indication dans ce contrat, ou dans l’inventaire après décès de son époux Jean Victor Renault ?

Je peux bien sûr continuer à éplucher des registres au hasard, mais cela ressemble plus à du temps totalement perdu qu’à une vraie recherche.

Donc, en attendant d’aller un jour peut être aux archives de Niort, je vais espérer que l’un des lecteurs de cet article ait une idée que je puisse exploiter, ou fasse très gentiment quelques recherches pour moi en se rendant aux archives des Deux Sèvres. Et puis surtout, peut être un internaute va t’il un jour taper dans son moteur de recherche préféré son patronyme, tomber sur cet article et me contacter avec des informations inédites ….

Ma bouteille à la mer est lancée, n’hésitez pas à me laisser vos commentaires ou vos idées. En attendant, je vais laisser à nouveau de côté Pierre et Jeanne, mon énigme à suivre …

Sources et liens

[associated_posts]

Comments

  1. WdF says

    Bonsoir,

    Si je n’ai malheureusement pas LA réponse qui vous permettra de briser le “mur de briques” auquel vous êtes confronté, je vous livre néanmoins quelques réflexions et indications qui vous permettront, je l’espère, de créer une première brèche.

    Ainsi, avez vous pris en compte les variantes du patronyme BREMAND lors de vos recherches avant 1777 ? Vous n’êtes pas sans savoir que l’écriture des curés n’était pas toujours lisible et les BREMAND pourraient en réalité être des BREMENT, des BREMAUD, BREMAULT, BREMEAU, etc…

    Une exploration des registres, côté Deux-Sèvres (la Vienne n’est pas mon terrain de jeu…) fait ressortir 3 couples correspondant à une de ces variantes et qui pourraient, pourquoi pas, être les parents de votre Pierre :

    1) Jacques BREMAULT et Marie BARGEAULT, mariés à Aubigny le 05.07.1728 ;
    2) Pierre BREMAUD et Renée LORIOUX, mariés à Aubigny le 19.01.1734 ;
    3) Michel BREMAUD et Françoise BARGEAULT, mariés à Aubigny le 08.02.1734.

    Si la “tradition” consistant à donner le prénom du père au premier fils est “respectée”, vous devriez d’abord creuser du côté du couple BREMAUD-LORIOUX.

    Les témoins cités dans ces différents actes (TOUCHAUD, BROTTIER, BOUSLAIN, CHISQUET) vous diront peut-être quelque chose ; vous les avez peut-être croisés dans d’un acte ultérieur… N’est-ce d’ailleurs pas le cas du patronyme BROTIER en 1783 ?…

    Par exemple, il y a un Charles BROTTIER qui meurt à Thénezay en avril 1785.

    D’acte en acte, de témoin en témoin, vous devriez pouvoir recomposer la parentèle (élargie) BREMAND / BREMAUD (etc…) et finalement mettre la main sur les actes que vous désirez.

    L’idéal serait bien sûr de mettre directement, facilement, la main sur le contrat de mariage BREMAND-GOUSSEAU. Mais vu le nombre d’études qui pourraient avoir enregistré le contrat, la probabilité de le trouver est-elle si forte ? Nos ancêtres auraient sûrement conseillé de ne pas mettre tous les oeufs dans le même panier.

    Désolé de ne pas pouvoir vous aider davantage.

    Bon courage pour ces recherches.

    • Brigitte says

      Bonjour et merci pour ces conseils.
      J’ai déjà cherché sur les Bremont autourd de Cholet, il y a aussi des associations phoniques possibles, mais sans plus d’indication ca fait un peu bouteille à la mer …..

  2. says

    Le contrat de mariage peut aider, mais sinon tous les parrains marraines sont de Thézenay ? J’ai débloqué une ligne un jour en allanrt chercher dans la paroisse d’une marraine…
    Pas d’autres enfants mariés ou décédés qui seraient nés avant Jacques et peut-être ailleurs ?

    • Brigitte says

      Bonsoir et merci de tes réponses, ici et sur Twitter.
      J’ai étudié la piste des parrains et marraines, a priori pas de liens, il faudrait que je remonte leur généalogie sur une ou deux générations, mais avec juste un nom, pas toujours simple
      pour les enfants, j’ai utilisé les tables décennales de Thenezay et listé tous les Bremand de Thenezay et autour, ils descendent tous des trois fils que j’ai repéré.
      J’ai aussi un peu fouillé dans les recensements, sans plus de succès ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>