L’énigme Marie Lailus

 

Le 25 mars 1805, Louis François PINEAU décède à Cramard – Vienne. C’est son épouse, une certaine Marie LAILUS, 46 ans, qui déclare le décès (1).

AD86 - Acte de décès de François Pineau

AD86 – Acte de décès de François Pineau

 

décès de louis pinault
===
mairie de cramard
arrondissement communal de poitiers du
qatre germinal an tréze de la république fransaise
acte de décés de louis pinaut Laboureur décédes d au
jourhui a cincq éur du soir au bourg de cramard
ancéette commune agé de cincq quante six ans
marié a marie lailus né en cétte commune de
cramard departement de la viénne sur la déclaration
anous faites par la citoyénne marie lailus qui a dit
éstre laipouze du defunt agée de quarante six ans
par le citoyen louis pinaunt jurnalliér age de
quarante quatre ans qui a dit estre baufrére du
défunt par le citoyén honnoré girard journalliér
agé de trante six ans nevéus du défunt et par le
citoyen rené demeocq maréchal agé de vint trois ans
qui ônt dit éstre visoin du defunts demeurent tous
an ce bourg de cramard, constate suivant la loi par
moi rené sauzau maire de la commune de cramard
faizant lés fonction doficiér publicq de letat civil
éont lés dis thémoint déclaré ne savoir signer
=======

Ne me tenez pas rigueur de l’orthographe, mon ami René SAUZEAU, maire de Cramard, a une orthographe particulièrement fantaisiste … Avec le temps, on s’y fait .

Ce Louis PINAULT est bien mon ancêtre, c’est à son décès que se réfère l’acte de mariage de François PINEAU quand il épouse à Ayron le 21 janvier 1817 (2)  Magdeleine BOURDIN, dont je vous parlerai prochainement.

Pineau François a Bourdin Rose
===
L’an mil huit cent dix sept le vingt un janvier pardevant
nous maire officier de létat civil de la commune D’ayron canton
de vouillé Département de la vienne, sont comparu françois
pineau né le Dix fructidor an deux, fils de feu françois
pineau Décédé en la commune de Cramard le quatre germinal
an treize, Et de marie pignon femme Robin demeurant
a la joumelliere commune d’ayron; et rose Bourdin née le
vingt un pluviose an trois, fille de feu marc Bourdin Décédé en
cette commune le dix sept vendémiaire an cinq, et de feue magdelaine
Sauvage Décédée en cette commune le vingt sept juin mil huit cent
sept; Lesquels nous ont requis de proceder a la célebration du
mariage projeté entre eux dont les publications ont été faite en cette
commune le vingt neuf Décembre mil huit cent saize et cinq
janvier mil huit cent dis spet sans qu’aucune opposition au dit
mariage nous ait été signifiée; pourquoi fesant Droit a leur
requisition apres avoir Donné Lecture Des piece Sidessus mentionnée
Et du chapitre Six titre cinq du Code Civil intitulé du mariage
avons demandé aux futurs Epoux s’il veule se prandre pour
mari Et femme chaqu’un deux ayant repondu Séparement Et
affirmativement, Déclarons au nom de La Loi que françois
pineau Et Rose Bourdin sont unis par le mariage; de tout
quoi avons Dressé acte En présence de marie pignon mère
Du Contractant qui lotorise, de rené pagot son beau frère
De Louis pignon son oncle maternel; de pierre sauvage Demeurant
au Biard, commune didem, cousin Germain maternel de la
contractante, de jean fromant son parain Et de joseph pineau
Epoux de feue magdelaine Sauvage, Les quels ont déclaré ne savoir
signé, seauf le soussigné, Dont acte

 

Tous les actes concernant la fratrie de François PINEAU mentionnent comme mère Marie PIGNON, qui semble t’il épouse ensuite un certain ROBIN, donc survit au père de ses enfants ….

Voilà où j’en étais jusqu’à la semaine dernière, avec un point d’interrogation sur lequel je ne m’étais pas penchée . Mais qui donc était cette Marie Lailus dont la date de naissance calculée semblait si proche de celle de Marie Pignon ?

 

Heredis - Louis François PINEAU

Heredis – Louis François PINEAU

 

A l’occasion de la préparation d’un prochain article, j’ai commencé à reprendre toutes les données concernant la famille de Louis François PINEAU et de Madeleine Marie PIGNON et à transcrire les actes ….. enfin …. et une fois de plus, je me suis rendue compte que lors de la création de mes premières fiches concernant cette famille, il y a plus d’un an, j’avais laissé passer des informations pertinentes. A ma décharge, disons qu’à l’époque il me manquait trop d’éléments pour que ces informations prennent leur place dans le puzzle …

Lors du mariage de François et Madeleine, le 30 juin 1778 à Cramard, un des témoins, que j’avais à peine remarqué, est un certain Jean LELU, beau père de l’épouse …. j’ai donc repris mes recherches à partir de cette indication et j’ai fini par trouver le mariage de Marie Anne SALARD, mère de Madeleine, et de ce Jean LELU, le 14 février 1774 à Cramard (3). Dans l’acte, son nom est écrit LESLU …

Leslu, Lailus ….

Bon sang mais c’est bien sûr ….

Je n’ai pas encore trouvé quand et où le père de Madeleine, un certain Jacques PIGNON, est décédé. Mais je comprends enfin que la jeune Madeleine, c’est sous le nom de Marie, la ” fille au Jean Leslu” qu’on la connait dans le petit village de Cramard. Quand elle vient déclarer la mort de son époux, qui, lui, appartient à une famille, les Pineau / Pinault ,  dont les racines sont fortement ancrées dans la terre de Cramard, monsieur le maire fait un raccourci et Marie Madeleine Pignon devient Marie Lailus dans l’acte de décès de son époux …. Croyez moi, avec René Sauzeau, j’ai appris à me poser des questions sur tous les actes, il n’en est pas à son coup d’essai pour me faire faire des noeuds dans le cerveau …

Sources et liens

(1) AD86 – NMD Cramard 1802-1806 – vue 35/51

(2) AD86 – NMD Ayron 1813-1822 – vue 71/143

(3) AD86 – BMS Cramard 1766-1785 – vue 35/104

 

 

 

 

Comments

  1. Dominique chadal says

    Je suis comme toi, je suis en train de passer en revue des actes que j’ai collectés et saisis dans la base de données il y a un certain temps, et j’y trouve des détails qui m’avaient tout d’abord échappés. Quelquefois aussi j’y déchiffre des mots illisibles à la première lecture. Petit à petit, le regard se fait plus pointu. Mais la recherche n’est jamais finie !
    Ces maires du début du XIXe siècle nous en font voir de toutes les couleurs !

  2. Benoît Petit says

    D’où encore l’intérêt de bien connaître l’environnement familial. Merci messieurs les officiers d’état civil :-)
    En tout cas, c’est très bien que tu nous racontes cet épisode pour bien nous rappeler qu’il faut prendre en compte toutes les données contenues dans les actes.

    • Brigitte says

      je crois qu’il faut un peu d experience pour en arriver à faire attention à certains détails. Entre le déchiffrage des actes anciens et les questions à se poser, quand on commence sa généalogie on passe forcément à coté de plein de choses. Ca rend la recherche encore plus passionnante, on peut retrouver des pistes à partir d’actes qu’on connait déjà :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>