Le mariage de Delphin Reau et Josephine Guignard

Octobre, c’est le mois de la photo, du moins sur les blogs de généalogie qui jouent avec les thèmes proposés par la Gazette des Ancêtres.

Ca tombe bien, j’ai tout un tas de photos anciennes, qu’il faut que je scanne, que je restaure, que j’indexe, que j’analyse … Trouver un sujet pour le thème de ce mois ci revenait donc à trouver une photo que je veuille traiter dès maintenant, j’ai eu bien du mal à choisir.

 

Partons dans le Poitou, à Neuville du Poitou précisément, en ce 3 juillet 1910. Delphin Reau épouse Joséphine Guignard. La photo de la noce est arrivée jusqu’à moi, c’est la plus vieille photo dont je dispose actuellement pour ma branche Reau, et vous allez voir à quel point elle est “précieuse”.

Mariage de Delphin Reau et Josephine Guignard - 3 juillet 1910. Neuville du Poitou. Collection privée

Mariage de Delphin Reau et Josephine Guignard – 3 juillet 1910. Neuville du Poitou. Collection privée

 

Voici ce que nous dit l’acte de mariage :

n°9 Réau Delphin et Guignard Joséphine Marie Constantine 3 juillet 1910

==============

L’an mil neuf cent dix le trois juillet à six heures du soir Pardevant nous octave Girault conseiller municipal délégué du Maire officier de l’état civil de la commune de Neuville, chef lieu de canton département de la Vienne, sont comparus publiquement en la salle de la Mairie pour contracter mariage Réau Delphin âgé de vingt neuf ans employé au chemin de fer de l’Etat, domicilié à Levallois Perret, rue victor Hugo n° 142, né à Jazeneuil le dix sept décembre mil huit cent quatre vingt suivant son acte de naissance qui nous a été représenté, fils majeur de feu Réau Hilaire décédé à Jazeneuil le treise Mai mil huit cent quatre vingt cinq suivant son acte de décès qui nous a été reproduit, et de David Sophie sans profession, demeurant à Chalandray, ici présente et consentante, d’une part, et Guignard Joséphine Marie Constantine âgée de vingt six ans sans profession, domiciliée à Neuville, née à Terves (Deux Sèvres) le sept Mai mil huit cent quatre vingt quatre suivant son acte de naissance qui nous a été représenté, fille majeure de Guignard Florentin, cultivateur demeurant à Thenezay ( Deux Sèvres) ici présent et consen tant et de feue Barreault Victoire Philomène décédée à Beaulieu ( Deux sèvres ) le vingt huit Mai mil huit cent quatre vingt treize suivant son acte de décès qui nous a été reproduit, d’autre part; lesquels nous ont requis de procéder à la célébration de leur mariage dont les publications ont eu lieu en cette commune et en celle de Levallois Perret (Seine) suivant le certificat délivré par M. le maire de Levallois Perret qui atteste en outre qu’il n’a été fait aucune opposition au dit mariage. Interpellés par nous sur l’existence d’un contrat de mariage les comparants nous ont déclaré que le leur a été reçu par Me auguste Bruneteau notaire à Neuville le trois Juillet mil neuf cent dix, suivant le certificat qui nous a été représenté, délivré par le dit notaire. Aucune opposition au dit mariage ne nous ayant été signifiée, faisant droit à la réquisition après avoir donné lecture des pièces ci dessus mentionnées qui reste ront annexées au présent acte après avoir été paraphées par les parties et par nous et du chapitre VI du titre du code civil intitulé Du mariage nous avons demandé aux futurs époux s’ils veulent se prendre pour mari et pour femme, chacun d’eux ayant répondu séparément et affirmativement déclarons au nom de la loi que : Réau Delphin et Guignard Joséphine Marie Constantine sont unis par le mariage. De tout quoi nous avons dressé acte en présence des sieurs Chargelègue Daniel âgé de trente six ans menuisier, Péroche François âgé de cinquante ans employé au chemin de fer demeurant tous deux à Vouillé (?) amis de l’époux, Marit anne âgée de trente ans sans profession, Sénécheau Albert âgé de vingt et un ans clerc de notaire demeurant tous deux à Neuville amis de l’épouse Lecture faite du présent acte aux comparants, ils l’ont signé avec nous sauf la mère de l’époux qui a déclaré ne le savoir de ce par nous requis

 

Afin de mettre un nom sur les visages de cette photo, j’ai essayé de recenser qui dans la famille des mariés peut être présent au mariage.

Commençons par la famille du marié, ma famille. Voici un arbre simplifié des personnes vivantes ou présumées vivantes en 1910.

Arbre simplifié Reau 1910

Arbre simplifié Reau 1910 – Cliquez pour voir l’arbre

 

Du côté de l’épouse, la situation a été plus complexe à reconstituer. Je pense néanmoins que le schéma ci dessous est assez proche de la situation en juillet 1910, à part au niveau des éventuels enfants de Philomène Guignard et Delphin Teterault, qui seraient nés après 1903, date du mariage de Philomène, et dont les éventuels actes de naissance ne sont pas en ligne.

Arbre de Josephine Guignard - 1910 - Cliquez pour visualiser

Arbre de Josephine Guignard – 1910 – Cliquez pour visualiser

 

 

Les familles proches des mariés représentent à elles seules 18 adultes et au moins 4 enfants. Les quatre témoins ne sont pas de la famille. J’ai donc 22 adultes possibles, pour 26 adultes sur la photo, et 4 enfants  pour 8 sur la photo

 

Essayons donc de mettre un nom sur les visages de cette photo.

 

Mariage de Delphin Reau et Josette Guignard

Mariage de Delphin Reau et Josette Guignard

 

 

Delphin Reau

Delphin Reau

1 -Delphin Reau est le marié. Né à Jazeneuil en décembre 1880, il est le fils d’Hilaire Reau et de Sophie David, l’un des deux frères survivants de mon arrière grand père François Reau. Il a 4 ans et demi quand son père Hilaire meurt, et à peine 5 ans quand la famille revient s’installer sur la commune de Chalandray. Il fait son service militaire dans le 27ème régiment d’infanterie, de septembre 1901 à septembre 1904. Au moment de son mariage, il est domicilié à Levallois Perret, et il est homme d’équipe, basé à la gare St Lazare, aux Chemins de fer de l’Etat.

Josephine Guignard

Josephine Guignard

2Josephine Guignard, la mariée, dans sa belle robe blanche. Née à Terves, dans les Deux Sèvres, en mai 1884, elle a déjà un frère aîné – Marcel, qui meurt en 1908 – et trois soeurs, dont une seule, Philomène, est encore probablement vivante lors du mariage. Ses parents vont ensuite avoir 6 enfants , deux fils et quatre filles, dont quatre sont probablement à son mariage. Sa mère, Victoire Barreault, meurt à l’âge de 36 ans, en 1893. Au moment de son mariage, Joséphine est domiciliée à Neuville du Poitou, alors que ni son père, ni ses frères n’y demeurent, et elle est déclarée sans profession.

19100703_neuville_4

10Sophie David, la mère du marié, mon arrière arrière grand mère, 64 ans sur cette photo, se tient derrière son fils. Née le 22 mars 1846 à La Vausseau, sur la commune de Chalandray, elle épouse en 1871 Hilaire Reau et part avec lui à Jazeneuil. Elle a 39 ans, et en est à son septième mois de grossesse quand son mari meurt. Veuve avec 6 enfants en bas âge à charge, elle revient à Chalandray où elle va bénéficier de plus de soutien familial. C’est la seule photo que j’ai d’elle, et c’est aussi la photo de mon ancêtre le plus lointain à ce jour.

19100703_neuville_512Florentin Guignard est le père de la mariée. Il est agriculteur à Thenezay, après avoir successivement cultivé la terre à Beaulieu sous Bressuire, à Terves et Chalandray. Il a eu 11 enfants de son épouse Victoire, et après son décès il a élevé seul ses enfants survivants, sans jamais se remarier, et sans bénéficier du soutien familial. Il est parti s’installer à Chalandray peu de temps après la mort de son épouse. Il porte sur son costume une blouse paysanne, probablement la blouse du dimanche.

19100703_neuville_6

13 – Si vous avez lu mon billet sur le mariage de mon grand oncle Arsène, peut être reconnaitrez vous mon arrière grand père François Reau. Sur cette photo, il a 36 ans. C’est également la plus ancienne photo que j’ai de lui, n’étant pas en possession de photos de son mariage en 1903 avec mon arrière grand mère Clémentine. Peut être n’y avait il d’ailleurs pas eu de photo. Je suis assez surprise de le voir dépasser les personnes autour de lui sur cette photo. En effet lors de son conseil de révision il avait été noté qu’il mesurait 1m62, ce qu’on ne peut qualifier de haute taille. Néanmoins il domine les hommes autour de lui. J’ai toujours été impressionnée par l’assurance tranquille que dégage mon arrière grand père sur toutes les photos que j’ai de lui.

Clémentine Pelletier

Clémentine Pelletier

14 – A côté de François se tient mon arrière grand mère Clémentine Pelletier, 31 ans. La coiffe qu’elle porte me fait penser à celle en ma possession, mon “héritage”, mais la définition n’est pas suffisante pour avoir la moindre certitude.

Coiffe de mariage de Clémentine Pelletier - 1903 - Poitou - Collection privée

Coiffe de mariage de Clémentine Pelletier – 1903 – Poitou – Collection privée

 

Eugénie Reau

Eugénie Reau

18Eugénie Reau, 25 ans, est la dernière fille de Sophie David. Elle est née après le décès de son père Hilaire Reau. Je la retrouve sur un grand nombre de photos faites plus tard par mon grand père, son neveu, accompagnée de Charles Rouillon qu’elle épousera en 1921.

19100703_neuville_8

Arsène Reau - 4 ans

Arsène Reau – 4 ans

27 – Ce petit garçon, c’est mon grand père Achille Reau, 6 ans. Près de lui – 28 – se tient son frère Arsène Reau, 4 ans, dont je vous ai présenté la photo du mariage en juin. Cette photo d’Achille Reau est la plus vieille photo de mon grand père que j’ai pu voir, et c’est avec la photo de Sophie David la raison pour laquelle je suis tellement “attachée”  à cette photo.

J’ai fait le tour des personnages que je peux authentifier avec certitude, à peine le quart des personnes présentes sur la photo. C’est bien peu, et c’est très frustrant. Pourtant, comme je l’ai dit plus haut, les personnes sur cette photo sont vraisemblablement ceux dont je mentionne les noms.

Je vais vous livrer le résultat de mes spéculations, peut être l’un des lecteurs de ce blog aura t’il un indice, une confirmation à me communiquer.

19100703_neuville_1119100703_neuville_1219100703_neuville_1319100703_neuville_148 - 9 – 32 – 33 : Je pense qu’il s’agit de Marie Reau ( 33 ans), son mari Ernest Blanchard (32 ans), et leurs deux enfants, Marie Blanchard (8 ans) et Hilaire Blanchard (4 ans). Pourquoi cette hypothèse, me demanderez vous. Tout d’abord, la jeune femme (8) a un air de famille certain avec Sophie David (10) qui serait sa mère, et avec le marié, Delphin Reau, qui serait son frère. Devant elle se tiennent une petite fille qui pourrait avoir 8 ans, et un petit garçon plus jeune. L’age des enfants, la position du groupe près du marié, les ressemblances au niveau du visage, ce sont des éléments qui pourraient accréditer mon hypothèse. Marie Reau et son époux vivent à Chalandray en 1910. Ernest a été exempté du service militaire en 1899. Il mourra en mai 1916 dans un hôpital militaire à Ecrouvres, de maladie. Ses enfants, Marie et Hilaire seront pupilles de la nation. Les mentions marginales de leurs actes de naissance m’indiquent qu’ils se sont tous deux mariés à Paris. Cousins germains de mon grand père, ils auraient comme lui, et comme leur oncle Delphin vécut avant la guerre à Paris. Pourtant je ne les ai pas encore repéré sur les nombreuses photos faites à cette période par mon grand père. Ce n’est pas la seule hypothèse. Cela pourrait être la famille de Clémentine Reau, la soeur ainée de Delphin, dont je perds la trace après le recensement de 1891. Mais l’âge de la jeune femme de la photo ne semble pas correspondre à une femme de 38 ans, âge de Clementine en 1910.

1921 : Ces deux jeunes gens me posent un autre problème que je suis incapable pour l’instant de résoudre. Visiblement, ils sont frères et ont une vingtaine d’années. Quand j’ai découvert la photo, j’ai immédiatement pensé qu’ils étaient des cousins du marié. Ils ressemblent en effet de façon saisissante à mon grand oncle Arsène au même âge, vers 20 ans. J’ai pensé un temps qu’ils étaient les deux jeunes frères de la mariée, Joseph Guignard, 26 ans, et Eugène Guignard, 22 ans, mais je trouve les personnages de la photo trop jeunes par rapport à l’âge des frères de Joséphine, et ils n’ont aucun air de famille avec le père de la mariée ou la mariée elle même.  Le mystère reste entier.

Quant aux autres personnages de cette photo, impossible d’aller plus loin. Les trois soeurs et deux frères de Josephine sont probablement là, les plus jeunes filles habitent probablement avec leur père à Thenezay, les garçons habitent à Ayron, information que j’ai trouvée au moment de leur recensement militaire, mais où sont ils sur la photo ?

Où sont les témoins, dont je n’arrive même pas à savoir s’ils sont ou non mariés. Les recensements ne sont en ligne dans la Vienne que jusqu’à 1901, date à laquelle je n’ai pas trouvé de François Peroche ou de Daniel Chargelègue à Vouillé, mais cela ne veut pas dire que 9 ans plus tard, en 1910, ils n’y habitaient pas.

Où sont Hilaire Reau et son épouse Marie David, mariés en 1907, encore sans enfant en 1910 ?

Alors je jette cette photo comme une bouteille à la mer, si vous y reconnaissez quelqu’un, ou si vous avez des photos de mariage du secteur Ayron-Chalandray-Latillé-Thenezay de l’époque, contactez moi, c’est en recoupant toutes ces informations, toutes les personnes sur les photos, qu’on pourra mettre un nom et une vie sur tous ces visages anonymes de nos photos de famille.

Les articles publiés sur ce blog sont tous écrits avec un profond respect pour les personnes qui y sont mentionnées. Si l'un d'eux vous offense malgré tout, prenez contact avec le webmestre par email auprès de webmaster at chroniquesdantan dot com

Comments

  1. says

    Quelles recherches ! Beau travail d’analyse et intéressant à lire : les photos de mariage sont des mines d’information. Malheureusement, je n’en ai pas concernant ma famille, mais je suis déjà bien en peine pour identifier les personnes seules sur les photos de ma généalogie maternelle que je viens de récupérer…

  2. says

    Cela ne m’étonnes pas que tu ais passé du temps à rédiger cet article. Beau travail en tous cas. Moi aussi il me manque des photos de mariage, il va falloir que je prenne mon courage à deux mains et que j’appelle de lointains cousins !

  3. says

    Bravo ! J’avais adoré jouer à l’identification des photos de mariages ! J’en ai de nombreuses et certaines restent non identiiées. Mais pour d’autre, la logique des présents, ces groupes bien rangés et à force de regarder toutes ces photos ces visages qui deviennent familiers nous permettent de faire du bon travail !

    • Brigitte says

      merci :) J’ai encore la photo de mariage de mes grands parents, et je vais reprendre celle de mon grand oncle, maman et une de ses cousines ont trouvé de nouveaux noms … J’adore essayer de chercher qui est qui, et j’aimerais trouver d’autres photos de mariage de l’époque dans mon coin de Poitou, pour identifier plus de monde :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>