Débarquer en Provence – août 1944

Cette année, nous célèbrerons  le 70ème anniversaire des débarquements alliés sur le territoire français, qui à l’été 1944 ont permis de libérer la France et de mettre fin au 3ème Reich. Tout le monde connait la date du D-Day, du Jour le plus long, ce 6 juin 1944 où les alliés ont pris pied sur les plages normandes. Mais moins nombreux sont ceux qui connaissent l’histoire du débarquement en Provence, le 15 août 1944.

Mon grand père, Achille Reau, fait partie de la classe 1923. Fils de paysans, il s’engage en novembre 1923, part dans la cavalerie et va faire une belle carrière militaire.

provence_1

 

Le 1er septembre 1939, deux jours avant que la France entre en guerre, Achille est promu sous lieutenant. Cette promotion est publiée le 15 septembre 1939 dans le Journal Officiel (1)

Journal Officiel 15/09/1939

Journal Officiel 15/09/1939

Le 1er janvier 1940, alors que la France attend, cachée derrière la ligne Maginot, Achille est affecté au 12ème régiment de cuirassiers, et part aux armées le 1er février 1940. C’est dans ce régiment qu’il va vivre la déroute de l’armée française en mai – juin 1940. J’ai quelques photos prises par mon grand père à cette période.

Les légendes sont celles écrites par lui à la main derrière les photos . Peut être un de mes lecteurs y reconnaitra t’il un de ses ascendants …

 

"Baudin, Belpomme, Chat - Avril 1940 - Barenton s/serre - Aisne" Collection privée

“Baudin, Belpomme, Chat – Avril 1940 – Barenton s/serre – Aisne” Collection privée

 

 

"En mer du Nord" 31 mai 1940 " - Collection privée

“En mer du Nord” 31 mai 1940 ” – Collection privée

 

"Civray - 23 juin 1940 " - Collection privée

“Civray – 23 juin 1940 ” – Collection privée

Rayé des cadres du 12ème cuir le 31 juillet, il reste en tant que civil dans l’administration de l’armée. En janvier 1941  il est affecté à l’Ecole de Cavalerie d’Alger comme adjoint administratif trésorier. Parti de Port Vendres, il arrive à Alger le 24 février 1941. Sa femme et ses trois filles le rejoindront quelques semaines plus tard. Il est promu au grade de lieutenant le 1er septembre 1941.

Le 8 novembre 1942 – 15 jours après la naissance de son fils Claude, né à Alger – les Américains débarquent à Alger, qui devient la capitale de la France libre. Achille est muté au 5ème régiment de Chasseurs d’Afrique le 12 août 1943 et prend le commandement provisoire de l’Escadron Hors Rang du régiment.

Mais revenons aux opérations de libération de la France.

Parallèlement à l’opération Overlord, qui va à partir de l’Atlantique reprendre le contrôle de l’Europe, les Alliés veulent attaquer à partir du Bassin Méditerrannéen. L’option Italie est abandonnée, au grand dam de Churchill qui la privilégiait, et les Alliés montent une opération de débarquement sur les côtes de Provence, à laquelle ils donnent le nom de Anvil Dragoon. Opération d’envergure, elle intègre une importante participation française, la 1ère armée française, commandée par le général Delattre de Tassigny. Sur les 11 divisions qui s’embarquent en Afrique du Nord à destination de la France, soit 350 000 hommes, 230 000 sont français.

 

Carte "Chemins de mémoire"

Carte “Chemins de mémoire”

Le 5ème Chasseurs d’Afrique appartient à la 1ère division blindée (1ère DB), au Corps de Combat 2 (CC2).

Du 1er au 4 juillet 1944, le régiment se rassemble à Assi ben Okba, dans la zone d’attente 1.

Carte_Assi-ben-Okba

Le 1er août 1944, le matériel est embarqué sur plusieurs navires.

1er Août 1944 :Le Régiment a été articulé pour l’embarquement en cinq fractions (quatre de matériel et personnel, une de personnel), correspondant sensiblement aux quatre Escadrons de combat. Les éléments de l’Etat-Major et de l’E.H.R. ayant été répartis avec les Escadrons de combat.Le 1er août au soir, tout le matériel est embarqué.Le personnel s’installe de nouveau sous les guitounes de l’Aréa 31.Le Régiment vit grâce aux véhicules mis à sa disposition par le 2e R.C.A., le 38e F.T.A. et la Compagnie de transport de la Division.Les Officiers de l’Etat-Major du Régiment sont embarqués comme suit :Le Colonel et le Lieutenant Richter : sur le bateau N° 1 avec l’Escadron Moreau.Le Commandant de Beaufort, le Capitaine de Mas Latrie et le Lieutenant Lugan : sur le bateau N° 5 avec l’Escadron Pazzis.Le Commandant Rouvillois et le Sous-Lieutenant, Hervouet : sur le bateau N° 7 avec l’Escadron Chéry.Le Commandant de Menditte : sur le bateau N° 8 avec l’Escadron Dumesnil.

(2)
Mon grand père commande le Peloton d’approvisionnement en vivres. (2)

Il embarque le 8 août 1944.

provence_6

 

Le 9 août à midi, le régiment est entièrement embarqué et la vie s’organise à bord. Le 10 août 1944, à 18h30, l’escadre quitte la baie de Mers el Khebir pour une destination inconnue. Le convoi longe les côtes d’Afrique, et passe le 12 août devant Alger. Le 13 août à hauteur de Philippeville, le convoi bifurque vers le Nord Est et remonte le long des côtes de Sardaigne et de Corse, à destination semble t’il de Gênes.

A 19 heures le 15 août, les bateaux jettent l’ancre face à la baie de la Nartelle, à Ste Maxime.

Ste Maxime - collection privée

Ste Maxime – collection privée

 

Le golfe de St Tropez, vu de Ste Maxime, collection privée

Le golfe de St Tropez, vu de Ste Maxime, collection privée

C’est à la Nartelle, sur une plage où j’ai quelques habitudes de vacances, que mon grand père a débarqué le 16 août 1944.

Ce monument, érigé en souvenir du 2ème RAC, un des autres régiments de la 1ère DB, débarqué au même endroit, je l’ai souvent vu sans savoir que c’était là que mon grand père avait débarqué.

Plaque commémorative du débarquement - Ste Maxime - Plage de la Nartelle - Collection privée

Plaque commémorative du débarquement – Ste Maxime – Plage de la Nartelle – Collection privée

En quelques jours, Toulon est libéré. La 1ère DB remonte le Rhône et sera la première armée à arriver au Rhin.

Le 5ème régiment de Chasseurs d’Afrique va gagner la Croix de guerre 1939-1945 avec deux palmes pendant la campagne de libération de la France.

En mémoire de ces hommes, de ces Français venus d’Afrique, de ces Algériens que la France a ensuite oubliés, de tous ces soldats des colonies françaises qu’on a utilisés avant de les jeter, je ne résiste pas à finir ce récit sur une strophe d’un chant militaire qui a symbolisé l’avancée de ces armées d’Afrique pendant la fin de la seconde guerre mondiale, le Chant des Africains.

” De tous les horizons de France / Groupés sur le sol africain / Nous venons pour la délivrance / Qui par nous se fera demain”

 

Sources et liens
(1) Journal officiel de la République Française – 15 septembre 1939 – page 11447
(2) Chars français – JMO du 5ème RCA 1944
Rhin et Danube – Le débarquement en Provence

Comments

  1. Nathalie says

    Très chouettes photos. Mon grand-père a aussi embarqué à Oran pour faire le débarquement de Provence mais j’ai beaucoup de mal à suivre son parcours car il semble que certains régiments aient été un peu oubliés dans l’Histoire…

  2. says

    Très beau billet, particulièrement touchant car mon grand-père a aussi participé à ce moment de l’Histoire, embarqué sur le Duguay-Trouin.

    Il faut vraiment que je me force à rédiger un billet avant la fin du mois…

    • Brigitte says

      Merci pour le commentaire.

      Je ne suis pas sure du batiment par lequel mon grand père est arrivé, en fait je ne sais plus rien après le débarquement …

  3. says

    Un beau récit en effet, et très bien documenté. C’est vrai que cette histoire est proche et c’est ce qui la rend à mon sens plus difficile à aborder.

  4. Marine Pommereau says

    Quel beau généathème ! C’est un magnifique récit. Tu as beaucoup d’informations, c’est très impressionnant.
    Un grand bravo !

    • Brigitte says

      merci Marine. C’est un sujet sur lequel je travaille depuis longtemps, je collecte les infos petit à petit, et quand je suis allée à Poitiers, j’ai récupéré la fiche matricule de mon grand père. Et c’était un passionné de photos, il en prenait tout le temps et les développait lui meme, je n’en ai qu’une toute petite partie.
      Merci pour le commentaire

    • Brigitte says

      merci Dominique, c’est une histoire toute proche en fait, une histoire que mes parents ont vécue, même si je commence à dater moi aussi :) Mon grand père est pour moi la limite de la généalogie, mais mes enfants ne savent pas grand chose, ni de lui, ni de cette époque, alors une piqure de rappel peut servir :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>