De la légende familiale à l’Arc de Triomphe

La grand mère de mon mari, Jeanne Dabzat épouse Karcher aimait à raconter au petit garçon qu’il fut un jour, et avant lui à sa fille, Christiane Karcher qu’ils avaient un grand cousin dont le nom figurait sous l’Arc de Triomphe.

Ma belle mère ne savait pas exactement comment se faisait la parenté, mais elle était sure que cette parenté était bien réelle. Et la petite descendante de journaliers et de laboureurs poitevins que je suis riais sous cape ….. après tout ma grand mère paternelle racontait bien que ses ancêtres avaient enterré des jarres pleines de pièces d’or dans le port d’Alger …. ils avaient juste oublié de dire où à leurs enfants.

Les légendes familiales, toutes les familles en ont. Lisez sur ce point l’excellent article de Mémoire vive, c’est rassurant de constater qu’on n’appartient pas à une famille de mythomanes …

Bien longtemps après, en fait après le décès de ma belle mère, j’ai commencé à reprendre sérieusement les recherches généalogiques entreprises par mon père et ma soeur. En utilisant les outils disponibles sur internet, et à partir des quelques papiers de famille j’ai doucement remonté la lignée paternelle de ma belle mère.

Etape par étape, j’ai fait la connaissance de Louise Arnoldine Pelletier de Chambure – j’ai eu un peu de mal à m’en remettre, les réminiscences d’une gloire passée sortaient du domaine du fantasme  … – et quelques semaines plus tard j’en ai appris plus sur le cousin germain de son père, Laurent Augustin Pelletier de Chambure.

Dans une monographie écrite en 1923 sur la famille Pelletier de Chambure (1), l’abbé Charrault en parle ainsi :

[one_third] [/one_third][two_third_last]

Colonel d’état major, aide de camp du maréchal Soult, officier de la légion d’honneur, officier de la couronne de Westphalie et de l’ordre royal d’Espagne.

Héros de l’épopée napoléonnienne, se distingue particulièrement au siège de Dantzig en 1813

Son nom est gravé sur un des piliers de l’Arc de Triomphe de Paris, où figurent tous les maréchaux et généraux, trois colonels et un seul lieutenant colonel : chambure.

[/two_third_last]

 

On trouve plus de détails sur ses états de services et ses campagnes ( Prusse, Pologne, Espagne ) sur le site Biographie des célébrités militaires.

C’ est son courage au feu qui lui a valu les honneurs, et ensuite sa loyauté sans faille à l’empereur.

Ce qui m’intéresse, ce sont les éléments de biographie “privée” de ce “cousin” de mes enfants, dont vous trouverez les exploits militaires sur les différents sites que j’ai liés dans cet article.

Il est né en 1789, juste avant la Révolution, seul fils de Pierre Hugues Pelletier de Chambure, haut fonctionnaire de l’Ancien Régime. En avril 1794, son père est guillotiné pour “avoir fait passer la correspondance de Louis XVI au prince de Condé”.  Laurent fait ses études au Prytanée militaire à St Cyr, puis à Fontainvebleau, et à sa sortie de l’école militaire comme sous lieutenant, il devient aide de camp de Benoit Hilaire Reynaud, mari de sa soeur ainée Marie Angélique. Avoir des relations, ca a toujours servi.

Son premier exploit militaire resté dans les annales a lieu lorsqu’il a tout juste 23 ans, en janvier 1812, lors du siège de Ciudad Rodrigo, dont il s’échappe en organisant une sortie héroîque mais coûteuse en vies françaises. On se souvient aussi de lui pour les actions d’éclat accomplies lors de la défense de Dantzig en 1813 à la tête d’une compagnie franche, dite compagnie infernale. Blessé à de nombreuses reprises, condamné à mort sous la Restauration, il est amnistié en 1820 et s’installe à Paris, où il travaille au Ministère de la guerre. Il meurt  sans descendance à 43 ans à Paris du choléra, fin triste et bien peu glorieuse après avoir traversé autant de batailles et survécu à tant et tant de blessures.

Courageux, inconscient, tête brûlée ou loyal, quoiqu’il en soit  son nom est vraiment gravé sous l’Arc de Triomphe, je suis enfin allée vérifier ça cette semaine.

 

Mention de Laurent Augustin Pelletier de Chambure sous l'Arc de Triomphe

 

Laurent Pelletier de Chambure est le premier officier de cette famille, qui avait jusqu’alors plutot fourni des administrateurs – notaires, baillis, avocats,… – à la France et qui va au 19ème et 20ème siècle compter un certain nombre d’officiers reconnus. Il est enterré au Père Lachaise, j’irai un de ces jours me promener dans les allées du cimetière à la recherche de sa tombe.

Pour en savoir plus sur tous les hommes derrière les noms gravés sous l’Arc de Triomphe, consultez ce site très complet, c’est une vraie mine d’or. Vous pourrez y lire un article très détaillé sur Laurent Augustin Pelletier de Chambure.

 

(1)  Abbé L. Charrault. La Chaux et le Fief de Chambure. Notice biographique de cette famille  - Autun : Impr. L. Taverne et Ch. Chandioux, 1923 – Références BNF : Notice n° : FRBNF34211698

 

Comments

Trackbacks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>