Clementine au cimetière – Décembre 1892

Temps de lecture: 5 minutes

Guillaume Chaix, du blog Le Grenier de nos ancêtres, nous propose chaque mois un défi d’écriture généalogique original. Il s’agit de raconter notre rencontre avec l’un de nos ancêtres . Voici ma seconde contribution. 


Le glas résonne lugubrement en ce triste et froid après midi de décembre. Les portes de l’église de Chalandray, de l’autre côté de la route, s’ouvrent, et deux enfants de choeur en sortent. Le prêtre derrière eux, aube et chasuble blanches, étole violette, précède à pas lents le cercueil, porté à l’épaule par six hommes endimanchés, un peu engoncés dans des vetements qu’ils n’utilisent que pour aller à l’église, pour la messe du dimanche, les mariages et les enterrements.

D’où je suis, debout près du portail du cimetière, à une dizaine de mètres d’eux, je ne sais pas les reconnaitre. Je pense qu’il y a Xavier Pelletier, qui a hier matin déclaré le décès de son frère, Jean Pierre Pelletier, mort à 49 ans dans sa petite maison du village de Lavausseau, ce 12 décembre 1892. En regardant bien, ce jeune homme qui n’a visiblement pas plus de 22 ou 23 ans, ce doit être Eugène Peltier, le fils ainé, celui que je connais sous le nom de l’oncle Eugène.

Derrière le cercueil avance la famille, silencieuse, grave : grand mère Edvige, qui à 44 ans vient de perdre son mari et le père de ses enfants, près d’elle Marie Germaine, la fille ainée, qui porte Clément, le petit dernier, 18 mois seulement, et derrière ces deux femmes, les petits que surveille Alexandrine, du haut de ses 17 ans, en tenant par la main le petit Norbert,  Clémentine , ma Clémentine, qui n’a que 13 ans, et Clodomir. Edvige, une veuve de 44 ans, enfant de l’assistance qui n’a aucune famille directe pour l’épauler, sauf les sept enfants qui l’accompagnent.

Le convoi funèbre avance maintenant dans les allées du cimetière, et se dirige vers la tombe ouverte, une tombe sans pierre tombale, juste une croix de fer travaillée, et trois petites plaques en émail avec les noms de Marie Louise Pelletier, 8 ans, Valérie Pelletier, 6 ans, et Valentine Pelletier, 3 ans. Sur les allées de terre battue, on entend à peine le bruit que font les sabots que portent presque tous les paysans de ce convoi.

Monsieur le curé prononce une dernière prière, à laquelle l’assemblée autour de la tombe répond d’une seule voix en latin, par habitude, sans connaitre la signification des mots prononcés. Le cercueil descend dans la tombe et le glas continue à sonner, encore, couvrant par intermittence les paroles du prêtre, les conversations chuchotées, les pleurs, et les toux des enfants. Les deux nuits précédantes, on a veillé la dépouille de Jean-Pierre Pelletier, dans sa pauvre petite maison de Lavausseau. Pour permettre à son âme de s’envoler, on n’a pas fermé la porte depuis son décès, et en ce mois de décembre, il est difficile d’échapper au froid.

Pendant que le prêtre parle à la veuve et essaie de la réconforter, je m’approche de Clémentine et de ses frères et soeurs pour les observer.

Même si je n’ai jamais vu de photo d’elle petite fille, je sais que c’est elle, Clémentine, parce que c’est en tenant son bonnet de mariage, et en pensant à elle, jeune adolescente de 13 ans devenue orpheline, dans une maisonnée où il y a trop d’enfants à nourrir, que je suis arrivée ici.

Je reste un peu éloignée de la famille proche. J’aimerais venir embrasser grand-mère Edvige, la consoler, lui dire que sa descendance à ma génération a beaucoup entendu parler d’elle, l’a aimée sans la connaître, et qu’une de ses arrières arrières petites filles s’appelle Edvige, en souvenir d’elle. J’aimerais dire à ces enfants tristes et effrayés que même si le quotidien sera parfois difficile, même si la petite Clémentine va très bientôt partir comme servante chez Firmin Bigot, à Rouillé, même si Clodomir va lui aussi bientôt partir, à 12 ans à peine, comme domestique chez Jacques Bondonneau, à la Rondelière, les années qui viennent seront moins difficiles, moins tristes, que les années écoulées.

J’aimerais leur dire qu’ils ne reviendront pas pendant les deux décennies à venir accompagner un des leurs dans la mort dans cette église de Chalandray, ou dans une autre église d’ailleurs, et que les mariages et les baptêmes vont en revanche se succéder.

J’aimerais leur dire d’avoir confiance en l’avenir, que leur force de caractère, dont leurs descendants disent qu’elle leur vient de leur mère, Edvige, va les aider à affronter les épreuves, à se forger des vies d’adultes solides, dont ils pourront être fiers, et que leur nombreuse descendance est encore là, 135 ans plus tard, pour se souvenir d’eux.

Mais je sais qu’en ce moment, même le secours de la religion, si présente dans leurs vies de paysans, n’est pas suffisant pour calmer l’angoisse et la douleur qui les tenaillent. Alors à quoi serviraient les mots d’une inconnue, qui ne pourrait rien leur dire de concret, de peur d’interférer dans leur avenir ? Clémentine près de moi se frotte les yeux, je sais qu’elle a veillé son père pendant les deux nuits précédentes. Du haut de ses 13 ans, elle est devenue quasiment une adulte dans ce monde difficile dans lequel elle grandit.

Elle lève ses yeux rougis et se tourne vers moi, sans doute mon regard a t’il trop pesé sur elle. Elle fronce un peu les sourcils, dévisageant cette étrangère, plus vieille que sa mère, habillée si bizarrement. Je lui souris, avec toute la tendresse que j’ai pour elle depuis que je l’ai rencontrée, il y a 60 ans, dans 65 ans. Elle me sourit en retour, un sourire dont je me souviens, grave, sérieux, mais aimant, et se retourne à nouveau vers Clodomir et Norbert, vers sa famille, vers son avenir.


Le récit que je viens de vous faire est le fruit de mon imagination. Je n’ai qu’un acte, celui du décès de Jean-Pierre Pelletier, le 12 décembre 1892 à Lavausseau, hameau de Chalandray, déclaré le lendemain par son frère Xavier, comme source de ce récit.

Mon grand père Achille, le fils de Clémentine, aimait prendre des photos, et j’ai donc de nombreuses photographies d’elle, que j’ai connue quand j’étais petite fille. C’était une vieille dame qui m’impressionnait, que je ne voyais pas assez régulièrement pour avoir des relations plus personnelles et plus tendres avec elle, mais que j’ai beaucoup aimé. Elle était la maman de mon grand-père, de tonton Arsène et de tante Régine, le frère et la soeur de mon grand-père, qui tous les deux avaient de l’amour à revendre pour les petits enfants de leur frère disparu, et que j’aimais énormément.

Lorsque je suis devenue adulte, ma tante Régine, à qui je posais souvent des questions sur la famille, m’a offert la coiffe de mariage de Clémentine, un trésor familial conservé dans du papier de soie.

Arbre généalogique de Clémentine Pelletier – Cliquez sur l’image pour la voir en format original
Ca 1936 – La famille Reau – Collection privée

Clémentine est la seconde personne à gauche sur cette photo prise en 1936 de sa famille.

Clémentine Pelletier et François Reau – Collection privée

 

Clémentine Pelletier et quelques uns de ses arrières petits enfants – Chalandray – 1967 – collection privée
Coiffe de mariage de Clémentine Pelletier – 1903 – Poitou – Collection privée

Clémentine PELLETIER
N° Sosa :
Voir la fiche
Père :
Mère :
Print Friendly, PDF & Email

11 commentaires sur “Clementine au cimetière – Décembre 1892

  1. Bravo pour ce très beau texte ! On sent tout l’amour porté à ton arrière-grand-mère ! C’est vraiment très émouvant de lire cette adresse à des gens que tu as connus et dont tu imagines le vécu avec attention !

  2. Émouvant hommage à vos grands-mères Edvige et Clementine. Un autre auteur de RDV Ancestral aujourd’hui parle de celui-ci comme un exercice de généalogie et de littérature. Vous vous surpassez tous dans ce domaine. Félicitations!

  3. Rencontrer ses ancêtres pour les consoler nous aimerions tous pouvoir le faire, nous qui versons des larmes en pensant à leurs deuils.
    Tes condoléances sont écrites avec un ton plein de tendresse qui sonne juste en écho aux chagrins partagés dans toutes ces histoires de généalogie.

    1. Merci Marie, parler d’une arrière grand mère que j’ai connue et aimée était un exercice que j’appréhendais, mais auquel je tenais. Edvige et Clementine ont été des personnages importants dans ma construction personnelle, parler d’elles était compliqué. Encore merci

  4. Et maintenant, je pleure …. très beau texte , émouvant, j’ ai repris la généalogie de ma maman depuis un an ( commencée il y a 25 ans et abandonnée faute de temps ) et je me pose aussi beaucoup de questions sur ces vies si difficiles, ces enfants décédés si jeunes ou orphelins si tôt , comment s’ en sortaient-ils ?

    1. Merci beaucoup pour votre commentaire, je ne voulais surement pas vous faire pleurer. Au contraire, je voulais essayer de dire à ma grand mère Clémentine que la vie allait lui sourire un peu plus. C’est vraiment difficile de se confronter à ces vies si difficiles, j’ai souvent l’impression qu’ils avaient une résilience que je n’ai plus.
      En tout cas merci encore de m’avoir lu, et d’avoir pensé quelques secondes à ma grand mère Clémentine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.