B comme …. Le Baptême de Jullien Bremon

Il était une fois en l’an 1653, à St Christophe du Bois , petite commune au sud de Cholet, un prêtre qui tenait scrupuleusement les registres de sa paroisse. Il indiquait régulièrement les renseignements supplémentaires qui lui semblaient utiles : date de naissance, lien de parenté des présents à l’acte, bref ce bon monsieur le curé faisait partie de mes chouchous.

Au détour d’une page, au milieu d’actes qui faisaient au plus cinq ou six lignes, j’ai découvert l’acte ci dessous, que j’avais pensé de prime abord être un acte de mariage, vu sa longueur, mais qui nous raconte en long, en large et en travers le baptême de Jullien Bremond fils ainé de mon Sosa 3594, Louis Bremond, et frère de Marie Bremond qui épousera Pierre Dixneuf.

 

bremon_juillien_1

Acte de baptême de Jullien Bremon

bremon_jullien_2

Acte de baptême de Jullien Bremon ( suite )

 

1 Le vingtcinquiesme jour de Juin mil six cent cinquante et trois en
2 l Eglise parochiale de st X[hristo]phle du Bois a esté baptisé par moy p[ret]re Curé
3 dud[it] lieu soubsigné ceremonialement seulement Jullien Bremon
4 fils legitime de Louys Bremon et de Marie Riviere dem[eurant] a la
=======================================================
1 mestairie de la Soriniere de la paroisse de St pierre de Chollet
2 led[it] Bremon né des le vingtdeuxiesme du present mois de Juin
3 sur les Six a Sept heure du matin au raport de Mathurine
4 Chauveau Sage femme dem[eurant] a Mortaine et dud[it] louys
5 Bremon pere lequel me dist des led[it] jour vingtdeuxiesme
6 que sa femme estoit accouchée d’un garçon et desirant le
7 faire baptiser en ce lieu luy dis qu’il demandast permission
8 a Monsieur le Curé de St pierre de Chollet ce qu’il m’a
9 affirmé avoir faict Son parin a éste M[ait]re Jullien le Cor
10 dem[eurant] en ce bourg et sa maraine damoiselle Nicole Roulin
11 dame du clousy dem[eurant] a la maison noble de pellouaille
12 j ay dit baptisé ceremonialement parce que lad[ite] Chauveau
13 Sage femme ma dit l avoir baptisé au logis des led[it] jour
14 vingt douziesme et m’estant informé comme elle avoit
15 fait ay (.) qu’il estoit bien baptizé ce qui a faist
16 que ie nay pas mesme osé le baptiser souls condition et
17 ce qui a fait que lon a retarde iusqu’a aujourdhuy (aSupplere ?)
18 les ceremonies a este que led[it] parin estoit malade faict en
19 l Eglise dud[it] St X[hristo]phle les iour et an que dessus et lad[ite] chauveau
20 et led[it] Louys Bremon pere dud[it] baptisé ont desclarez ne sçavoir
21 signe de ce par moy requis

Signé nicole Roulin / Julien le Coc / michel normandin p[ret]re

 Pour bien comprendre l’histoire, étudions cette carte des environs de Cholet.

Carte Cassini des environs de Cholet et St Christophe du Bois

Carte Cassini des environs de Cholet et St Christophe du Bois

 

Dans cette région des Mauges, l’habitat est extremement dispersé. Partout des métairies, des borderies, des “maisons nobles” au milieu de leurs champs. Pourtant chaque parcelle dépend d’une paroisse selon des critères qui ne sont pas forcément la proximité du lieu. En l’occurence, la métairie de la Sorinière, qui est à moins d’un kilomètre de l’église de St Christophe du Bois, dépend de la paroisse de St Pierre de Cholet, à presque 5 kilomètres au nord.

Les relations et les alliés de Louis Bremond, son “réseau social” , se situent autour de St Christophe : le futur parrain, Julien Le Cor/Le Coc/ Le Coz? , habite le bourg, c’est probablement un petit notable, puisqu’il sait signer d’une façon plutôt assurée et avec une ruche finale fort présente, ma foi, signe de l’importance qu’il a ou qu’il croit avoir. La future marraine, Nicole Roulin, dame du clouzy, habite la noble maison de Pellouaille, à quelques centaines de mètres de la métairie de la Sorinière. Pourquoi donc déplacer tout ce petit monde jusqu’à Cholet quand l’église de St Christophe est à un quart d’heure de marche ?

Louis décide donc de faire baptiser son fils à St Christophe, et en informe le jour même de la naissance, soit le 22 juin, le curé du lieu. Il a déjà obtenu l’autorisation du curé de St Pierre, probablement écrite même si ce n’est pas mentionné.  Avec toutes ces allées et venues, qui ont bien dû prendre la journée, il n’est plus temps le 22 de baptiser le nouveau né. En ces temps où beaucoup d’enfants mouraient en bas âge et où la religion avait une importance que nous avons parfois du mal à concevoir, un nouveau né était généralement baptisé dans les heures qui suivaient sa naissance, et au plus tard le lendemain. Si on avait des doutes sur sa survie, ou si on savait qu’il serait difficile que les cérémonies du baptême aient lieu rapidement, un adulte baptisé pouvait à son tour soit baptiser le nouveau né, soit plus fréquemment l’ondoyer. L’ondoiement, selon la définition donnée sur le site de l’Eglise Catholique, est un baptême où seule l’ablution baptismale est faite, sans les rites et les prières habituels. Mathurine, la sage femme, se charge donc comme c’est souvent le cas de baptiser le petit Jullien. Un peu d’eau versée sur le nouveau né, et le voilà qui appartient à l’église de ses pères. Ouf.

Il est temps de procéder au baptême mais “cérémonialement” seulement, et pas juste sous condition, parce que monsieur le curé a longuement questionné la sage femme pour s’assurer des gestes précis qu’elle a accomplis. Le petit Jullien n’a pas été ondoyé, mais bien baptisé de façon régulière, bien que sans les rites habituels. Comme le baptême est un sacrement qui ne peut être reçu qu’une seule fois, et qu’on est sûr que Jullien l’a reçu, il est hors de question pour monsieur le Curé de baptiser l’enfant. Donc on va juste faire la cérémonie, les prières, tout le decorum pour faire plaisir à tout le monde et faire la fête après, probablement.

Et c’est là que le parrain tombe malade et qu’on doit à nouveau remettre la cérémonie. De péripétie en péripétie, d’interrogations spirituelles sur la validité des gestes faits par la sage femme et leur portée symbolique, nous voici arrivés au 25 juin, trois jours après la naissance du petit Jullien.

De notre point de vue, trois jours entre la naissance et le baptême c’est extrêmement rapide, mais à St Christophe, c’est tellement rare que monsieur le Curé a tout consigné en détail, pour mon plus grand plaisir.

 

 

Sources et liens

 

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>