P comme Paris, quelle galère

Une des branches de votre arbre s’égare t’elle à Paris ?

Si c’est le cas,  vous savez ce que je veux dire. Chercher ses ancêtres à Paris, mais quelle galère ….

Pour des recherches postérierues à 1860, vous pourrez consulter l’Etat Civil, à condition de savoir où chercher, mais avant 1860 c’est fichu.

En effet, les registres étaient conservés à l’Hotel de Ville de Paris jusqu’en 1860, et la copie des registres au Palais de justice.

Le 28 mars 1871, après la défaite de Napoléon III contre la Prusse, et suite au siège terrible de l’hiver 1870-1871, le peuple de Paris se soulève contre les nouveaux dirigeants du pays. Pendant ce qu’on a appelé la semaine sanglante, du 22 au 28 mai, un certain nombre de monuments parisiens sont délibérement brûlés par les communards. C’est le cas le 24 mai de l’Hotel de Ville, et les archives de l’état civil et des registres paroissiaux de Paris partent en fumée.

L'Hotel de Ville de Paris après l'incendie - Paris Unplugged

L’Hotel de Ville de Paris après l’incendie – Paris Unplugged

 

Le 26 mai 1871, c’est au tour d’une grande partie du bâtiment du Palais de Justice de partir en fumée, à commencer par les salles d’archives …. Et les doubles des registres disparaissent à leur tour.

La Commune a donc effacé une partie de l’histoire individuelle des parisiens.

Des tentatives de reconstitution ont été faites, vous les trouverez en ligne sur les Archives de Paris, dans la partie qu’ils appellent les Archives reconstituées. N’y mettez pas trop d’espoir, quand vous avez la chance de trouver quelqu’un, ce n’est pas un acte, juste quelques mentions de la date de l’acte et du nom de la personne. Pas de filiation, peu de renseignements, juste un immense sentiment de frustration.

Reconstitution de l'acte de naissance d'Alexandre Pelletier de Chambure - Archives de Paris

Reconstitution de l’acte de naissance d’Alexandre Pelletier de Chambure – Archives de Paris

 

Côté registres paroissiaux, ce n’est pas mieux …

Sur le Geneawiki consacré à Paris, on trouve une sorte de mode d’emploi pour partir à la recherche de ses ancêtres parisiens. Ce qu’on ne souligne pas assez, c’est que la recherche va être longue, compliquée, et que s’il y a bien UN endroit où il faut être organisé, c’est quand on aborde Paris.

Quand vous étudiez une bourgade de 800 habitants dans le Poitou, en quelques heures vous allez lire les registres sur une dizaine d’années. Qu’importe que vous ne soyez pas totalement sûr de la date, un peu de patience et vous finissez pas trouver. Les seuls écueils sont les homonymes et les trous dans les registres.

A Paris, malheureusement, vous partez à l’aventure, et vous n’avez même pas de garde fou permettant de savoir si oui ou non vous êtes sur la bonne piste.

Je suis encore et toujours à la recherche de la famille de Gratien Landes, que j’aborde maintenant par le biais des notaires. Malgré la possibilité de lire en ligne les répertoires des notaires, c’est un vrai cauchemar. J’ai déjà passé des heures et des heures et des heures à éplucher ces répertoires, sur la bonne période, a priori le bon quartier, j’en suis seulement à mon second notaire et j’ai trouvé 4 actes potentiels. Et quand j’ai voulu les commander pour aller les consulter à l’hôtel de Soubise, pour 3 d’entre eux, il faut une dérogation pour cause de mauvais état.

Même plus près de nous, la recherche d’un acte n’est pas toujours simple.

Christian Karcher s’est marié à Paris fin 1903 ou début 1904. J’ai trouvé sur genealogie.com la publication de son mariage. Paris a un excellent service pour vous envoyer une copie d’un acte, à condition que vous en connaissiez tous les détails. Et là je ne connais pas la date du mariage. Les tables postérieures à 1903 ne sont pas aux Archives de Paris, mais dans chacun des arrondissements concernés. Et bien évidemment, je ne connais pas l’arrondissement, ce serait trop simple.

Alors dès que le challenge sera terminé, et que les beaux jours seront peut être revenus, j’irai me promener dans certaines mairies parisiennes, je retournerai à l’hôtel de Soubise. A défaut de trouver un nouveau document, au moins j’aurai le plaisir de me promener dans une des plus belles villes du monde. Parce que même si Paris est un cauchemar pour les généalogistes, Paris au printemps reste un vrai bonheur pour le promeneur.


Sources et liens

 

Comments

  1. says

    Même sentiment de frustration chez moi pour un décès et un mariage dont je connais pourtant parfaitement les dates et les arrondissements !!…

    En revanche (mais j’arrive peut-être un peu tard), pour les recherches auprès des mairies de Paris postérieures aux années 1900, sur le site du téléservice de l’Etat civil de Paris, dans le menu déroulant de sélection de l’arrondissement, on peut sélectionner la dernière ligne disant qu’on ne sait pas dans quel arrondissement a eu lieu l’événement. Et pour la date, on peut sélectionner des plages d’années. Du coup, tous les arrondissements font la recherche sur la période donnée. Ca prend un peu de temps, mais on n’en est plus à ça près…
    Bon, pour moi ça n’a pas abouti, mon ancêtre n’est donc sans doute pas décédé à Paris même… et comme je n’ai aucune idée de la date à 20 ans près et donc du lieu, ça va sans doute rester un mystère…

    • Brigitte says

      bonjour et merci de ce commentaire

      J’avais essayé sans donner d’arrondissement, pour utiliser la recherche multi arrondissement, mais rien n’avait été trouvé. Depuis, j’ai réussi à remonter la piste en suivant la succession de la grand mère, et j’ai retrouvé le mariage – suivi d’un divorce.

      Je commence à mieux maitriser les archives de Paris, mais je continue à galérer …..
      Brigitte

  2. says

    J’ai plus de chance que toi, puisque j’ai trouvé quand même trouvé un acte de mariage religieux et quelques actes de l’état civil reconstitué le jour où nous sommes allés ensemble boulevard Sérurier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>