K comme sous-série 2K

Temps de lecture: 3 minutes

Pour cette nouvelle participation du blog au Challenge AZ initié par Sophie Boudarel, de la Gazette des ancêtres, je vous emmène sur les terres ancestrales de ma mère, dans le village de Latillé en Poitou.


Au delà de la série K des archives départementales, consacrée aux textes législatifs, je vous propose de plonger aujourd’hui dans la sous-série 2K, consacrée au Journal Officiel. 

Gallica nous propose en ligne actuellement 68 années du Journal officiel de la République Française, de 1880 à 1947, 44906 numéros, de la lecture pour les longues nuits d’insomnie.

Une recherche dans ces archives avec le mot clé “Latillé” permet de trouver un certain nombre d’occurrences.

On y découvre par exemple les conséquences pour la bourgade de la loi de séparation des Eglises et de l’état, du 9 décembre 1905, dont l’article 3 prévoyait un inventaire des biens mobiliers et immobiliers des églises. Ce qui était nécessaire à leur fonctionnement leur serait rendu, le reste devait être saisi. Cet article a provoqué d’importantes tensions entre catholiques et républicains.

Le Journal officiel du 30 mars 1909 publie la liste des biens inventoriés du canton de Vouillé.

Gallica – Titre :  Journal officiel de la République française. Lois et décrets
Éditeur :  Journaux officiels (Paris) Date d’édition :  1909-03-30

A Latillé, une certaine demoiselle Monnereau – encore non identifiée – a fait donation à la fabrique de l’église d’une rente sur l’état de 662 francs, un montant important dont une partie, 100 francs, doit être affectée aux “pauvres honteux”. 

Cette donation tombe sous le coup de la loi de séparation. Pour l’Etat, cette donation est “grevée d’une affectation étrangère à l’exercice du culte.

C’est ainsi que dans le Journal Officiel du 15 avril 1910 sont publiés deux décrets concernant cette donation. 281 euros sont affectés à la commune de Latillé, pour servir à l’entretien de l’église, le reste étant affecté au bureau de bienfaisance de Latillé, pour porter secours aux nécessiteux de la commune.


C’est aussi dans le Journal Officiel qu’on trouve entre autres les affectations des fonctionnaires : instituteurs, percepteurs, les attibutions de la médaille du travail,  toutes informations qui permettent d’avoir une autre connaissance du village et de ses habitants.

A partir de 1915, on y trouve aussi bien sûr les citations des morts pour la France, si nombreux dans les villages du pays, une recherche indispensable si on travaille sur la liste des hommes inscrits sur le monument aux morts de la commune.

Vous l’aurez compris, une petite recherche dans le Journal Officiel sur Gallica est toujours une idée pertinente.


Sources et liens

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.