Curzay sur Vonne 1750 – Correction des registres de baptêmes

En écumant les registres paroissiaux de Curzay sur Vonne, dans l’arrondissement de Lusignan – je fais la fière, mais il y a peu je ne savais même pas où c’était … – je suis tombée sur une série de textes pour le moins surprenants.

Il s’agit de la constatation a posteriori de baptêmes célébrés dans la paroisse entre 1723 et 1743, qui n’avaient pas été portés sur le registre des baptêmes

Tout commence par la déclaration écrite de Louis Pierre Albert Renaud, docteur en théologie et curé de Notre Dame de Lusignan, qui dit s’être transporté au bourg de Curzay, paroisse de St Martin de Curzay pour en vertu de l’ordonnance de l’évêque de Poitiers du dix avril 1750 faire enquête pour constater si un certain nombre de personnes qu’il énumère ont bien été baptisés en cette paroisse selon le rite de la sainte église catholique.

 

Rappelons un peu le contexte.

En 1750, l’église protestante n’a pas d’existence légale en France. Par l’édit de Fontainebleau le 18 octobre 1685 Louis XIV a révoqué l’édit de Nantes et mis fin à la liberté religieuse. Si on n’est pas catholique en France à cette époque, on n’existe pas. Dans cette région du Poitou, contrairement à la Gâtine ou au canton de Vouillé, il y a des protestants, il y a même un temple à Lusignan qui reprendra du service de façon officielle après novembre 1787, quand Louis XVI signera un édit de tolérance qui rendra un état civil légal à la communauté réformée. On comprend donc pourquoi être inscrit sur les registres baptismaux peut être important pour un individu. Son existence légale en dépend.

Mais pourquoi les actes de baptême concernés n’ont ils pas été en leur temps inscrits dans le registre ? L’âge des différentes personnes concernées est variable, il y a aussi bien des enfants que de jeunes adultes. Personne n’a abjuré et les témoins qui viennent solennellement prêter serment sont des catholiques avérés. Et s’il s’agissait tout simplement d’un oubli ?

Tous les baptêmes concernés ont semble t’il été célébrés par le curé de Curzay sur vonne, Joseph Leblois. Tous sans exception. Une petite recherche sur ce curé me semble donc indispensable.

Le premier acte qui porte sa signature date du 9 mai 1719. Le curé précédent, le père Girault, signe les actes jusqu’au 20 avril 1719. Les quelques actes suivants sont signés par d’autres prêtres de paroisses voisines, qui indiquent que la paroisse de Curzay est vacante. Je n’ai pas trouvé à Curzay d’acte d’inhumation du curé Girault, qui soit n’est pas mort, soit a été inhumé dans une autre paroisse.

Mi mai 1719, Antoine Joseph Leblois, né à Poitiers le 5 mai 1692, et donc âgé de 27 ans,  arrive donc et prend possession de la cure de Curzay en Vonne. Il signe désormais les actes : curé de Moutardon et de Curzay. Moutardon ? Kesako ? Je remets ma casquette de Sherlock, qui ne traîne plus bien loin de mon ordinateur ces temps ci, et me voici partie tout d’abord sur le site Herage du Cercle Généalogique Poitevin, à la recherche d’une paroisse Moutardon ….. Chou blanc.  Rien non plus autour de Curzay sur Vonne sur une carte Cassini.

Eglise St Martin de Curzay sur Vonne

 

Une nouvelle fois, j’ai recours à mon vieil ami Google – s’il me faisait payer en vrai chaque fois que je l’utilise, je serais sur la paille depuis longtemps. Et une fois de plus, Google me sort une commune, ou du moins un lieu désormais associé à la commune de Nanteuil-en-Vallée, en Charente ….. Après mon pauvre Jean Guillon mort à 120 kilomètres de chez lui, me voici avec un curé à cheval sur deux cures, une à Curzay sur Vonne, l’autre à Moutardon, en gros 54 kilomètres à vol d’oiseau, une paille pour aller dire la messe le dimanche.

Très bizarrement, tous les actes qu’il va signer porteront tous l’indication curé de Moutardon. Je ne peux avoir accès aux registres paroissiaux de Nanteuil-en-Vallée, le département des Charentes prend tout son temps pour mettre ses données en ligne, impossible donc pour l’instant de savoir si Joseph Leblois signait également à Moutardon les actes de baptême, mariage et décès. Sérieusement, j’en doute, je pense que cette cure n’était que financière, ou disons honorifique.

Si je pars du postulat, qui me semble le plus cohérent, que Joseph Leblois restait sur la commune de Curzay sur Vonne, pour quelle raison n’a t’il pas consigné les baptêmes manquants ? J’ai vérifié les registres aux dates concernées, il n’y a pas de blanc, pas de page en attente, rien qui indique qu’il ait pu laisser un acte sous le coude. Non, il les a tout simplement “omis”.

Joseph Leblois meurt à Curzay sur Vonne le 7 juillet 1743, et le dernier baptême “manquant” date du 3 mars 1743. J’en déduis qu’après la mort du curé, quand son successeur a repris la cure, il a dû se rendre compte qu’il y avait des omissions dans ses registres. Peut être lors du mariage d’une de ses ouailles n’a t’il pas retrouvé l’acte de baptême. Ce n’est qu’une impression, mais je suppose qu’il a fait une sorte d’audit et qu’il a “alerté” sa hiérarchie  Sinon, pourquoi diantre monseigneur l’évêque de Poitiers aurait il dépêché le curé de Lusignan pour faire cette enquête ? Quant au fait que l’enquête ne concerne que les baptêmes, la raison m’en semble évidente : un mort n’a plus besoin de prouver qu’il est un bon catholique, du moins aux instances terrestres, et plus besoin non plus de prouver son identité. Si des sépultures ont été omises, cela ne devrait pas engendrer de désagréments aux vivants. Quant aux mariages, il y avait suffisamment de personnes qui y assistaient, et la plupart du temps parmi eux une personne qui savait signer, pour que monsieur le curé ne puisse pas “oublier” de mentionner l’acte sur son registre.

Avant de clore provisoirement cette recherche, je vais ajouter une petite note dans Evernote, dans le dossier concernant les recherches à faire dans les archives de l’évêché de Poitiers : retrouver l’ordonnance de l’évêque de Poitiers du 10 avril 1750. Je suis sûre que les attendus de cette ordonnance seront des plus instructifs.[divider_line]

Sources et liens
Les articles publiés sur ce blog sont tous écrits avec un profond respect pour les personnes qui y sont mentionnées. Si l'un d'eux vous offense malgré tout, prenez contact avec le webmestre par email auprès de webmaster at chroniquesdantan dot com

Comments

  1. says

    Encore une enquête passionnante à ton actif ! Je me demande quand même si cela n’a pas un rapport avec les protestants. Comment sais-tu que les témoins sont des “catholiques avérés” ? Simple curiosité de ma part.

    • Brigitte says

      Je te rassure, Dominique, je me suis posé la question. Mais en fait les baptêmes qui ont été ajoutés sont aléatoires, pas une famille entière, mais un fils ou une fille par ci par là. Le reste de la fratrie semble être baptisé en temps et en heure. De plus j’ai retrouvé le mariage des parents, mariés devant la sainte église catholique, comme cela est ensuite précisé dans chacun des témoignages. Dernière chose, s’il s’agissait de baptêmes d’anciens protestants, on aurait forcément des abjurations. Ma plus jeune baptisée a moins de 10 ans, l’acte de baptême de ses parents est antérieur à l’arrivée du curé Leblois, elle n’aurait pas été protestante seule.
      Bon, c’est une impression, un faisceau d’indices ….
      en tout cas, merci encore de me lire
      Brigitte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>