O comme Odessa

Odessa c’est ma plus grosse épine généalogique, mon mur de briques comme disent nos confrères généalogistes anglosaxons. Et ce mur de briques, il se dresse très tôt, au niveau des arrières grands parents de mes enfants. Avouez que pour une généalogie, s’arrêter aussi tôt, c’est très crispant.

Alors à défaut de remonter la piste des Snejkovsky et des Kapelchuk, allons donc visiter la ville avant le tournant du 20 ème siècle.

Odessa est une ville assez jeune à l’aune des villes françaises. Sa création officielle date de 1794, forteresse russe au bord de la Mer Noire, sur les territoires annexés à l’empire ottoman. C’est un Français à qui on doit le véritable essor de la ville, Armand du Plessis, duc de Richelieu, qui va être gouverneur d’Odessa de 1803 à 1814. La croissance phénoménale d’Odessa, c’est à lui qu’elle la doit, à lui et à sa situation géographique, un port, juste au bout de l’immense plaine à blé qu’était la Crimée.

Voici quelques extraits du récit de voyage que nous fait en 1859 Ida Pfeiffer lors de sa visite de la ville. Notons que Ida est allemande, le récit a été traduit. J’ai ajouté dans le récit, en italique, des photos actuelles, d’origine, ou de ma collection privée, des lieux qu’elle décrit.

Odessa, capitale du gouvernement de Cherson, est, par sa position sur la mer Noire et aux embouchures du Dniestre et du Dniepre, une des places de commerce les plus importantes de la Russie méridionale. La ville, qui compte 80 000 habitants, fut fondée en 1794 et déclarée port franc en 1817. Une belle citadelle domine tout le port.

Le développement rapide et l’état florissant d’Odessa sont dus en grande partie au duc de Richelieu, qui, après avoir comme émigré français pris part à plusieurs campagnes contres son pays, alla en Russie et fut nommé en 1803 gouverneur général de la province de Cherson. Il garda ce poste jusqu’en 1814; dans ce laps de temps, il éleva la ville, qui à son arrivée comptait à peine 3000 âmes, au rang qu’elle occupe aujourd’hui. Une des plus belles rues porte son nom, et en son honneur, on a donné à quelques places les noms de plusieurs places de Paris.

Odessa richelieu
La rue richelieu et l’Opéra dans les années 1890
By Photoglob AG, Zürich, Switzerland or Detroit Publishing Company, Detroit, Michigan [Public domain or Public domain], via Wikimedia Commons

Je ne restai que deux jours à Odessa; le troisième, je me rendis à Constantinople sur le bateau à vapeur. J’eus le temps de parcourir Odessa et ses environs dans tous les sens. La plus belle partie est située du côté de la mer, le boulevard surtout, avec ses superbes allées, offre une charmante promenade. La statue de bronze et en pied du duc de Richelieu est un des plus beaux ornements. De larges escaliers en pierre conduisent du boulevard jusqu’au bord de la mer, et dans le fond on voit se grouper de manigifques palais et de vastes édifices. Les plus remarquables sont le palais du gouvernement, l’hôtel de Saint-Petersbourg et le palais du prince Woronzoff, qui est construit dans le style italie et auquel vient se joindre un petit jardin. Du côté opposé du boulevard est la Bourse, également de style italien, et entourée d’un jardin. Non loin de là se trouve l’Académie des beaux-arts, édicifice assez médiocre, d’un seul étage. Le théâtre, orné d’un beau portique, promet beaucoup au dehors, mais produit bien peu d’effet à l’intérieur. Il est attenant au Palais-Royal, composé d’un joli jardin, autour duquel sont placés de grands et beaux magasins, où l’on trouve les plus riches marchandises. Les étalages sont très surchargés, mais disposés avec beaucoup moins de goût qu’à vienne ou à Hambourg.

Potemkinstairs
L’escalier du Potemkine
By Photoglob AG, Zürich, Switzerland or Detroit Publishing Company, Detroit, Michigan [Public domain or Public domain], via Wikimedia Commons

Parmi les églises, la cathédrale russe est celle qui se distingue le plus. Elle a une nef surmontée d’une voûte très élevée et d’une belle coupole. La nef repose sur de fortes colonnes revêtues d’un plâtre blanc et brillant qui ressemble à du marbre. Léglise est ornée de tableaux, de lustres et de flmabeaux qui sont riches, mais sans goût. Ce fut la première église où je trouvai des poêles, et vraiment on aurait été presque tenté de s’en serv ir, tant la différence de température, malgré le peu de distance, se faisait sentir entre Odessa et Jatla.

Une autre église russe se trouve sur le nouveau bazar. Elle a une grande coupole entourée de quatre autres plus petites , et paraît très belle au dehors; mais au dedans elle est petite et extrêmement simple.

Eglise Saint Pantelemon
Par Alexostrov (Travail personnel) [CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons
Adele à Odessa. Au loin, l'Eglise Saint Pantelemon
Adele à Odessa. Au loin, l’Eglise Saint Pantelemon

 Toutes les rues sont larges, belles et régulières. Aussi n’a t’on pas beaucoup de peine à s’orienter. On remarque de grandes et belles maisons dans toutes les rues et même dans les parties les plus reculées de la ville. […]

A Odessa, on se tire assez bien d’affaire quand on parle l’allemand; presque tout le monde le comprend, à l’exception du bas peuple. […]

 

En effet, on parle russe, mais aussi français, la langue de l’élite en Europe et en Russie, et aussi allemand, très souvent allemand, parce que l’émigration allemande en provenance du Wurtemberg a été encouragée à la fois par le duché de Wurtemberg et par l’empire russe. De nombreuses familles sont venues s’installer dans toute la province du Cherson, des familles et aussi de jeunes hommes, tel Eduard Kuehner, ébéniste  fils cadet qui a choisi de tenter sa chance dans cette nouvelle ville où tout était possible.

Et c’est parce que la région avait un important peuplement allemand, de religion luthérienne, qu’une église luthérienne a été bâtie à Odessa. C’est là que Eduard Kuehner épousa Teresa Porro, pourtant de religion catholique, et qu’ensuite leurs enfants furent baptisés ou enterrés.

Vue de Odessa D'Eglise allimande German Church
Eglise luthérienne allemande d’Odessa
By HOBOPOCC (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons

J’ai essayé de contacter des archives en Ukraine, pour l’instant sans succès. Je connais pourtant les dates exactes des actes que je cherche, peut être faudra t’il que j’aille moi même les récupérer. Décidément, il faut que je me mette à l’étude du russe.

Sources et liens
Print Friendly, PDF & Email

2 commentaires sur “O comme Odessa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.