Teresa Porro, une rencontre reportée

Temps de lecture: 4 minutes

Guillaume Chaix, du blog Le Grenier de nos ancêtres, nous propose chaque mois un défi d’écriture généalogique original. Il s’agit de raconter notre rencontre avec l’un de nos ancêtres . Voici ma contribution. 


Où es-tu Teresa? Où aurais-je une chance de te rencontrer pour en savoir plus sur ton enfance, sur tes parents, sur les raisons qui t’ont poussées à quitter Venise pour aller à Odessa ?

Je connais ton nom depuis les premiers jours de la mise en forme de ma généalogie. Mon logiciel Heredis me dit même que j’ai créé ta fiche le 2 janvier 2009. Je me souviens de ces jours, juste après le décès de Christiane, ta “petite-bru”, que nous avions accompagnée en terre ce terrible 24 décembre 2008. Le 2 janvier, après avoir raccompagné mes parents à la gare, j’avais installé Heredis sur mon ordinateur, j’avais rassemblé tous les documents que j’avais sur nos familles, celle de mon mari et la mienne, pour tisser les fils épars de l’histoire de nos ancêtres.

Tu figurais là, sur ce document manuscrit que Christiane avait rédigé, des années plus tôt.

A Venise sévit une terrible épidémie de choléra et la jeune Adele (?) Poro, orpheline issue d’une famille patricienne, fuit Venise et son cholera et se rend à Odessa, où elle est invitée depuis longtemps à venir séjourner chez des amis installés dans cette ville. Au cours d’une soirée, Eduard K lui est présenté, coup de foudre réciproque, mariage. “Ils furent heureux et eurent beaucoup d’enfants”, trois fils, deux filles puis une petite dernière Adele dont malheureusement la venue couta la vie à sa mère.

Tu es la mère d’Adele Kühner, dont je parle régulièrement sur ce blog, mais qu’il est difficile de renouer objectivement les fils de ta vie. Le récit fait par Christiane n’est que oui-dires, racontés par ton petit fils que tu n’as pas connu. Je crois que tu n’as d’ailleurs pas beaucoup connu ta dernière fille. J’ai retrouvé dans une table de mariage à l’église Sankt Peter d’Odessa ton mariage avec Eduard Kühner, le 1er septembre 1868, mais ce n’est qu’une table, pas un acte, et donc je n’y ai trouvé aucune information sur tes parents, aucune certitude sur le lieu de ta naissance.

Les tables de naissance et de décès de l’église Sankt Peter m’indiquent que tu as mis au monde 11 enfants, entre 1869 et 1886, dont au moins 4 sont morts en bas âge.

Ce sont les seules informations que j’ai pour l’instant pu confirmer.

Une de tes arrières petites filles, Doris, la petite fille de ton Emilie, qui vit aujourd’hui en Allemagne, dit que tu serais née le 14 mai 1848 à Venise, et que tu serais morte le 28 mai 1889 à Odessa. Ces informations, elles les a trouvées sur la copie qu’elle conserve du dossier que sa grand-mère, Emilie, a dû constituer dans les années 1930 dans l’Allemagne nazie, pour justifier qu’elle était bien allemande – une histoire de droit du sang – elle qui était née à Odessa, s’y était mariée, y avait eu certains de ses enfants, avant de quitter la Russie juste avant la guerre de 1914, dans les bagages de son mari. Ce n’est qu’une photo d’un tableau tapé à la machine, il y a si longtemps, un tableau avec des noms, des dates, ton nom, et ta date de naissance. L’original, et les photographies de famille, les papiers de famille, tous les souvenirs d’Emilie appartenaient à une autre cousine, qui semble t’il aurait tout vendu. Pourtant j’avais espéré que dans ces documents il y aurait un indice qui me permettrait de te rencontrer petite fille.

Pour l’instant, je n’ai pas réussi à te retrouver dans les archives de Venise avec cette simple information. Quant à une épidémie de choléra, à Venise, c’est une péripétie si courante dans l’histoire de cette ville qu’elle n’apporte aucun élément factuel précis …. Parfois, je pars à ta rencontre, je tourne des pages virtuelles de registres numérisés, je tape ton patronyme dans des bases de données, mais jamais encore je ne t’ai retrouvée.

Tu sais, les dates que j’ai inscrites dans ta fiche, dans mon logiciel, me gênent plutôt qu’autre chose. Tu étais une page blanche, sans début défini, sans fin précise, juste la vie d’une jeune femme, d’une épouse, d’une mère à travers quelques dates concernant ses enfants. Certains jours, je pense à retirer de mon logiciel ces dates de naissance et de décès, qui ne sont qu’une indication, sans source, sans certitude, probablement erronnées.

Es tu vraiment née à Venise ? Peut être es tu née près de Venise, dans la région de Venise, peut être s’est-on souvenu dans la famille de Venise, parce que c’était plus simple, comme je dis que j’habite à Paris quand je suis en voyage à l’étranger, parce que c’est plus simple et plus facile à appréhender que de dire que j’habite une petite ville de la banlieue ouest ….

Venise ….. le cholera …. la famille patricienne … si tout cela est vrai, pourquoi ne puis je pas trouver un seul indice sur internet ?

A Odessa, il semble qu’il y ait eu au 19ème siècle une famille d’origine italienne, la famille Porro, qui avait un rôle important dans le négoce de céréales. Mais là aussi je n’arrive pas à en savoir plus, à remonter la piste. Venaient ils de Venise, te sont-ils apparentés ?

Peut-être pourrais je te retrouver si j’allais moi-même à Venise, si au lieu d’attendre qu’une trace numérique vienne à moi, par hasard, je parte à ta recherche dans les bibliothèques de la ville, dans les registres des églises ? Je l’envisage, je l’espère …

Teresie, Teresa, tu es une petite musique dans ma tête, un jour peut-être, je te retrouverai, un jour peut-être j’en saurai plus sur ton enfance, ton départ vers l’inconnu. Ce jour-là, j’irai à ta rencontre.


Graphisme Heredis 2018
Theresa PORRO
N° Sosa :
Voir la fiche
Père :
Mère :
Print Friendly, PDF & Email

2 commentaires sur “Teresa Porro, une rencontre reportée

    1. Je viens à l’instant de retrouver la trace du cousin – vivant – le plus proche de mon mari, dont on ignorait l’existence jusqu’à ce matin. ALors oui, meme pour Teresa, un jour peut être 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.