T comme Tametsi


Durant tout le mois de juin 2017, dans le cadre du Challenge AZ, je vous raconte la vie des ancêtres de mon arrière-grand-père Jean Joseph Billard.


L’histoire commence un 24 novembre 1654, dans un paysage de moyenne montagne, pas très loin d’Olargues. Nous sommes à Mons-la-Trivalle, probablement à la chapelle Saint-Roch … Peut-être, parce que le décor rend l’anecdote tellement plus romantique.

La chapelle Saint Roch – Univers de Didou.overblog.com

Le cadre est superbe, dans ce qui est actuellement le parc régional du Haut Languedoc.

Gallica – Carte du diocese de Béziers / dressée sur les lieux par le S. Gautier ; rectifiée par Delisle

Ce 24 novembre, donc, Pierre Cot épouse Jeanne Calas. C’est Pierre Saliniac qui leur donne la bénédiction nuptiale. Un mariage a priori banal, me direz vous.

Et bien non.

Tout d’abord, le mariage est célébré par le chanoine de la cathédrale Saint Nazaire, à Béziers. On est bien loin de Béziers, dans ce Haut Languedoc. Ensuite, les deux futurs mariés sont paroissiens de Roquebrun, et non de Mons, qui d’ailleurs se trouve dans un évéché différent de celui de leur paroisse, l’évêché de Saint-Pons-de-Thommières.

Pourquoi ce mariage si loin de chez eux ? Je n’ai que des suppositions à faire. 

Le 24 novembre, on est au début de la période de l’avent, période dite “close” pour la célébration des mariages. Pour se marier pendant cette période close, il faut demander une dispense, contre monnaie sonnante et trébuchante, bien sûr. Est ce la raison pour laquelle Pierre Cot et Jeanne Calas, mes ancêtres à la 12e génération, se marient dans cette petite chapelle ? Ou bien pour une raison plus “noble”, veulent ils vouer leur union à Saint Roch ? 

Quoiqu’il en soit, ce mariage déplait à monsieur le curé et monsieur le prieur de Roquebrun, qui décident de porter plainte auprès de l’evêque. Il est en effet interdit, depuis la 24e session du concile de Trente, en 1563, de se marier sans témoins et sans la présence du curé d’un des deux conjoints ou d’un prêtre autorisé. Le but de cette formalité, c’est d’éviter les mariages clandestins, et donc de faire disparaître la polygamie. Ce décret, en latin bien sûr, commence par le mot “Tametsi” – qui veut dire “Même si” et il est entré dans la postérité sous cette appellation. 

L’évêque, Clément de Bonsi, répond dès le 3 décembre 1654 à la plainte du curé de Roquebrun, qui choisit de recopier en totalité l’acte dans son registre. Qu’il en soit remercié. (1)

1 Le mesme Jour et an dans la chapelle de Mons
2 a este administre le sacremant de mariage
3 a pierre Cot d’une part et a Jeanne Calasse d’autre
4 tous deux nos paroissiens par pierre saliniac pretre et
5 chanoine de st nasere de Beziers et ce sans permission de
6 Monseigneur de Beziers ni de monsieur le prieur ni la
7 mienne de quoy auroit este porte plainte a sa Grandeur
8 qui auroit ordonne _ _ ce qui s ensuit par lettre
9 missive qui ma esté envoiée et que j’ai voulu
10 enregistrer pour servir en tamps et lieu
11 Monsieur le Curé de Roquebrun suivant la plainte qui
12 ma esté ce jourdhui portée par mr le prieur sur le mariage
13 qui a esté faict entre pierre Cot, et Jeanne Calasse vos
14 paroissiens par un pretre qui n avoit point pouvoir de ce
15 faire, ledict Mariage se trouvant nul selon le concille de
16 trante _ 24 cap de _. Je vous fais ses
17 lignes pour vous enjoindre de parler sans fere du bruict audits
18 Cot et Calasse, et les advertir doucement et paternellement
19 de la nullitté de leur Mariage pour avoir esté faict sans
20 sans la présence du propre curé, sans sa permission ou la mienne
21 Et partant _ _ laditte nullitté, Jordonne qu’ils se separent
22 de lict apres lintimation de la presente laquelle leur sera
23 faitte _ _, jusques a ce quils aient espousé derechef
24 et pour ce ils se presenteront a sieur Prieur a qui je donne
25 plain pouvoir de les espouser en face de leglise pourtant
26 sens _ _ le temps de ladvant. Je les y exorte en
27 qualitté de leur pasteur, qui _ _ en _ que lhonneur
28 de dieu la _ de leur consiance et lhonneur de leur posteritte
29 selon le don de ma dignité episcopalle je suis
30 Monsieur le Curé
31 Votre affectionné
32 _ Clemans evesque
33 de Beziers et tout se fera
34 sens bruit et on men donnera
35 advis
a beziers le 3 xbre 1654
==========

La sentence est tombée, un mariage sans autorisation est nul. Il n’a pas eu lieu. Quelque soit la raison pour laquelle Pierre et Jeanne ont choisi de se marier sans respecter les formes et obligations de l’église catholique, apostolique et romaine, cela se retourne contre eux. Leur mariage est supposé ne pas avoir eu lieu.

Et  trois jours plus tard, le 6 décembre 1654, Jeanne et Pierre reviennent devant l’autel, ils sont mariés par l’aumonier de l’evêque de Béziers, devant leurs parents et amis – malheureusement non cités dans l’acte – et devant Louis de Michelet, le curé de Roquebrun, celui qui avait “porté plainte”.

Qu’est il advenu de Pierre Saliniac, le chanoine qui avait célébré sans permission la première union? Je n’ai pas réussi à le savoir.

Je resterai sur les dernières paroles de Monseigneur de Bonzi, parce que ce n’est pas tous les jours qu’un évêque se soucie de mon honneur. Monseigneur, la postérité de Pierre et Jeanne, à travers ma voix, vous remercie de nous avoir laissé cette anecdote croustillante.

AD34 – BMS Roquebrun 1651-1678
Aperçu généalogique
Branche Billard
Nom: Pierre Cot
Parents: inconnus
Epouse: Jeanne Calas
Lien de parenté: mon ancêtre à la génération 12
  1. Pierre Cot
  2. Bernard Cot
  3. Pierre Cot
  4. Marie Cot
  5. André Moustelon
  6. Pierre André Moustelon
  7. Paul Moustelon
  8. Marie Thérézine Moustelon
  9. Jean Joseph Billard
  10. Gaston Billard
  11. Gaston Billard
  12. moi

 

Sources et liens
  1. AD81 – BMS Roquebrun Saint-André – 1651-1678 – vue 31/150

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.