Pierre Deshayes, panacher à Paris


L’un des interêts d’une branche parisienne bourgeoise avant la Révolution, pour un généalogiste, c’est le plaisir de la découverte de métiers inconnus et incongrus, glânés au hasard des actes notariés.

C’est dans le contrat de mariage de Louis Lebois Duclos et Louise Deshayes que j’ai fait la connaissance de la famille de Louise, et en particulier de son père Pierre Deshayes (1). J’ai eu un peu de mal à déchiffrer sa profession, mais comme souvent, Twitter m’a vite apporté une réponse.

Un panacher, mais qu’est ce donc ? 

Voici ce qu’on trouve dans l’Encyclopédie de Diderot concernant la profession de plumassier, plus ou moins équivalente à celle de panacher.

PLUMASSIER, s. m. (Art. méchaniq.) est celui qui fait & vend des ouvrages de toutes sortes d’oiseaux, comme capelines, panaches, bouquets de lits de dais, tours de chapeaux, &c. voyez Capelines, Bouquets, Panaches, Tours de chapeaux , &c. Les Plumassiers prennent aussi le nom de panachers de celui de panache, qui est un des principaux objets de leur art.

Leur négoce consiste en plumes d’autruche, de héron, d’aigrettes de queues de paon, & de toutes sortes d’autres plumes fines qui servent à la parure & à l’ornement.

Lire tout l'article de l'Encyclopédie

Pierre Deshayes est-il maitre plumassier ? Il est indiqué dans les actes que j’ai trouvés comme marchand panacher, j’ignore quelles vraies différences il y a entre les deux dénominations. Mais le fait est qu’il vend des plumes à ces messieurs et ces dames de la noblesse et de la haute bourgeoisie, à une époque, le siècle de Louis XIV, où il est de bon ton d’avoir un “truc en plume”.

Les costumes de scène de Louis XIV lors des fêtes qu’il organisait à Versailles sont ornés de plumes extravagantes,  signes de la position sociale de l’individu qui les porte. Qui irait s’occuper d’une telle frivolité quand il n’arrive pas à nourrir sa famille ?

Les noces de Pelée et Thetis – Costume de la guerre pour le Roi –

Le panacher travaille donc dans le domaine de la mode et du luxe. Un précurseur de Karl Lagerfeld, plus ou moins ….. 

Grâce au contrat de mariage de Louise Deshayes, et à l’inventaire après décès de son père Pierre (2), qui est mort le 8 mai de la même année, une semaine avant le contrat de mariage de sa fille …. , j’en sais un peu plus sur la vie professionnelle de Pierre Deshayes.

Pierre Deshayes réside et tient commerce dans une maison de trois étages située sur le Pont Notre Dame, paroisse Saint Jacques de la boucherie. La boutique est au rez de chaussée sur le pont. A l’entresol une cuisine, au premier étage l’équivalent de deux pièces de vie, au second étage la chambre où Pierre Deshayes est décédé. 

Dans un des actes concernant Louis Lebois Duclos, futur gendre de Pierre Deshayes, je sais qu’il habite avec son épouse Louise Deshayes “au bout du pont Notre Dame”. Quant à la paroisse Saint-Jacques de la Boucherie, elle correspond à l’église Saint Jacques, dont il ne reste aujourd’hui que la Tour Saint Jacques.

Raguenet, La joute des mariniers-2 denoised.jpg
CC BY-SA 3.0, Lien

Pierre Deshayes a acquis le droit de bail de sa boutique et de son commerce par acte notarié de septembre 1658, inventorié dans son inventaire après décès, et paie un loyer de 500 livres par an pour occuper la maison et la boutique. Il emploie dans sa boutique comme garçons panachers deux de ses neveux : Charles Deshayes et Blaise Duhamel, et probablement également son fils Pierre, qui dans le contrat de mariage de sa soeur Louise est dit marchand panacher bourgeois de Paris, titres qui étaient attribués au début de l’inventaire à son père mort quelques jours plus tôt .

Le commerce semble être florissant, il y a beaucoup de tableaux – tous semble t’il d’inspiration religieuse – et une vaisselle d’argent plutôt abondante. 

Le notaire fait également l’inventaire dans les papiers de différentes créances détenues par Pierre Deshayes sur certains de ses clients : monseigneur Louis duc de Bourbon, prince de Condé pour 6000 livres ; le marquis d’Alluye pour 2080 livres, pour mentionner les plus importantes créances. 

Après les papiers, le notaire inventorie la boutique, et le stock des plumes en attente d’utilisation, sur des pages et des pages, mais le clerc qui rédige l’acte écrit tellement mal que la transcription est très compliquée.

Je ne sais pas si Pierre Deshayes fils a longtemps continué l’activité de son père, ce sera une piste de recherches à suivre un jour, plus tard. En attendant, je compte bien retrouver l’acte d’achat du droit de bail lors d’une prochaine visite au CARAN. 

De nos jours, il reste quelques plumassiers qui travaillent uniquement dans le domaine du luxe et bien sûr du spectacle. Imaginez les girls du Lido ou du Moulin Rouge sans leurs plumes, la vie nocturne parisienne n’aurait pas la même saveur.

Les plumassiers du Moulin Rouge
Aperçu généalogique
Branche Karcher
Nom: Pierre Deshayes
Parents: inconnus
Epouse: Anne Moussis
Lien de parenté: Aïeul de mon mari à la 12ème génération
  1. Pierre Deshayes
  2. Louise Deshayes
  3. François Lebois Duclos
  4. Marie Thérèse Lebois Duclos et Catherine Lebois Duclos
  5. Thérèse Devienne et Marie Angélique Landes
  6. Françoise Berard et Denis Bonaventure Pelletier de Chambure
  7. Alexandre Pelletier de Chambure
  8. Louise Arnoldine Pelletier de Chambure
  9. Marie Jeanne Jung
  10. Daniel Karcher
  11. Christiane Karcher
  12. mon mari

 

Sources et liens 
  1. Archives Nationales – Minutier central des Notaires _ LXXXV_203 – 14/05/1673
  2. Archives Nationales – Minutier central des Notaires _ LXXXV_203 – 13/05/1673
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.