Le service à thé d’Indochine

Temps de lecture: 4 minutes

Au mois de mars, Sophie Boudarel, du blog La Gazette des Ancêtres, nous a proposé de parler d’un objet de famille et de sa signification dans l’histoire familiale.

J’aurais pu vous parler de tant d’objets. Avec la disparition de nos parents, nous devenons dépositaires de la mémoire familiale, au travers de quelques meubles et objets qui nous viennent d’eux ou de leurs parents. Meubles, tableaux, vaisselle, vieilles nappes brodées du monogramme d’une arrière grand-mère … Certains meubles font partie de notre quotidien, un tiroir de ma chambre abrite la coiffe de mariage de mon arrière grand-mère, et des boites de rangements débordent de photos anciennes ou de cahiers d’écoliers de mes enfants, souvenirs de famille pour les générations futures.

Alors que choisir parmi tout cela ?

Et si aujourd’hui je vous parlais de ce service à thé, que papa a rapporté en 1955 d’Indochine, et qui il y a quelques mois encore était rangé chez maman, dans le buffet de Latillé.

L’histoire de ce service me raconte l’histoire de mon père, avant son mariage, l’histoire de son déploiement en Indochine.

Feuilletons ensemble les carnets de note de papa, et les photos de son album d’Indochine.

Le 18 octobre 1950, Gaston Billard, mon père,vient d’avoir 20 ans quand il est incorporé dans le cadre du service militaire, classe 50/2 à Alger. Il est affecté à la Base aérienne 1/210 à Alger, dans le quartier de la Redoute. Caporal en mai 1951, puis sergent en janvier 1952, il décide de s’engager pour deux ans d’abord, en mai 1952, quand son service militaire prend fin, puis à nouveau pour deux nouvelles années à partir du 18 avril 1954.

La France, qui est encore au milieu du XXème siècle une puissance coloniale de premier ordre, détient en Asie du Sud-Est un territoire important dans la péninsule d’Indochine. L’Indochine française, constituée à partir de 1858, comprend en 1946, au sortir de la seconde guerre mondiale, la colonie de Cochinchine, les protectorats de l’Annam et du Tonkin – ces trois territoires forment le Vietnam actuel -, le protectorat du Cambodge et le protectorat du Laos.

French Indochina 1900-1945-fr.svg
Par FlappiefhTravail personnel from : Sources of data: NASA Shuttle Radar Topography Mission (SRTM3 v.2) (public domain); Natural Earth (vectors)., CC BY-SA 4.0, Lien

Pendant la seconde guerre mondiale, l’Indochine est occupée par les Japonais et l’administration coloniale française, répondant au gouvernement de Vichy, et incapable de faire face, collabore avec l’occupant. Le nouveau parti nationaliste vietnamien collabore lui avec les Etats Unis contre le Japon. Quand la guerre prend fin en Asie après la capitulation du Japon, Ho Chi Minh , leader du Viêt Minh, prend le contrôle d’une partie du territoire vietnamien et déclare l’indépendance, le 2 septembre 1945. La France envoie un corps expéditionnaire pour reprendre le contrôle de sa colonie. C’est le début d’une guerre dans laquelle l’armée française se retirera progressivement à partir de la fin de l’année 1954. En décembre 1955, 85% des effectifs français avaient quitté le territoire vietnamien, laissant la place aux conseillers militaires américains. Les Français quittent définivement Saïgon autour du 10 janvier 1957.

Pourtant, au début de l’année 1954, on continue à envoyer des troupes et du matériel en Indochine. C’est ainsi que mon père embarque avec son escadrille le 18 janvier 1954 à Alger, à bord du SS Pasteur, direction Marseille, puis Saïgon.

Dans son livret militaire de gendarmerie, papa avait repris ses états de service.

J”y lis qu’il a embarqué à Alger, le 18 janvier 1954, débarqué à Marseille, le 19 janvier, puis embarqué à Marseille le 23 janvier pour débarquer à Saigon le 9 février.

En feuilletant son album photos d’Indochine, je sais qu’il est parti avec le SS Pasteur, qui faisait depuis 1945 office de transport de troupes entre la métropole et l’Indochine.

Image illustrative de l’article SS Pasteur
Par Marius Bar — carte postale, Domaine public, Lien

Si j’en crois l’album photo de papa, c’est en fait de Mers-el-Kebir qu’il est parti.

Il reste peu de temps à Saïgon, il est vite stationné à Tourane – l’actuel Da Nang – puis à Dalat.

Carte trouvée sur L’Histoire

Quand papa débarque à Saigon début février 1954, Bigeard et ses parachutistes tiennent encore le site de Dien Bien Phu, dans le nord du pays. C’est à partir du 13 mars 1954 que le Viet Minh lance ses attaques qui conduiront à la chute de Dien bien Phu le 7 mai 1954.

Papa, de ce que je comprends de son parcours, n’est pas allé dans le Nord du Vietnam. Mais militaire français sur place pendant que le Viet Minh prenait petit à petit le contrôle de la région, puis de la ville d’Hanoï, il savait précisément ce qui se passait, plus précisément que les Français de métropole ou d’Algérie. Je me souviens l’avoir entendu expliquer qu’en voyant ce qui se passait en Indochine, il a compris que l’Algérie ne resterait plus très longtemps elle non plus sous la domination de la France. A son retour, il s’était disputé avec son père – une fois de plus – sur ce sujet, disant à sa famille qu’un jour il leur faudrait quitter Alger.

Je n’ai que peu de souvenirs de papa racontant sa campagne en Indochine. L’album de photos raconte peu le côté militaire. Certes, on voit quelques baraquements, parfois un avion, parfois quelques hommes en uniforme.

Le carnet de vol de papa, mécanicien avion, en dit un peu plus sur son activité militaire.

Mais ce qui domine l’album photos que papa a rapporté, ce sont les paysages, les visages d’enfants dans les rizières, les baignades avec les copains sur les plages et dans la montagne, les photos d’Angkor. Des images fortes, qui l’ont accompagnées toute sa vie, peut-être ce qu’il avait décidé de mettre en avant pour ne pas inquiéter la jeune fille qu’il avait laissée à Alger.

Sur place, ce que les photos ne disent pas non plus, c’est que papa a été malade, très malade, au point de perdre toutes ses dents.

Le 22 août 1955, il embarque à Saïgon sur un DC6 qui le ramène vers la France. Saigon-Karachi ; Karachi-Beyrouth; Beyrouth-Nice; Nice-Paris où il atterri le 23 août. Le 26 août 1955, il arrive enfin à Alger, où l’attend sa fiancée.

Dans ses bagages, il a rapporté un service à thé en porcelaine, ce service à thé qui représente l’Indochine, le plus grand voyage qu’il a fait dans sa vie.

Détail de la tasse en transparence dans la porcelaine

Quelques jours plus tard, le 14 septembre 1955, mes parents se mariaient. Ce service à thé d’Indochine fait partie de l’histoire de ma famille depuis maintenant 65 ans, et miracle, rarement utilisé, il est encore presque totalement intact.

Puisse cet article donner envie à ma progéniture de le conserver à son tour quand je ne serai plus là, et de se souvenir de leur grand-père en ouvrant un placard ….

Print Friendly, PDF & Email

4 commentaires sur “Le service à thé d’Indochine

  1. Très jolie travail de recherche généalogique et un bel objet, chargé de l’histoire familiale. Merci pour ce partage. Je ne doute pas que ce service est encore un long voyage faire dans ta famille.

  2. J’étais impatiente de découvrir la photo de ton service à thé. Chez nous, nous n’avons pas exactement ce modèle, mais le visage en transparence est le même !
    Cela fait partie d’une histoire et la lecture de ton récit éveille un écho où je devine mon père …

  3. Tout un pan de l’histoire évoqué à partir d’objets de famille ! C’est ce qui en fait tout le charme. J’espère que tes enfants sauront reprendre le flambeau et transmettre ces épisodes à leurs propres enfants, sans rompre la chaîne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.