Gustave Karcher (1831-1908) et sa famille

Temps de lecture: 7 minutes

Parmi les nombreuses photos non identifiées conservées dans l’album photos de Marie Jung, épouse Karcher, c’est la famille de Gustave Adolphe Karcher que j’ai réussi à identifier le plus rapidement.

Avant de scanner chacune des photos individuellement, j’avais pris la précaution de photographier chaque page de l’album tel qu’il se présentait. J’espérais y trouver des indices, et dans une certaine mesure j’avais raison.

Voici à quoi ressemblaient deux des pages, recto verso, de l’album. J’ai ajouté sur le cliché des numéros pour faciliter mon explication.

Album photos de Marie Karcher – Collection privée

 

Avant de numériser les photos, je les avais étudiées attentivement, et je trouvais une ressemblance entre les jeunes femmes sur les images 3, 7 et 8.

Lors de la numérisation, voici les informations que j’ai relevées :

  • Les photos 1, 2 et 5 ont été prises au studio J. Dolard, à Lyon
  • La photo 3 vient du studio de Chéri Rousseau, à Saint Etienne
  • La photo 4 vient du studio P. Bellingard, à Lyon
  • La photo 6 vient du studio Cavaroc, à Lyon
  • La photo 8 vient du studio Gerst & Schmidt à Colmar
  • La photo 7 ne porte pas de nom de studio photo

Lyon, Saint-Etienne et Colmar, la réunion de ces trois villes m’a fait penser à Gustave Karcher, un des frères de Jules Karcher, et donc un des beaux-frères de Marie Jung. Gustave est en effet originaire de Colmar, où habitent Jules et Marie Karcher. Il a épousé une jeune fille originaire de Saint-Etienne, Cécile Combe, et il vit à Lyon, où il travaille dans le milieu de la soie, avec leur fille Cécile. Colmar, Lyon, Saint-Etienne.

Gustave Adolphe KARCHER
N° Sosa :
Voir l arbre
Père :
Mère :

Les photos 1,2 et 5 ont visiblement été prises au même endroit, mais surtout à la même époque. Un homme, une femme, un enfant. Pourquoi pas Gustave, sa femme Cécile et leur fille Cécile ? Cécile Karcher serait aussi sur les photos 3, 7 et 8. Mais comment vérifier ce qui n’est à ce stade qu’une intuition ?

C’est la photo 4 qui m’a apporté la solution, le portrait d’un homme, entre 30 et 40 ans, pris à Lyon. La photo est clairement postérieure aux photos 1,2,3 et 5. Mais elle est en face de la 4, en face de la photo jeune fille de Cécile Karcher. Pourrait il s’agir de son époux, Joseph Pasteur ?

Sur Geneanet, j’ai trouvé un arbre en ligne très détaillé concernant la famille de Joseph Pasteur, l’époux de Cécile Karcher, et sur lequel il y a des photos des parents de Joseph Pasteur.

Geneanet – Arbre en ligne de Bernard Reynaud

Si le propriétaire de l’arbre avait des photos des parents de Joseph Pasteur, peut-être avait il aussi des photos de Joseph ? Mon correspondant, contacté va Geneanet, avait effectivement des photographies de Joseph, qu’il m’a gentiment transmises.

Joseph Pasteur et sa femme Cécile née Karcher – Collection privée Bernard Reynaud
Joseph Pasteur – Collection privée Bernard Reynaud

Vous conviendrez avec vous qu’aucun doute n’est permis, ma photo 4 est bien celle de Joseph Pasteur, les photos 3, 7 et 8 sont clairement des portraits de Cécile Karcher, épouse Pasteur, cousine germaine de Daniel Karcher, le père de mon mari. Par déduction, le portrait 1 est celui de Cécile Combe, épouse Karcher, le portrait 2 celui de Gustave Karcher, le portrait 5 celui de leur fille Cécile vers l’âge de 6 ou 7 ans. Par déduction toujours, sur le portrait 7, Cécile Karcher épouse Pasteur pose avec son fils, Gustave Karcher. Quand au bébé du portrait 6 il s’agit vraisemblablement de Jeanne Pasteur.

Voici l’album de famille de Gustave Karcher.


Gustave Adolphe Karcher nait à Colmar, en Alsace, le 29 mars 1831. Son père, Jean Jacques Karcher, est le descendant d’une longue lignée de meuniers bourgeois de Colmar, et il semble être le premier à changer de milieu social, en créant dans le faubourg de Brisach, à Colmar, une fabrique de rubans de soie. Quant aux origines de la famille de sa mère, Marie Salomé Schmutz, elles nous conduisent dans les vignobles de Riquewihr, puis remontent vers la Suisse, où l’histoire de certains de ces ancêtres se mêle à de grands événements fondateurs de l’histoire de la France et de la ville de Bâle. Mais c’est une autre histoire, qui nécessite des recherches plus poussées avant de vous être contée ici.

Lorsque Gustave nait, sa mère a déjà mis au monde cinq enfants, dont les deux premiers sont morts encore bébés. Des sept enfants qu’elle aura, quatre vont arriver à l’âge adulte et avoir une descendance :

  • Jules Constantin, né le 16 février 1826
  • Mathilde Emilie Berthe, née le 29 juin 1827
  • Gustave
  • Jean Jacques, né le 13 février 1840, dont un des fils, Jean Karcher, sera un médecin réputé et reconnu de la ville de Bâle

C’est à Jules Constantin, l’ainé que revient la succession à la tête de la fabrique de rubans de soie du faubourg de Brisach. Gustave va donc travailler, lui aussi dans le domaine de la soie, comme commis négociant. Qui dit soie au 19ème siècle, dit bien sûr Lyon, et c’est à Lyon que sa famille l’envoie.

A partir de quand est-il à Lyon? Je l’ignore encore, mais Gustave a un don pour la peinture. Il semble qu’il fréquente l’école de peintures de paysage de Nicolas Victor Fonville, créée en 1831 rue des Bouchers, et qui fonctionne jusqu’à sa mort en 1856. Sur les courtes notices biographiques trouvées sur quelques sites d’enchères d’art en ligne, j’ai lu que Gustave Karcher avait étudié à l’école de peinture Fauville en Alsace. Il n’y a a priori pas d’école Fauville en Alsace, j’imagine que l’école de Nicolas Fonville à Lyon s’est muée en une école Fauville imaginaire en Alsace.

Et Gustave  peint ….

Il peint certes, mais il faut bien manger, et Gustave continue à travailler dans le négoce de la soie.

En 1859, il réside à Saint-Etienne, où il est commis négociant, quand il épouse le 24 décembre 1859 Cécile Louise Marie Irène Combe au temple protestant de la ville. Je n’ai pas encore étudié l’ascendance de Cécile, mais ce détail d’un mariage au temple protestant de Saint-Etienne éveille ma curiosité. Dans le contrat de mariage que passent Gustave et Cécile, j’apprends qu’elle apporte en dot 1200 francs en espèces, son trousseau estimé à 1000 francs et surtout un “piano en forme de secrétaire”, estimé à 800 francs. C’est donc un couple porté vers l’art que nous allons suivre entre Saint-Etienne, Colmar et Lyon.

Le 15 mai 1864, Cécile Combe met au monde à Colmar, au 3 rue du Ladhof, dans le bastion familial du faubourg de Brisach, à côté de la fabrique, une petite fille, Cécile Georgette Karcher. Elle sera le seul enfant du couple. Depuis quand le couple vit-il à nouveau à Colmar ? Combien de temps la famille reste t’elle à Colmar? Difficile de le savoir sans me rendre sur place, les archives du Haut Rhin en ligne sont très pauvres. En mai 1866, Gustave habite à Colmar quand il est témoin du mariage de sa nièce, Françoise Damas, la fille de sa soeur Mathilde, avec Louis Emile Pingoud. Mais depuis combien de temps ?

Et Gustave peint ….

Je le retrouve le 22 mai 1872, à Lyon où il habite maintenant. Né en Alsace, vivant sur le territoire français, il opte ce jour-là pour la nationalité française. Je ne connais malheureusement pas son adresse à cette époque.

A partir de 1886, il habite avec sa famille, et une domestique, au 108 avenue de Saxe, à Lyon. Sa fille Cécile se marie le 11 juillet 1887 avec Joseph Pasteur, et le jeune couple va partager l’appartement des parents jusqu’en 1901.

Et Gustave peint ….

Et Gustave expose, à Lyon, mais aussi à Paris, au “Salon”, comme par exemple en 1868 ou en 1879, où son tableau figure en page 36 du catalogue illustré. Les critiques ne sont pas exceptionnelles, Gustave Karcher ne va pas devenir le peintre paysagiste qu’on s’arrache dans les milieux bourgeois.

Annuaire de la société d’histoire de la ville de Munster – 1978
Revue alsacienne – Novembre 1879

Gustave Karcher meurt à 76 ans, le 23 janvier 1908. Sa fille Cécile meurt presque deux ans plus tard, le 7 octobre 1909. Elle laisse deux enfants, Gustave Pasteur, 21 ans, et Cécile Pasteur, 15 ans. Cécile Combe, leur mère, leur survit jusqu’après 1921, date à laquelle elle est présente dans le recensement à Lyon, au 111 quai Pierre Scize, avec son gendre Joseph Pasteur et sa petite fille Cécile.

Je ne sais pas encore si Gustave a toujours aujourd’hui des descendants, c’est possible, mais la généalogie descendante après 1914 est une recherche compliquée. Si par hasard ils lisent ce texte, j’espère qu’ils me contacteront.

Les tableaux de Gustave Karcher continuent parfois à se vendre aux enchères, ils ne sont pas trop chers et j’ai mis une alerte personnalisée sur les sites spécialisées. Avoir un tableau de l’arrière grand oncle de mon mari, au côté de ceux de sa petite nièce Christiane, qui avait également un petit talent de peintre paysager, me ravirait.

 

 

Sources et liens
  • Merci à Bernard Reynaud pour sa gentillesse et son aide – Son arbre sur Geneanet
  • Chéri-Rousseau, photographe à Saint-Etienne
  • Pour la partie biographique de la famille de Gustave Karcher, sources précises indiquées sur Geneanet, à partir de
    • Archives départementales du Haut-Rhin
    • Archives municipales de Lyon
    • Archives départementales de la Loire
    • Archives départementales du Rhône
  • Wikipedia – Nicolas Victor Fonville
  • Univers Arts – Gustave Karcher  
  • Gallica – Titre :  Revue alsacienne : littérature, histoire, sciences, poésie, beaux-arts
    Éditeur :  Berger-Levrault et cie (Paris)
    Date d’édition :  1879-11
  • Bulletin des lois – Optants pour la Nationalité française Bulletin 156 – Voir aussi le projet de numérisation et indexation des dossiers d’optants
  • Gallica – Titre :  Annuaire de la Société d’histoire du val et de la ville de Munster
    Auteur :  Société d’histoire du val et de la ville de Munster. Auteur du texte
    Éditeur :  Société d’histoire du val et de la ville de Munster (Munster)
    Date d’édition :  1978
  • Catalogue illustré – Salon de 1879
  • Artnet – Gustave Karcher
Print Friendly, PDF & Email

2 commentaires sur “Gustave Karcher (1831-1908) et sa famille

  1. Bonjour merci de votre travail, que je découvre ce jour ;;;;je souhaitais contacter le musé des beaux arts de lyon pour voir une des toiles de Gustave Karcher. Gustave est le frère de mon arrière grand père; Ainsi retrouvé dans une histoire familiale …On peut se parler si vous le souhaitez ..

    1. Bonjour, je suis absolument ravie de votre message, et mon mari, votre cousin, aussi. Je vous contacte sur votre adresse mail
      Brigitte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.