Q comme Quatorze

Temps de lecture: 3 minutes

Pour cette nouvelle participation du blog au Challenge AZ initié par Sophie Boudarel, de la Gazette des ancêtres, je vous emmène sur les terres ancestrales de ma mère, dans le village de Latillé en Poitou.


En ce mardi 14 octobre 1845, on s’agite à la mairie de Latillé. Le programme des mariages du jour est chargé. A partir de 10 heures, ce sont 6 futurs couples qui doivent se succéder devant le maire, Adrien Jeudy, pour se marier. Six mariages en ce seul jour du 14 octobre, pour une année 1845 pendant laquelle 17 mariages au total ont lieu à Latillé.

Pour bien comprendre le caractère exceptionnel de cette journée, regardons quelques chiffres sur la période 1843-1852, couverte par le registre auquel la date du 14 octobre 1845 appartient.

1845 est la seconde année en terme de nombre de mariages. Le chiffre de 17 mariages sur une année sort déjà du lot sur cette décennie.

La répartition des 113 mariages sur les 12 mois de l’année est encore plus parlante. Comme dans toute commune rurale du 19è siècle, on ne se marie pas pendant la pleine époque des travaux des champs. Le temps clément n’est pas réservé aux festivités, mais au travail de la terre, qui fait vivre toute la population. On attend donc les mois d’hiver pour convoler, et c’est octobre qui est le mois le plus choisi par les futurs couples : 30 unions en octobre sur un total de 113.

A partir de ces deux graphiques, un nombre de mariages plutôt conséquent par rapport à la moyenne en 1845, un mois d’octobre traditionnellement propice aux mariages, le chiffre de 6 mariages consécutifs n’est plus aussi étonnant.

Qui sont ces 12 jeunes gens qui se marient en ce mardi 14 octobre 1845 ?

Si on regarde attentivement les mariés, il n’y a en fait que 3 noces différentes ce jour là, sur la commune de Latillé, probablement seulement trois cérémonies religieuses de mariage à l’église.

La triple union des familles Fraudeau – Chenier – Chaigneau

Un double mariage dans la famille Sapin

Un mariage entre cousins issus de germains

Je ne sais pas si je cousine avec les couples précédents, je n’ai pas encore remonté suffisamment leurs arbres généalogiques, mais pour le dernier mariage, celui entre Louis Texereau et Marie Anne Pouzet, il n’y a pas d’hésitation. Je cousine avec chacun des époux, tout comme ils cousinent eux aussi, grâce à nos ancêtres communs Jacques Pouzet et Marie Anne Foucher, les Sosa 498 et 499 de mes enfants.

François Alexandre était un peu jeune pour aller à la noce, il n’avait que 6 ans. Mais peut être ses parents, François Quintard et son épouse Françoise Chartier ont ils été invités ? Après tout, François Quintard était le cousin germain du père de la mariée et de la mère du marié …… 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.