Temps de lecture: 3 minutes

La semaine dernière, je vous ai proposé une mise à jour d’un article de 2017 qui retraçait la vie des trois sœurs Laventurier, de lointaines cousines, avec lesquelles je partage le même haplogroupe mitochondrial, l’haplogroupe H5a2 :

  • Marie Victorine Clarice LAVENTURIER (1866-1888)
  • Eugénie Léonie Virginie LAVENTURIER (1869-?)
  • Clémence Eugénie Virginie LAVENTURIER ( 1877-1965)

Ma rapide biographie d’Eugénie se terminait par ces mots :

Pour l’instant, Eugénie Léonie Virginie Laventurier, porteuse en théorie de l’ADN mitochondrial H5a2, tout comme moi, a disparu de mon radar généalogique.

Les soeurs Laventurier

Je mentionnais dans les mises à jour la découverte récente d’une fille d’Eugénie et de son mari Aimé Petit, une petite Yvonne Claudine Jeanne, née le 18 septembre 1897 à Parthenay, mariée le 1er mars 1919 avec André Gelin.

Quand j’ai publié mon billet de blog, j’avais demandé l’acte de mariage d’Yvonne auprès de la mairie de Parthenay, mais je n’avais pas encore eu de retour.

L’acte est arrivé ce matin, et comme souvent il contenait les indices qui m’ont permis de “boucler” l’histoire de la vie d’Eugénie Laventurier, sans toutefois répondre à toutes mes questions.

Voici ce que contient l’acte de mariage au sujet de l’état civil d’Yvonne.

Archives de Parthenay – Mariages 1919 acte 12

Le 1er mars 1919, Eugénie vit à nouveau à Parthenay, et elle est présente au mariage de sa fille.

C’est une information à laquelle je ne m’attendais pas. La derière fois que j’avais trouvé une trace d’Eugénie, elle habitait avec son fils ainé Raoul, à Paris, au 24 rue du faubourg Montmartre. Raoul appartenait à la classe 1913, il a donc quitté sa mère – et peut-être sa soeur Yvonne – pour partir faire son service militaire, et n’est plus revenu à la vie civile. Il a disparu au combat le 8 juillet 1916, à Hardecourt-aux-Bois.

Est ce après sa mort qu’Eugénie a décidé de revenir à Parthenay ? Yvonne était elle ou non avec elle ?

Quoiqu’il en soit, Eugénie vit à Parthenay en 1919.

J’ai cherché si je la trouvais dans les tables de succession et absences à Parthenay, et j’y ai découvert son décès, le 11 septembre 1940 rue de la Saunerie à Parthenay.

Après être partie à Paris, y avoir mis au monde deux fils illégitimes qu’elle a confiés à l’Assistance Publique, Eugénie est revenue dans la ville qui l’avait vue grandir et se marier, et elle y est morte à 71 ans.

Les archives des Deux Sèvres sont assez lacunaires au niveau des recensements, mais celui de Parthenay en 1936 est en ligne.

Rue de la Saunière, j’y trouve Eugénie, qui vit avec la famille de sa fille.

AD79 – Recensement Parthenay 1936 – vue 95/125

André, son genre, est marchand volailler. Son épouse Yvonne et lui ont une fille, Yvette, née à Parthenay en 1926.

Dans ma quête des “filles d’Helena”, je viens de retrouver une nouvelle descendante directe par les femmes de l’épouse de Laurent Chaignon, celle qui nous a transmis son ADN mitochondrial.

Quelques recherches supplémentaires dans les bases de Geneanet et Filae, et j’en apprends plus sur Yvette.

Elle est née Yvette Marguerite Gelin, le 7 avril 1926 à Parthenay, et est morte à l’âge de 84 ans, le 22 mars 2011, à Parthenay toujours. A partir de l’avis d’obsèques paru dans le journal local et retrouvé, je déduis qu’Yvette ne s’est pas mariée et n’a pas eu d’enfants. Seuls ses neveux et petits neveux sont mentionnés et ils ne portent pas le même patronyme qu’elle. …… Yvette a donc probablement une sœur qui n’était pas encore née en 1936, ou qui était absente de la maison, parce qu’en pension ?

Mais comment la trouver ? C’est là que j’ai l’idée saugrenue – que j’aurais pu avoir plus tôt non ? – d’aller vérifier si les tables décennales ne sont pas en ligne après 1912 pour Parthenay …

Et je découvre qu’en fait les registres d’état civil sont en ligne jusqu’en 1932, que ce soit pour les mariages, les décès ou les naissances. J’ai tellement l’habitude du site que je n’ai pas fait attention qu’il y avait eu des ajouts importants.

Grâce aux tables décennales et aux registres en ligne – on n’a pas encore trouvé mieux pour retrouver ses ancêtres – je retrouve la première fille d’Yvonne Petit et d’André Gélin, Odette Andrée Gelin, née le 24 janvier 1922 à Parthenay, mariée en 1944, morte en 1996, toujours à Parthenay. Elle avait 14 ans au moment du recensement de 1936, pourquoi n’était elle pas au domicile de ses parents ? Odette a eu trois enfants, un garçon et deux filles.

Maintenant que j’ai retrouvé ce qu’il est advenu d’Eugénie Léonie Virginie Laventurier, je me demande pour quelles raisons elle a déposé à l’assistance publique les deux petits garçons qu’elle avait mis au monde à Paris. Sa fille Yvonne a t’elle su qu’elle avait deux frères qu’elle ne connaitrait jamais. En a t’elle parlé à ses filles?


Il est temps de remettre à jour mon arbre de suivi des “filles d’Helena”, je viens en une après midi d’en trouver trois de plus.

Schéma de transmission de l’haplogroupe H5a2 – Cliquer pour afficher un format plus grand

Retrouvez ici tous les articles consacrés à ma recherche des “filles d’Helena”, c’est à dire de mes cousines qui partagent le même ADN mitochondrial que moi.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.