Temps de lecture: 5 minutes

Depuis toute petite, j’aime les séries télévisées. Je suis ce qu’on appelle une sériephile, tendance sériephage. J’ai ainsi visionné la semaine dernière en avant-première sur Salto une nouvelle série policière française, qui sera diffusée sur France2 à partir du mercredi 8 septembre, Les Invisibles, dans laquelle joue l’actrice Cécile Rebboah.

J’ai découvert notre cousinage en cherchant des informations sur un des bouts de branche de mon arbre, le couple Jean ProuchetViolan Damas, dans l’Aude, au milieu du XVIIème siècle.

Recherche Geneanet

Sur cette capture d’écran, bsky92 se réfère à mon arbre en ligne. La mention de Geneastar, qui met en avant des généalogies de personnes connues, m’a tout de suite intéressée. Et c’est ainsi que j’ai découvert ce très lointain cousinage, à la génération 12 pour moi, probablement génération 13 pour Cécile.

En consultant l’arbre indiqué, j’ai constaté que notre cousinage est un peu plus récent que celui que j’avais vu en premier, notre couple d’ancêtres communs réel est celui que constituent Pierre Prouchet et son épouse Marie Pendries. Je descends de leur fille Marguerite, née vers 1718, Cécile descend a priori de l’ainé des enfants, Vincent, né en 1701 à Névian, dans l’Aude, peut-être dans la maison dont je vous avais parlé dans mon article sur les vents de l’Aude. Notre cousinage est un peu plus proche, mais à peine.

Actuellement, il n’apparait pas sur Geneastar. L’algorithme de correspondance a retrouvé nos ancêtres communs, mais ne peut pas afficher dans mon arbre ce cousinage, parce que Cecile ne figure pas dans mon arbre. Il faudrait pour cela que je redescende en la sourçant toute la lignée descendante en partant de Vincent Prochet jusqu’à elle, et ce n’est pas dans mes priorités généalogiques actuelles. Je suis un peu collectionneuse d’ancêtres, je l’avoue, même si c’est assez mal vu parmi les généalogistes français, mais pas assez pour distraire quelques jours du temps que je consacre à la généalogie à récupérer cette branche dans mon arbre.

Mon seul cousinage affiché sur Geneanet, c’est lui, Jean-Pierre Foucault …

Dommage, parce que j’ai un certain nombre de cousins célèbres qui attendent sagement que je les ajoute à mon tableau de chasse : des anciens premiers ministres, comme Jean-Marc Ayrault et Jean-Pierre Raffarin, des gens du monde du spectacle, comme Julien Clerc, Ménie Grégoire, Pierre Doris, Jeanne Herry, … , des hommes politiques de tout bord, et même probablement Emmanuel Macron …. De quoi frimer un peu dans les salons généalogiques, ou au dessert dans les réunions de famille …

Je préfère m’intéresser à nos ancêtres communs, à cette famille qui vivait à proximité de Narbonne sous le règne de Louis XIV, puis sous la Régence.

Pierre Prouchet – ou Prochet selon les graphies – est baptisé à Nevian le 13 janvier 1664. Il est le fils ainé de Vincent Prouchet et de Marie Raynaud. Avant lui sont nées deux soeurs, Anne Marie, morte le jour de sa naissance le 11 avril 1660, et Catherine, née le 5 mai 1661. D’autres frères et soeurs agrandissent ensuite la famille : Anne, née en 1668, et Jean Pierre, né en 1670, sont ceux dont j’ai pour l’instant retrouvé la trace.

En décembre 1699, Pierre est soldat dans les armées du roi Louis XIV. Il est mentionné dans le testament qu’a fait son père et que j’avais repris dans l’article sur le Cers, ce vent de l’Aude qui souffle sur Nevian.

11 a partager entre eux en une seule fois payable; [.] en tous et
12 chacuns de ses autres biens meubles immeubles qui luy
13 apartienent de presant et a l advenir ledit testateur a faict et
14 institué son herettier universsel et general q il a nommé
15 scavoir est pierre prouchet son fils legittime et naturel pour
16 icelluy apres de dedes dudit testateur jouir faire et disposer
17 de ses dits biens et entiere hereditté a ses plaisirs et volontés
18 en la vie et en la mort, ou en cas ledit pouchet souel fils et
19 herettier veindroit a deceder sans enfans procréés de legitime
20 mariage luy substitue ladite anne prochet sadite fille et femme
21 dudit albert, et parce que ledit pouchet souel fils est a present
22 au service de sa majesté
ledit testateur veust qu en cas apres
23 son deces il ne soit pas de retour au presant lieu, tous les
24 biens de son hereditté soient regis et travailhés par lesdits
25 albert et prouchet mariés avec pouvoir a iceux de prendre et
26 percevoir annuellement les fruicts et revenus de ses biens, et
27 d iceux lesdist mariés seront tenus de payer les tailhes et
28 autres charges annuellement jusques au jour que son dit hérettier
29 prendra possession desdits biens et hereditté lequel au susdit
30 cas ne pourra demander et prethandre aucun compte des
31 [.] desdits biens contre lesdits mariés durant la jouissance

En savoir plus sur un soldat du Languedoc à la fin du XVIIème siècle, c’est une tâche bien trop ardue pour que je m’y attelle. Quand est il parti? Pourquoi puisqu’il était le seul fils ? Etait-il dans le Régiment du Languedoc, créé en 1672, et qui recrutait justement dans le Languedoc, dans la région de Narbonne et de Névian ? Les registres de contrôles de troupes, consultables au Service Historique de la Défense, n’ont été créés qu’en 1716. Autant dire que retrouver un soldat lambda revenu des armées à l’été 1700 me semble bien compliqué.

Je peux imaginer malgré tout que Pierre a peut-être parcouru l’Europe …

Ancestramil – le Régiment du Languedoc

Pierre revient de la guerre, avant le décès de son père, puisque le 17 août 1700, il épouse à Nevian la jeune Marie Pendries. Il a 36 ans, elle en a 21, et pourtant elle est déjà veuve et mère d’une petite fille, Catherine, née le 6 août 1699. Le vieux militaire – oui on est sûrement un peu vieux quand on a 36 ans en 1700 et qu’on a passé plus de 10 ans à sillonner à pied l’Europe pour s’y battre, épouse la jeune veuve. Ca ne fait pas vraiment roman d’amour. Un contrat de mariage a été passé entre les fiancés, contrat que je n’ai pas encore, malheureusement, mais que je vais demander au Fil d’Ariane.

Le mariage est fécond, en un peu moins de vingt ans, Marie Pendries met au monde au moins dix enfants, sept fils et trois filles, dont Vincent, l’ancêtre de Cécile Rebboah, et Marguerite, mon aïeule.

Je ne sais pour l’instant pas grand chose d’autre sur Pierre Prouchet, le vétéran des armées de Louis XIV, et son épouse Marie Pendries. Elle est morte le 5 octobre 1745 à Nevian, mais j’ignore quand Pierre est mort. Lors du mariage de Marguerite avec Antoine Frances, le 13 juin 1741, il est déjà décédé.

Je n’avais pas encore beaucoup travaillé cette branche, mais ces quelques détails glanés de ci de là me donnent envie d’en savoir plus.

On en reparle dans quelques semaines, probablement, le temps que j’épluche les registres paroissiaux de Névian et que je demande les actes notariés que j’ai repérés.

Sources et liens

  • Sur Ancestramil, historique du Régiment du Languedoc
  • Testament de Vincent Prouchet : Archives de l’Aude – 3 E 9171
  • Baptême de Pierre Prouchet : Archives de l’Aude, BMS Névian 1645-1673
  • Mariage de Pierre Prouchet et Maries Pendries : Archives de l’Aude, BMS Nevian 1674-1729
Print Friendly, PDF & Email

2 commentaires

  1. Je ne suis pas à la recherche de cousins connus, et ce n’est pas pour ça que je fais de la généalogie. Mais j’avoue que c’est distrayant de savoir avec qui je peux cousiner !

    1. Author

      Je te rassure Sébastien, moi non plus je ne cherche pas spécialement des cousins connus. Mais quand je tombe dessus, ca m’amuse toujours 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.