Un outil pour vos recherches ADN : What are the odds

Temps de lecture: 3 minutes

Comment s’y retrouver, comment avancer avec les centaines – les milliers – de correspondances ADN que chacun accumule vite une fois le test ADN fait?

Parfois, vous avez une correspondance importante, tellement importante que le degré de parenté devient évident : un cousin germain, un demi frère, un oncle. Mais dans la plupart des cas, vous avez au mieux une foule de cousins à partir du 4ème degré pour lesquels vous ne savez pas comment avancer.

Heureusement, certains passionnés et codeurs ont créé des outils performants, souvent gratuits, qui vont vous permettre d’orienter vos recherches.

Ce weekend, j’ai enfin pris le temps de tester What are the odds?, un outil conçu par Jonny Perl, déjà concepteur de l’outil DNA Painter.

Johny Perl était conférencier lors du dernier Rootstech à Salt Lake city, il sera présent à Birmingham pour THE Genealogy Show et à Londres pour RootstechLondon fin octobre.

What are the odds est une application web qui va vous permettre de tester des hypothèses de parenté à partir des résultats de cM – centimorgans – que vous partagez avec certaines de vos correspondances.

Pour que l’outil fonctionne, il faut que vous ayez au moins deux correspondances communes – avec vous, en plus de vous – pour lesquels vous avez retrouvé l’ancêtre commun.

Prenons un exemple dans les correspondances ADN de maman chez MyHeritage.

Maman – Michelle – a une correspondance avec Jean Pierre de 51,5 cM, et une autre avec Laurent de 48,3 cM.

La correspondance entre Michelle, Jean Pierre et Laurent est triangulée – la petite icone à droite au niveau de Laurent – ce qui veut dire qu’un des segments de l’ADN qu’ils partagent leur vient du même ancêtre commun.

MyHeritage m’indique également que Laurent et Jean Pierre partagent 138,2 cM.

Je ne connais pas Laurent, je ne sais pas où le placer dans l’arbre de maman, en revanche je connais très bien Jean-Pierre, du moins je connais parfaitement sa place dans mon arbre. Il cousine avec maman par 4 couples d’ancêtres différents, à différentes époques à Latillé, mais c’est le dernier couple qui est probablement celui qui leur a transmis un même segment d’ADN.

J’aimerais savoir où se place Laurent pour savoir où orienter mes recherches.

J’ouvre donc l’outil What are the odd? et je vais y indiquer les renseignements que je connais, c’est à dire l’arbre commun entre Jean Pierre et maman, et les cMs partagés entre Jean Pierre et Laurent, et maman et Laurent.

Voici à quoi ressemble l’interface.

A gauche, vous voyez une case où vous allez saisir votre couple d’ancetres originaire – que vous connaissez – puis en survolant les cases, vous avez des options vous permettant d’ajouter un enfant, un parent, une correspondance ADN.

Je crée l’ascendance de Jean Pierre.

J’ajoute l’arbre de maman.

Dans les cases de Jean Pierre, puis de Michelle, j’indique le nombre de cM que chacun a en commun avec Laurent.

Je vais maintenant émettre différentes hypothèses, en dessinant des configurations possibles de cousinage : Laurent descend t’il d’un autre enfant de François Quintard et Françoise Chartier, ou d’un autre enfant de Marianne Quintard ? A quelle génération ? Pour chaque case que je veux tester, je la désigne comme Hypothèse, et l’application va me donner une probabilité correspondant à cette hypothèse.

Vous pouvez ajouter des parents à votre couple d’anceêtres, des demi frères, et voir ainsi quelle configuration familiale est la plus probable.

Dans le cas ci dessus, c’est l’hypothèse 1 qui semble la plus probable. Laurent serait le descendant d’un autre enfant de Marianne …. Voilà qui va me permettre de mieux cibler mes recherches.

Vous souvenez vous de ma recherche sur les ancêtres de mon mari? Cami, Christi, Gerold, et tous les autres.

J’ai repris les résultats et j’ai regardé ce que me proposait l’application. Voici le résultat.

L’hypothèse la plus probable serait qu’il faut que je remonte 4 générations au dessus d’Albert Miller et Louisa Fraser et que je redescende la piste d’un des autres enfants …. En Allemagne puis en Russie …. Pour l’instant, c’est mission impossible, mais d’autres correspondances communes apparaissent dans ce groupe, qui pourront peut-être m’aider à affiner ma recherche.

Jonny Pearl est également le concepteur de l’application DNA Painter, dont je vous parlerai probablement une autre fois.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.