La généalogie interactive – Visite au Discovery Center

Une des préoccupations de FamilySearch est d’amener les jeunes à la généalogie. Même si faire sa généalogie est en quelque sorte une obligation religieuse pour les Mormons, il est parfois difficile d’attirer les enfants et les adolescents sur ce chemin un peu austère.

Comment plaire aux jeunes d’aujourd’hui, élevés dans un monde d’écrans et d’informations multimédia ? La réponse proposée par FamilySearch, c’est la mise en place d’un lieu interactif, sorte de jeu de piste qui vous emmène à la découverte de vos ancêtres, pas à travers d’arides documents sans âge – ou plutôt d’un âge certain – mais à travers une représentation graphique et conviviale de certains des éléments de votre arbre en ligne. Ce lieu c’est le Discovery Center, dont le premier a été ouvert en 2014 à Salt Lake City.

Photo FamilySearch
Photo FamilySearch

J’ai eu l’occasion de le visiter ce mardi après midi, avec un petit groupe de Français – on est chouchouté, je vais finir par me prendre pour une star … – , et je vous avoue que je me suis bien amusée.

Si vous voulez tenter l’expérience, et pour qu’elle soit vraiment interactive et amusante, FamilySearch vous demande d’ouvrir un compte sur leur site, et d’y avoir au moins un rudiment d’arbre. J’ai un arbre en ligne sur le site, qui me sert à essayer de tracer les ancêtres non français de mes enfants, et qui est loin d’être complet. Mais il existe, et à partir de ce que j’ai indiqué, j’ai pu me promener de façon ludique dans mon ascendance.

Tout commence par une photo, prise à l’ancienne dans un décor évoquant Ellis Island. Le public des Discovery Centers installés aux Usa est évidemment très majoritairement américain, et statistiquement, pour la plupart d’entre eux, au moins un des ancêtres est arrivé dans le pays justement par Ellis Island. Cette photo, c’est symboliquement l’acte de naissance de la famille américaine du visiteur.

On vous confie ensuite une tablette. Connectez vous à votre compte Family Search, ajoutez un selfie histoire de vous rendre encore plus ridiccule – oui j’ai un peu de mal avec mes photos, dans ma tête j’ai toujours 20 ans et la réalité me cause chaque fois un choc – , et posez votre tablette sur la première station d’accueil du voyage. Et là c’est magique, devant les yeux amusés de vos compagnons de voyage, vous découvrez tout – ou presque – sur votre prénom, votre année de naissance – mais quelle indiscrétion quand même, je n’aurais pas dû remplir cette case – votre nom de famille et sa répartition géographique ….. aux Etats Unis pour l’instant. Les bases de données, que j’imagine conséquentes, intégrées à l’application sont en effet centrées sur les Etats Unis. Peut être y aura t’il dans un développement ultérieur une lecture de l’endroit où vous habitez – parce que ça doit être dans mon compte FamilySearch, il me semble – pour que les données présentées vous ressemblent plus.

2016_03_02_1

 

2016_03_02_2

discover_my_story__yBorn

Maintenant que tous vos compagnons de voyage savent tout de vous, ou presque, il est temps d’en savoir plus sur vos ancêtres. Vous changez alors votre tablette de station d’accueil, et cette fois ci l’application va lire les données entrées dans votre arbre FamilySearch, et compiler les informations sur vos ancêtres jusqu’à la 5ème génération. Bien sûr si comme moi vous n’avez entré que la partie non française de votre arbre, les résultats affichés ne sont pas le reflet de la réalité. Et vous n’avez accès qu’à votre arbre à vous, et pas par exemple à celui de votre conjoint, dont les origines européennes sont tellement plus passionnantes et multiples que les miennes. Si j’avais compris ça avant, j’aurais créé un compte au nom de ma fille, pour que le voyage soit plus original. Et quand on parle application interactive pour les jeunes et les enfants, ca m’ennuie un peu. Je ne suis pas sûre que l’expérience soit aussi intéressante pour un enfant de 12 ans s’il voit s’afficher des informations sur son père ou sa mère. Ce qu’il veut, c’est se voir lui, voir son histoire. Et pour cela, il lui faut un compte personnel sur FamilySearch … Dommage ….

A partir de ce second écran, vous allez pouvoir consulter votre arbre, voir dans quelle partie du monde vos ancêtres ont vécu, cliquer sur l’arrière arrière grand père et voir sa descendance jusqu’à vous, changer de branche …. à condition bien sûr que les données soient dans votre compte. Si vous avez associé des photos à votre arbre, des coupures de presse, des articles de blog, des histoires, des anecdotes, vous allez pouvoir l’afficher là, sur ce grand écran tactile. Et l’histoire de votre famille devient amusante, ça y est, vous avez gagné l’attention de vos enfants. En tout cas, dans le groupe que nous étions, tout le monde  ouvrait grand les yeux, tout le monde s’amusait.

D’autres écrans vont vous permettre de voir l’évolution d’une cuisine depuis 1850 à nos jours, avec en personnage principal pour chaque époque une de vos ancêtres. Un peu plus loin, vous pouvez enregistrer un message audio, une histoire, une anecdote, qui vont venir enrichir votre arbre en ligne, et être sauvegardés pour les générations à venir. Ici, prenez vous en photo comme dans un arbre avec votre petite famille. Plus loin, c’est seul que vous allez pouvoir être pris en photo, dans un des costumes traditionnels correspondant aux origines que l’application vous a trouvées. J’ai choisi de rendre hommage à ma grand mère paternelle, mon italienne Marcelle Risse. En vieillissant, je constate que je lui ressemble physiquement de plus en plus. On ne choisit pas sa famille, et on ne choisit pas non plus le cocktail de gênes dont on hérite ….

2016_03_02_3

 

L’aventure vous tente ? J’ai pour ma part envie d’y emmener mes enfants, neveux et petits neveux, pour qui sait éveiller un intérêt autre que poli pour mes histoires et peut être trouver quelqu’un pour reprendre le flambeau. Si c’est le cas, nul besoin de partir pour un coûteux voyage en famille dans l’Utah, à moins de partir de Salt Lake City pour aller visiter l’Ouest américain, c’est un point d’entrée parfait à la découverte des grands parcs nationaux. Non, patientez quelques mois, jusqu’en 2017 – ou peut être 2018. L’Eglise des Saints des Derniers Jours construit en France, au Chesnay, juste à côté de Versailles et du centre commercial Parly 2, la première église mormone en France.

Photo FamilySearch
Photo FamilySearch

Un Discovery Center sera installé à côté du temple, ouvert à tous et gratuit. Pourquoi ne pas profiter alors d’une journée passée à visiter le chateau de Versailles, à découvrir l’Histoire de France, et aller ensuite passer une heure dans ce Discovery Center pour permettre à vos jeunes de découvrir leur histoire personnelle ? Après tout, il n’y a pas que Disneyland Paris et la Playstation dans la vie des enfants d’aujourd’hui. Si vous savez faire abstraction de l’américanisation de notre société pour distraire vos enfants, vous saurez aussi ne pas avoir peur de la réputation quelque peu exagérée que les Mormons ont dans notre environnement médiatique français. N’ayez crainte, il n’y a dans les lieux de partage généalogique aucun prosélytisme religieux, seul le plaisir de la découverte de son histoire personnelle qu’apporte la généalogie est ici mis en valeur.

Le Discovery Center va ouvrir à quelques kilomètres de chez moi, je vous en reparlerai certainement ici. Franchement, cette façon de présenter notre histoire, nous l’avons tous appréciée, et en fait, c’est ce que nous attendons tous des logiciels et applications que nous utilisons : rendre notre histoire familiale vivante et conviviale.

Print Friendly, PDF & Email

4 commentaires sur “La généalogie interactive – Visite au Discovery Center

  1. Ca m’a l’air passionnant tout ça ! On a toujours l’impression que la généalogie n’intéresse pas les jeunes générations mais je pense qu’on se trompe. J’ai récemment ouvert un groupe familial avec nos lointains cousins chiliens retrouvés grâce à mes recherches, J’y mets des photos, anciennes et récentes, les chiliens aussi, on raconte des anecdotes… Eh bien, je suis étonnée de voir que mes enfants, neveux et petits cousins, d’ici et de là-bas, viennent régulièrement le consulter. Ils ne commentent pas, se contentent de passer mais … ils passent !

Répondre à Le Goff Marielle Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.