Gratien Landes, chirurgien, une coincidence ?

Temps de lecture: 5 minutes

S’il y a bien une épine généalogique dans mes recherches qui m’occupe beaucoup, souvent et depuis un bon moment, c’est celle qui concerne la vie de Gratien Landes, ancêtre de mon mari à la 9e génération.

Malgré des heures de recherche, y compris dans la série Y – tutelles – des Archives Nationales, à la recherche d’un document supposé exister, mais qui n’est pas dans la liasse chronologique concernée, je ne sais toujours ni d’où il vient, ni quand il a épousé Catherine Lebois Duclos, ni quand précisément il est mort.

Pourtant, je sais que le 19 mars 1736 (1), il était déjà marié puisqu’il a assisté à l’inhumation de la grand mère de son épouse, Anne Crelot. J’ai dans mes documents l’expédition d’un bail signé par son épouse et lui pour la location d’une maison, rue des 2 Ecus, dans la paroisse Saint-Eustache à Paris, trouvée sur un site de vente en ligne.

Je sais grâce à des documents trouvés au SHD qu’en septembre 1757, quand se met en place l’armée de Soubise, on pense à lui en qualité de chirurgien aide major (2).

Si monsieur Morant prend le sieur Jacquesson il ne restera plus à remplir qu’une place de chirurgien aide major et pour cela il pourra choisir
le sieur Bietsch ………… ou le sieur Landes qui a servi en qualité d’aide major pendant la dernière guerre où il a été chargé à Bruxelles d’un hopital
rue Coquillière vis à vis l’hotel de Soissons chez un confiseur

Mais le 26 septembre 1757, une autre note précise :

Monseigneur avait choisi les sieurs marechal canin et tournay pour aller servir en qualité de chirurgien aide major à l’armée de SoubisePour remplacer l’autre on lui a mandé s’il pouvait prendre le sieur Pitch recommandé par madame la marquise d’Orgeville ou le sieur Landes, il mande que ce dernier est mort

En septembre 1757, Gratien Landes est donc mort.

Le 12 septembre 1757, Catherine Lebois Duclos, sa veuve, a été nommée tutrice de ses enfants mineurs, selon l’acte de renonciation à la succession de leur père qu’elle fait le 22 septembre 1757 devant maitre François Robineau. (3)

Malheureusement, je n’ai pas encore pu trouver l’acte de nomination en tant que tutrice – perdu ? déclassé ? – et aucune date n’est indiquée dans l’acte de renonciation. Je n’ai pour l’instant pas non plus trouvé d’inventaire après décès …. Rien vous dis-je, et ce n’est pas faute de chercher. 

Quand Filae a mis en ligne le fonds Andriveau des mariages parisiens, j’ai eu l’espoir de trouver une date de mariage. Après tout, où donc cette parisienne depuis plusieurs générations, d’une vingtaine d’années lors de son mariage, née peut-être à Paris vers 1714 – déjà mariée en 1736 – pourrait elle s’être mariée ? Une nouvelle fois, je n’ai rien trouvé …. Le mariage de ses deux soeurs figure dans le fonds, mais pas le sien. Rien, vous dis-je …

Alors quand j’ai mis la main, sur Geneanet, sur un certain Gratien Landes, chirurgien à Sucy-en-Brie en 1764, j’ai espéré tenir une piste. Etait-ce un fils, un neveu de mon Gratien ?

Au 18è siècle, on n’est pas chirurgien par hasard. On ne décide pas, après de bonnes études secondaires, de faire la fac de médecine. Non, on est chirurgien parce que son père l’était, et qu’avant lui, son grand père était barbier, ou barbier-chirurgien. Donc un Gratien Landes chirurgien à quelques lieues de Paris pourrait être de la famille de celui que je cherche. Quand on est dans l’impasse depuis des années, on explore toutes les pistes, même les plus tenues.

Le Gratien Landes chirurgien à Sucy-en-Brie, dans l’actuel département du Val-de-Marne, est assez facile à retrouver, puisqu’une association, le CEGD94, a indexé et mis gratuitement à disposition les registres paroissiaux du département.

D’acte en acte, j’apprends donc que Gratien Landes a environ 34 ans quand il épouse à Villeneuve-Saint-Georges en février 1758 Claude Marie Louise Cugnet, 23 ans.

L’an mil sept cent cinquante huit et le septieme jour du mois de fevrier apres la publication des bans faite dans cette eglise par trois jours de dimanche scavoir le huit le quinze et le vingt deux du mois precedent et dans l eglise paroissiale de St martin de Sucy les memes jours comme il nous a apparu par le certificat de mr Queruel curé de la ditte eglise en datte du vingt six du mois dernier signé queruel et apres les fiancailles celebrées ce même jour ont été par nous mariés après que nous avons eu pris leur consentement mutuel et ont recu de nous la benediction nuptiale gratien landes agé de trente quatre ans maitre chirurgien fils de Germain Landes aussi maitre chirurgien demeurant à Laval? diocèse de Lavaur et de marie catherine denois ses pere et mere l epoux de la paroisse de St Martin de Sucy et Claude Cuignet agée de vingt trois ans fille de michel cuignet vigneron et d’Elisabeth Emery ses pere et mere de cette paroisse assistés de guillaume fournier de Louis Cuignet amis de l’épouse de Michel Cuignet d’Elisabeth Emery pere et mere de l’épouse et de pascal cuignet

Cet acte contient tous les éléments dont j’ai besoin pour continuer mes recherches. Il précise déjà que mon Gratien Landes, époux de Catherine Lebois Duclos, n’est pas le père du nouveau marié – dommage -, me donne un âge approximatif, une région d’origine, et m’indique que personne de la famille de l’époux n’est indiqué dans l’acte de mariage.

Le diocèse de Lavaur se trouve dans le Tarn, et s’étend entre Albi, Carcassonne, et jusqu’aux confins de Toulouse. Il recouvre une partie de la Montagne Noire. La ville, et donc l’éveché de Lavaur, est totalement excentrée, à l’ouest du diocèse, dans une région où les déplacements ne devaient pas être faciles et rapides.

Image illustrative de l’article Diocèse de Lavaur
Par Bourgoin (jeune), C. Aldring — http://www.purl.org/yoolib/bmmontpellier/4097, Domaine public, Lien

Pour poursuivre ma recherche dans le Tarn, je continue par ma porte d’entrée préférée, celle de la base Rigal des contrats de mariage, une indexation assez complète des contrats de mariages du département, déjà régulièrement utilisée pour la branche tarnaise de ma grand mère paternelle.

Je ne trouve pas de Gratien Landes dans la base, mais j’y trouve trois Germain Landes, et de très nombreux Landes.

J’ai bien un Germain Landes, qui épouse en 1723 à l’âge de 24 ans une Marie Penavaire. Mais ni son contrat de mariage, dont j’ai obtenu une copie numérique en passant par le Fil d’Ariane, un reseau d’entraide incontournable, ni l’acte de mariage ne mentionnent qu’il serait veuf de Marie Catherine Denois-Dunois-Denous. Le mariage a lieu à Escoussens, un peu au sud de Castres, où les enfants du couple vont naitre à partir de 1725. J’ai dépouillé ce que je trouvais sur eux – les lieux de vie autour de Soual – où habitent certaines personnes de la famille – ou d’Escoussens ne comptent pas beaucoup d’habitants, mais je n’ai retrouvé la trace d’aucun Gratien, ni enfant, ni jeune, ni un oncle ou un cousin germain.

A ce jour, la piste s’arrête là, c’était une hypothèse de travail qu’il fallait que je suive, mais qui n’a pour l’instant rien donné de concluant pour ma généalogie personnelle.

Néanmoins, cette recherche est intégrée dans mon logiciel Heredis, et est également mise en ligne sur Geneanet et Filae. A défaut de me servir dans l’immédiat, peut-être servira t’elle à d’autres …

Sources et liens

  1. Archives Nationales de Paris – CARAN Minutier Central des Notaires Etude XXI – Extrait mortuaire d’Anne Crelot
  2. Service Historique de la Défense – Cote GR Ya 128 – Armée de Soubise 1757-1758
  3. Archives Nationales de Paris – CARAN Minutier Central des Notaires Etude XXVII
  4. Genealogie Val-de-Marne, site de l’association
  5. Archives du Val de Marne – BMS Villeneuve Saint Georges 1741-1760 – vue 199/230
  6. Base Rigal – Table d’accès gratuit des contrats de mariage du Tarn 1670-1800
Print Friendly, PDF & Email

1 commentaire sur “Gratien Landes, chirurgien, une coincidence ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.