2017, c’est déjà – presque – fini

Temps de lecture: 5 minutes

Un an passé, encore, déjà …. Une année pas simple sur le plan personnel, au cours de laquelle la généalogie m’a une nouvelle fois aidé à relativiser, à prendre du recul et à continuer à avancer.

Au niveau généalogique, cette année 2017 a été en revanche une année positive, plutôt couronnée de succès, à mon petit niveau, et particulièrement enrichissante sur le plan intellectuel et sur le plan des personnes que j’ai été amenée à rencontrer. Quelles en ont donc été les grandes lignes, et quels sont les enseignements que j’en tire pour la suite ?

Indexation des poilus de la Vienne

En 2016, suite au décès de Fred Coussay, le créateur du blog Mémoire des Poilus de la Vienne, j’avais décidé qu’en son honneur les fiches des poilus nés dans le département de la Vienne, le département d’origine de maman, seraient toutes indexées avant novembre 2017. Alors tous les jours, quasiment, j’ai commencé ma matinée en indexant des fiches, en suivant une logique de date de naissance. Je n’ai pas été seule dans cette aventure, loin de là, et le 14 mai 2017, c’est avec fierté que j’ai pu annoncer sur Twitter que les 12475 fiches des poilus nés dans le département de la Vienne, présentes sur le site Mémoire des Hommes, étaient indexées à 100%.

Sur l’année 2017 seule , j’ai indexé environ 4000 fiches, et je finis l’année avec un peu plus de 8000 fiches indexées. J’aurais aimé faire plus, continuer à m’impliquer toujours autant dans ce projet, m’attaquer vraiment aux fiches des soldats des Deux-Sèvres, mais je n’en trouve plus le temps, ni peut-être suffisamment de motivation.

Vouillé1418

Mon projet de mémoire consacré aux soldats du canton de Vouillé continue à avancer, bien trop doucement je l’admets.

Pour être efficace, il faut que j’y consacre un minimum de temps, de façon régulière, et mes autres projets – de recherche, d’indexation ou d’écriture – ont très souvent pris le pas sur ce projet de mémoire, dont j’ai le sentiment qu’il ne trouve pas beaucoup d’écho. Sur un projet à long terme, très solitaire comme celui là, il est bien difficile de se motiver tous les jours sans un minimum d’encouragement.

Néanmoins, avec la commémoration de l’armistice dans moins d’un an, j’ai réactivé sérieusement le projet. Depuis le 11 novembre, j’essaie d’écrire, et de publier, entre une et trois fiches par jour. Il me reste encore environ 380 fiches, plus que ce que j’ai déjà rédigé … Le nombre impressionnant de victimes militaires du conflit – environ 700  sur une population d’environ 12 000 habitants – continue à m’horrifier. Ce projet n’est clairement pas simple à gérer au niveau personnel, mais je tiens à le terminer, pour toutes ces familles si terriblement éprouvées.

Peut-être pourrai-je dans un an vous annoncer que j’ai mené ce projet à bien, ce serait je crois ma plus grande fierté généalogique.

Geneatech

Avec Geneatech, l’association dont je fais partie, j’ai activement participé à deux animations lors d’événements généalogiques :

  • une conférence sur les blogs lors du Congrès de Généalogie au Havre, avec mes comparses Jimbo et Evelyne
  • l’organisation et la mise en oeuvre d’ateliers lors des Assises de la généalogie, début décembre

Mon investissement dans l’association Geneatech m’oblige à sortir de ma zone de confort, ce qui est toujours positif. Quant au partage de connaissances ou de compétences avec d’autres, c’est un des moteurs de ma vie d’adulte et j’apprécie d’en refaire l’expérience.

Le blog et l’écriture

Cette année, pour la 5è année successive, j’ai participé au ChallengeAZ qu’organise Sophie Boudarel. Avant même que l’événement commence, j’ai fait une présentation chez Geneanet pour donner envie à d’autres participants de rejoindre l’aventure.

J’ai cette année axé ma participation sur les origines dans l’Hérault de mon grand-père paternel, en consacrant la majorité de mes recherches, et en utilisant largement les services du Fil d’Ariane sur place, à ma lignée autour de Roquebrun et Vieussan. J’ai ainsi fait de belles découvertes, j’ai découvert des générations supplémentaires et j’en ai appris beaucoup plus sur mes ancêtres languedociens. Et point d’orgue de cette aventure, j’ai fait virtuellement la connaissance de nouveaux cousins passionnants, et de lieux que j’ai hâte de découvrir, peut-être en 2018.

Les années précédentes, après le Challenge AZ, j’avais eu du mal à continuer à écrire, cette année je me suis lancé un défi supplémentaire, publier un article par semaine. Pourquoi ce défi me direz vous ? Je ne manque pas d’idées pour écrire, j’ai beaucoup de sujets que je voudrais partager sur ce blog, mais je me laisse facilement distraire. Me mettre au défi de publier un article par semaine m’oblige donc à me poser, à décider que meme si telle recherche n’est pas terminée, en faire un billet peut être intéressant. Et je sais aussi, pour l’avoir plusieurs fois constaté pour l’écriture, ou pour d’autres activités – que plus on intègre une activité à une “routine” quotidienne, et plus elle devient simple à mettre en oeuvre. Publier toutes les semaines me simplifie en fait le travail d’écriture. Essayez, je vous garantis que ça fonctionne, pour moi du moins.

Cet article est donc le 56e – et dernier – publié pendant cette année 2017, ce qui fait de cette année mon année la plus productive au niveau du blog.

J’espère ne pas vous avoir saoulé – même si le remède est simple, ne plus me lire, ne plus suivre mon blog. A vous tous qui me suivez fidèlement, je vais essayer de garder le même rythme en 2018, j’ai déjà sous le coude quelques histoires qui pourraient faire des billets intéressants.

Un coup d’oeil rapide sur les statistiques du blog pour 2017 m’indique que l’article publié en 2017 le plus lu est celui sur les Sources Heredis 2018. L’article le plus lu de mon blog reste celui sur l’analyse Adn, qui continue à attirer des lecteurs, à ma grande surprise.

Statistiques Google Analytics

 

Un point sur mes recherches

Cette année, j’ai eu la chance de retrouver des cousins proches de mon mari, qui pourraient même avoir une photographie de son arrière grand-mère, et peut être des documents, des histoires à raconter. Des contacts ont été pris, j’espère qu’une rencontre aura lieu en 2018.

J’ai fait également de belles découvertes sur mon arrière grand mère Philomène, et j’ai enfin trouvé la date de son décès.

Grâce aux indexations de Filae, j’ai largement étoffé les arbres des branches collatérales, et très souvent ces nouvelles découvertes m’ont apporté de nouveaux éclairages sur les Sosa de mes enfants.

En attendant 2018 et son lot de belles découvertes, je vous souhaite à tous de bonnes fêtes de fin d’année.

Print Friendly, PDF & Email

7 commentaires sur “2017, c’est déjà – presque – fini

  1. Bravo Brigitte ! Tu peux être fière de ton travail qui est un modèle à suivre !

    Je te souhaite une très belle année 2018 avec une multitude de découvertes généalogiques et de billets à écrire.

  2. En voila une année bien riche. Je te livre un scoop, mon article (j’en ai publié beaucoup moins que toi) le plus lu cette année concerne….les sources sur Heredis 2018 !

    Que de travail abordé, que de documents traités. Bravo.

    Je te souhaite par avance une très belle année 2018, puisse t’elle t’apporter de nouvelles informations sur ton arbre.

    1. Merci 🙂 Je vais éviter l’article sur mes projets, quand j’ai essayé d’en faire une liste, j’ai eu peur 🙂 je vais juste essayer de me faire plaisir
      Bonne année à toi et ta famille, en espérant avoir de nouvelles occasions de collaborer sur des projets pour Geneatech

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.