Sophie David – 1848-1915

Sophie Radegonde David (1) est la grand mère paternelle de mon grand père maternel, Achille Reau (2).

Ses parents, Jean Pierre David (3) et Sophie Bondonneau (4), sont tous deux nés à Chalandray, où ils se marient le 13 novembre 1842 (5). Louis Philippe règne à Paris. En Algérie, l’armée française se bat contre l’armée d’Abd El Kader, pendant que les premiers colons français s’installent. La France compte 34 millions d’habitants, dont la majorité vit encore dans les campagnes et continue à vivre comme leurs grands parents avant eux, au rythme des saisons et des travaux des champs.

Jean Pierre a 23 ans , Sophie en a 20. Lui habite le village de La Vauceau, elle habite Cramard, à moins de 2 kilomètres de là.

cramard_la_vauceau

Les mères des jeunes époux, Renée Guillon (5) et Magdeleine Guillon (6), sont cousines germaines. Les futurs époux sont donc cousins issus de germains.

sophie_david_1

Le jeune couple s’installe à La Vauceau, où l’époux est cultivateur, mais non propriétaire.

Un an après le mariage, le 5 décembre 1843, nait le premier enfant du couple, Marie Madeleine. Mon arrière arrière grand mère, Sophie Radegonde, nait le 22 mars 1846. Viennent ensuite René – 22 septembre 1848 -, Félicité – 22 avril 1851 – Marie Honorine – 22 décembre 1854 – Louise Bazelle – 14 octobre 1858 – François Marcel, dit Pierre – 5 septembre 1862 – et enfin Honorine Augustine – 30 septembre 1866, la seule à naitre à Cramard, où la famille s’installe  à l’été 1866. Seule Félicité n’atteint pas l’âge adulte.

C’est aussi à partir de 1866 que Jean Pierre David, le père de famille, est dit “roulier”, et non plus journalier ou agriculteur. Un roulier est une personne qui transporte des marchandises sur un chariot.

Dans le recensement de 1866, toute la famille David vit encore sous le même toit, aucun des enfants n’est parti se louer à l’extérieur. Mais il est probable qu’ils travaillent tous plus ou moins dans une des exploitations voisines, cultivées par un des membres de leur nombreuse parenté. Sophie Bondonneau, la mère de famille, a neuf  frères et soeurs, quant à Jean Pierre, son frère François est cultivateur à La Vauceau. Il doit y avoir assez d’ouvrage dans la famille élargie sans qu’on ait besoin de se louer chez des étrangers.

En novembre 1868, Marie Madeleine (8), la soeur ainée, se marie avec Jean Pierre Reau (9), et quitte la maison.  Elle retourne vivre à La Vauceau avec son mari.

Le 2 septembre 1870, Napoleon III capitule, le second empire s’effondre et la 3ème république est proclamée le 4 septembre 1870 à Paris. La guerre fait rage dans l’Est de la France, jusqu’à Paris. En septembre 1871, pendant qu’à Versailles Thiers essaie de fédérer les parlementaires, que les républicains et les monarchistes se déchirent et que se tient le procès des communards, Sophie et Hilaire Reau (10) font publier les bans de leur futur mariage.

Le 28 septembre 1871, Sophie David épouse Hilaire Reau à Chalandray (11). Dans le recensement de 1866, on voit qu’Hilaire était domestique à la Brissonnerie, à quelques centaines de mètres de Cramard (12).

Depuis septembre 1869, Hilaire est journalier et habite à la Vaupérouse, sur la commune de Chalandray. C’est là que s’installent les jeunes époux après le mariage. Moins d’une semaine après la noce, le 2 octobre 1871, Hilaire va à la mairie de Chalandray déclarer le décès de son père, François Reau (13), domicilié lui aussi à la Vaupérouse, probablement dans la même  maison qu’Hilaire (14). Quel début difficile de vie commune que ce décès du père  dans les tous premiers jours de la vie du couple.

Le 6 août 1872 naît le premier enfant du couple, Eugénie Clémentine (15), dans la maison de la Vaupérouse, sur la commune de Chalandray.

Courant 1873, ou debut 1874, la famille quitte Chalandray et part à Jazeneuil, où Hilaire cultive désormais les terres qu’il loue, au lieu dit les Amillières.

sophie_david_2

Lors des recensements de 1881 et 1886, la famille a une servante à demeure, ce qui indique que l’exploitation est assez prospère. Les grossesses de Sophie s’enchaînent. François le 25 juin 1874 – mon arrière grand père – puis Hilaire en mars 1876, Marie Eugénie en mai 1877, Pierre Octave en mars 1879, qui ne survit qu’une semaine, Delphin – dont je vous ai montré la photo de mariage sur ce blog – en décembre 1880.

C’est dans la belle église Saint Jean Baptiste de Jazeneuil, un des fleurons de l’art roman, que sont baptisés les enfants.

Base Merimée - Eglise Jean Baptiste

Base Merimée – Eglise Jean Baptiste

Le 13 mai 1885, Sophie est enceinte de son septième enfant. Ce jour là, à cinq heures du matin, son mari, Hilaire, décède au domicile familial(16). Il n’a pas encore 40 ans. Un mois plus tard, le 19 juin 1885, Sophie, veuve, met au monde Eugénie, sa dernière enfant.

Peu de temps après, toute la famille retourne à Chalandray, dans le hameau de La Vauceau.

Dans le recensement de 1886, on retrouve Sophie, journalière, vivant à La Vauceau avec ses trois derniers enfants.

 

AD86 - Chalandray 1886

AD86 – Chalandray 1886

Les ainés ont  probablement été placés comme domestiques dans des exploitations agricoles alentour. François, du haut de ses 11 ans, est domestique chez Joseph Veillon, au Vieux Chateau à Chalandray. Je n’ai toujours pas retrouvé la trace de Clémentine, 13 ans, ni d’Hilaire, à peine 10 ans, en 1886.

Le 21 juillet 1888, Sophie Bondonneau, la mère de Sophie Radegonde, décède à Cramard. Sophie et les enfants vivant encore avec elle partent s’installer à Cramard, chez son père. C’est là que Sophie va rester jusqu’à sa mort. Cette petite maison, la maison de “grand mère sabotière” et de “tonton sabotier”, son fils Hilaire, l’oncle de mon grand père, appartient maintenant à une des descendantes de Sophie, une cousine germaine de maman qui l’a rachetée et restaurée.

Le 3 juillet 1910, Delphin, le plus jeune fils de Sophie, se marie. C’est à l’occasion de ce mariage qu’une photo est prise, la seule photo que j’ai à ce jour de Sophie Radegonde David (17).

Mariage de Delphin Reau et Josephine Guignard - 3 juillet 1910. Neuville du Poitou. Collection privée

Mariage de Delphin Reau et Josephine Guignard – 3 juillet 1910. Neuville du Poitou. Collection privée

 

Le 14 janvier 1915, Sophie Radegonde David s’éteint dans sa petite maison de Cramard (18). Elle a 68 ans. Ses trois fils vont survivre à la guerre, mais son gendre Ernest Blanchard, l’époux de Marie Eugénie, va y trouver la mort à Ecrouves le 29 mai 1916. A sa mort, Sophie a 6 petits enfants, tous les six nés à Chalandray, tous les six qu’elle a eu l’occasion de voir. A ce jour, c’est la sixième génération de ses descendants qui vient au monde.

Sophie Radegonde David

Sophie Radegonde David

 

Sources et liens
(1) Geneanet – Sophie Radegonde David
(3) Geneanet – Jean Pierre David
(4) Geneanet – Sophie Bondonneau
(5) AD86 – Mariages Décès Chalandray 1833-1842 – vue 57
(6) Geneanet – Renée Guillon
(7) Geneanet – Madeleine Guillon
(8) Geneanet – Marie Madeleine David
(9) Geneanet – Jean Pierre Reau
(10) Geneanet – Hilaire Reau
(11) AD86 – Mariages Décès Chalandray 1863-1872 – vue 58/144
(13) Geneanet – François Louis Reau
(14) AD86 - Mariages Décès Chalandray 1863-1872 – acte 26 – vue 135/144
(15) AD86 – Naissances Chalandray 1863-1872 – acte 26 – vue 78/81
(16) AD86 – Mariages Décès Jazeneuil 1883-1892 – acte 12 – vue 106
(18) AD86 – Décès Chalandray 1915 – acte 3
Les articles publiés sur ce blog sont tous écrits avec un profond respect pour les personnes qui y sont mentionnées. Si l'un d'eux vous offense malgré tout, prenez contact avec le webmestre par email auprès de webmaster at chroniquesdantan dot com

Comments

  1. says

    Très belle article !
    J’aime beaucoup les petites notes historiques glissées au milieu de ce récit. Je trouve que ça le rend d’autant plus réel.

    Bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>