Jean Pelletier, une impasse frustrante

Temps de lecture: 4 minutes

A la question rituelle que posent les non initiés quand on leur dit qu’on fait de la généalogie – “Vous êtes remonté jusqu’où?” – il est bien difficile de répondre. Sur certaines branches, on arrive à pister son ascendance dans des registres paroissiaux du début du 17è siècle, et pour d’autres malgré nos efforts, on se heurte à ce qu’en France on appelle une épine généalogique, et chez nos amis anglosaxons un mur de briques.

La généalogie de maman est presque totalement en Poitou, avec une petite incursion en Maine-et-Loire. J’ai pu la remonter assez facilement et assez loin en règle générale, avec pourtant quelques murs de briques majeurs.

Arbre ascendant de ma branche maternelle – Situation octobre 2017

Pour certains généalogistes cet arbre est probablement bien vide, mais par rapport aux trois autres branches sur lesquelles je travaille, il est particulièrement complet.

Les trois murs de briques qui m’empêchent d’avancer, après la Révolution sont :

  • une enfant trouvée, Edvige Colnay, pour laquelle je ne pourrai jamais en savoir plus
  • le couple Pierre Brémand – Jeanne Gousseau, du côté de Thenezay, dont je n’ai toujours pas retrouvé le mariage, et pour lequel j’ai déjà expliqué les circonstances de mes recherches.
  • et enfin Jean Pelletier, mort  en 1792, et pour lequel je n’ai pu mettre la main sur aucun acte.

Jean Pelletier est l’ancêtre de mon arrière-grand-mère Clémentine Pelletier. Il porte un patronyme plutôt fréquent en France, qu’on orthographie Pelletier ou Peltier dans les Deux-Sèvres au 19è siècle, de façon totalement interchangeable.

Origine et répartition du patronyme Pelletier selon les bases de données Geneanet

De façon très classique, j’ai fait la connaissance de Jean Pelletier en lisant l’acte de mariage de son fils Pierre Pelletier avec Louise Alnet, le 10 octobre 1809, à Saint-Martin-du-Fouilloux. Pierre Pelletier et Louise Alnet sont les arrières grands parents de mon arrière grand mère Clémentine.

Cliquez sur l’arbre pour l’agrandir – Graphisme Heredis 2018

Le 10 octobre 1809 Pierre Pelletier, 30 ans, épouse donc Louise Alnet, 23 ans, à Saint-Martin-du-Fouilloux. Je viens de découvrir tout récemment qu’il s’agissait d’un remariage après veuvage pour Pierre, mais c’est une autre histoire.

Voici ce que dit l’acte :

sont comparus devant nous pierre pelletier cultivateur né le dix sept aout mil sept cent soixante dix neuf a la faucherie commune de st lin demeurant au grand fouilloux commune de st martin departement des deux sevres fils majeur a defunt jean pelletier decedé le deux fevrier mil sept cent quatre vingt douze a chapelle bertrand comme il est constaté par lacte de decès delivré a chapelle
bertrand, et de defunte marie carcaland decedée a la maison neuve commune de beaulieu le deux juin mil sept cent quatre vingt cinq comme il est constaté par lacte de decès delivré a beaulieu

L’acte m’indique le nom des parents de l’époux, et la date et le lieu de leur décès. C’est en théorie tout ce dont j’ai besoin pour remonter une génération supplémentaire.

Mais on peut déjà noter la diversité des  lieux de vie de la famille Pelletier : Naissance de Pierre à Saint-Lin, domicile actuel en 1809 à Saint-Martin-du-Fouilloux, décès du père Jean à la Chapelle-Bertrand, décès de la mère Marie à Beaulieu-sous-Parthenay. J’imagine que la famille Pelletier est une famille de journaliers, qui se déplace sur un territoire – ici le sud de Parthenay, une petite partie de la Gâtine, pour y trouver du travail.

Localisation des événements mentionnés dans l’acte de mariage de Pierre Pelletier

J’ai pu identifier quatre enfants au couple, dont trois au moins se sont mariés et ont une descendance.

  • Radegonde nait le 21/07/1774 à Vasles, au village de la Fondnoire
  • Louise nait le 22 novembre 1776 à Saint-Lin
  • Pierre nait le 17/08/1779 à Saint-Lin
  • Jean nait le 25/09/1781 à Beaulieu-sous-Parthenay.

Il est vraisemblable que le mariage de Jean Pelletier et Marie Renée Carcaignand soit intervenu entre 1769 – l’année où elle a eu 20 ans – et 1773.

Malheureusement, même si je connais les parents et les grands parents de Marie Renée, je ne suis pas sûre de savoir où elle vivait à cette période. Son père, Jacques Carcaignand, est mort le 10 octobre 1767 à Jazeneuil, dans la Vienne, quand elle avait environ 18 ans, et sa mère Marie Gaultier est morte le 16 juillet 1785, environ 6 semaines après sa fille à Beaulieu-sous-Parthenay. Je n’ai pas trouvé le mariage de Jean et Marie dans les registres de Jazeneuil, pas non plus dans ceux de Vasles ni de Beaulieu-sous-Parthenay.

Quant à l’acte de décès de Jean Pelletier en 1792, il n’est pas accessible, parce que tous les registres paroissiaux de la Chapelle-Bertrand ont disparu. Si le mariage a été fait en l’église de la Chapelle-Bertrantd, je ne mettrai jamais la main dessus.

La piste des parrains/marraines de leurs enfants est également inutilisable, ils ne sont jamais de la famille du père ou de la mère…

Il me reste l’espoir du contrat de mariage, mais sans la moindre indication d’un notaire, et sans aucune certitude qu’il y en ait eu un.

Pourtant, là, juste à côté, à Saint-Pardoux et à Mazières-en-Gatines, il y a quelques fratries Pelletier, avec de nombreux fils, depuis au moins 1700. Mais sans répertoire en ligne, sans nom de notaire, et surtout sans certitude qu’il y ait un acte notarié qui pourra débloquer la situation, il va m’être difficile d’en savoir plus pour l’instant.

Aperçu généalogique
Branche Reau
Nom: Jean Pelletier
Parents:inconnus
Epouses: Marie Renée Carcaignand
Lien de parenté: mon aïeul à la 8ème génération
  1. Jean Pelletier
  2. Pierre Pelletier
  3. Jean Pierre Pelletier
  4. Jean Pierre Pelletier
  5. Clementine Pelletier
  6. Achille Reau
  7. maman
  8. moi
Questions en suspens
  • Obtenir le contrat de mariage de son fils Pierre Pelletier avec MArie Vallet le 01/05/1805 – 11 florela an XIII – devant maitre Alexandre Prudent Baudouin, notaire à Parthenay
  • Vérifier les actes notariés aux AD de Niort: baux, contrats de mariage pour lui et ses enfants, testament, inventaires après décès
Sources et liens
  • AD79 – Registres paroissiaux de Beaulieu-sous-Parthenay
  • AD79 – Registres paroissiaux de Saint-Lin
  • AD79 – Registres paroissiaux et état civil de Saint-Martin-du-Fouilloux
  • AD79 – Registres paroissiaux de Vasles
  • AD86 – Registres paroissiaux de Jazeneuil

 

Print Friendly, PDF & Email

2 commentaires sur “Jean Pelletier, une impasse frustrante

  1. Bonsoir, vous avez écrit un article à nouveau très riche en méthodologie et documentation. C’est un régal de suivre le cheminement de vos interrogations qui permet de mettre au point une méthode de recherche lors d’un blocage 🙂

    Bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.