Eglantine Ardazire Peroche – 1844-1927


On l’appelait Angelina, pourtant ce prénom ne figure pas sur son état civil. Elle est née le 20 juillet 1844 à Latillé, au Bardeau, vers 11 heures du matin (1), au domicile de ses parents, Louis Péroche et Marie Magdeleine Alain, et elle a été déclarée sous le nom d’Eglantine Ardazire Peroche.

AD86 - Naissances Latillé 1843-1852 - vue 17/115
AD86 – Naissances Latillé 1843-1852 – vue 17/115

Ardazire ? Sérieusement ? D’où peut venir ce prénom rarissime … Un théâtre ambulant est il passé au village, laissant des noms venus d’ailleurs dans l’imaginaire de la maman ? Est ce un souvenir de ces Maures, remontés jusqu’à Poitiers il y a plus de mille ans ?

Angelina est une des arrières arrières arrières grands mères de mes enfants.

Sophie_6_generations_1
Arbre Geneanet sur 6 générations de mes enfants

L’ascendance d’Angelina reste sur de nombreuses générations autour de Latillé, et il a été facile de la remonter.

Arbre ascendant d'Angelina Peroche - Geneanet
Arbre ascendant d’Angelina Peroche – Geneanet

Quand Angelina vient au monde, ses parents ont déjà eu 5 enfants, deux filles : Marie Hortense (1832) (2) et Marie Julie (1834) (3) et trois fils, Jean Louis Alexis (1835) (4), Jean Pierre Bernard Alexandre (1838) (5) et Louis Charles Florent (1841) (6). Le petit Louis Charles est mort à l’âge de 2 ans, en 1843, quant à Marie Julie,  elle n’apparait plus ni dans les registres ni dans les recensements après la mention de son acte de naissance. Qu’est il advenu d’elle ?

Le recensement de 1846 pour Latillé n’a pas été conservé. A partir de 1851, les deux ainés, Marie Hortense et Alexis, sont domestiques et ne résident plus avec leurs parents et leurs frère et soeur plus jeunes.

Recensement-Louis-Peroche-Madeleine-Alain

Depuis au moins 1844, année de naissance d’Eglantine Ardazire, la famille habite au Bardeau, dans le haut du bourg de Latillé.

Photo d'une carte balisant un itinéraire de promenade à Latillé, projet scolaire de l'école communale il y a quelques années
Photo d’une carte balisant un itinéraire de promenade à Latillé, projet scolaire de l’école communale il y a quelques années

En 1851, Louis Peroche, qui a été bordier, puis journalier, est maintenant cantonnier à Latillé et le restera jusqu’à son décès. Angelina apprend le métier de couturière, et elle est la seule à habiter avec ses parents jusqu’à son mariage avec François Guignard, apparemment sans avoir été domestique dans une autre maison. Le privilège de la petite dernière …

Le mardi 5 octobre 1869, à 10h du matin, Eglantine épouse François Guignard (7), domicilié probablement depuis peu à Latillé. Alors que  la famille d’Angelina a des racines profondes dans le terroir de Latillé, François lui est né à Benassay, et ses parents habitent à la Chapelle Montreuil. Il est menuisier, et peut être vient il de terminer son service militaire, puisqu’il n’apparait en 1866 ni sur le recensement de Montreuil-Bonnin, qui inclut la Chapelle Montreuil, ni sur celui de Latillé.

Les parents des deux époux sont présents au mariage, situation qui n’est pas si fréquente à l’époque. Sont témoins Pierre Guignard, frère ainé de François, qui est venu de Rouillé, Ernest Guillon, menuisier à Latillé, Jean Allain, oncle maternel d’Angelina, marchand à Latillé, et Gervais Florimond Chénier, dit Emile, époux de Marie Elisabeth Allain, cousine germaine d’Angelina. François ne sait pas signer, en revanche Angelina signe, comme si souvent les filles Peroche depuis leur ancêtre Marie Escouault au début du 18ème siècle, épouse de Vincent Peroche.

AD86 - Mariages Latillé 1863-1872
AD86 – Mariages Latillé 1863-1872

Le jeune couple s’installe au Petit Bourg, dans une petite maison à étage, à droite dans une petite venelle qui donne presque en face de l’église. Une boutique, qui sert d’atelier à François, donne dans la cour. Le chemin descend ensuite vers l’Auxances, traverse un jardin potager, puis un pré dans lequel un lavoir en bois a été aménagé sur la rivière. C’est dans cette maison que François et Angelina vont vivre une grande partie de leur vie, que leurs trois enfants et leur unique petite fille vont naitre.

 

Latillé Petit Bourg, extrait d'une carte postale CIM - Collection privée
Latillé Petit Bourg, extrait d’une carte postale CIM – Collection privée

Plus tard, François construira lui-même, avec l’aide de son fils, une maison à l’entrée du chemin qui descend vers le moulin de la Juptière, à quelques dizaines de mètres. Dans ces deux maisons où Angelina et François ont vécu habitent encore aujourd’hui leurs deux seuls arrières petits enfants encore vivants, mon oncle et ma maman. Les maisons ont été modernisées, mais les lieux sont ceux qu’Angelina a habités.

Angelina met au monde trois enfants : Homère Gaston, né le 27 juin 1871 (8), mort à moins de six mois le 19 décembre 1871 (9), puis Marie, née le 7 décembre 1873 (10), qui vivra assez longtemps pour connaître les arrières petits enfants de son frère, et enfin Adrien Guignard  , né le 27 novembre 1876 (11).

Adrien Guignard - collection familiale
Adrien Guignard – collection familiale

Adrien appartient à la classe 1896. Il mesure 1,52m et est par conséquent exempté du service militaire pour défaut de taille (12). Il reste donc à Latillé, avec ses parents, et devient lui aussi menuisier.

AD86 - Registre matricule Poitiers 1896
AD86 – Registre matricule Poitiers 1896

Marie est lingère. Au début des années 1900, elle part travailler à Paris, rue de l’Université, et entretient avec sa mère une correspondance au travers de cartes postales, malheureusement non conservées. Marie reste célibataire toute sa vie.

Adrien se marie le 3 octobre 1905 avec Marie Angèle Quintard (13) , née à Latillé, au Bardeau tout comme Angelina. Ensemble, Adrien et Marie Angèle ont une fille unique, Marie Rose Guignard, l’unique petite fille d’Angelina Peroche et de François Guignard.

Marie Rose Guignard
Marie Rose Guignard

Quand la guerre éclate en août 1914, Adrien, exempté, pense échapper à l’orage. La victoire sera rapide, tout le monde croit aux paroles des hommes politiques. Mais la guerre continue, la famille répond aux demandes du gouvernement et donne à l’état, pour l’effort de guerre, les économies – en or – de tant d’années de labeur. Et la guerre continue encore, et Adrien doit partir. Affecté au 39e régiment territorial d’infanterie, il rejoint son régiment à Blois le 19 mars 1915. Par étapes, les soldats rejoignent les lignes de front. Presque chaque jour Adrien écrit à son épouse et à sa fille. Il a 39 ans, les conditions sont dures, Adrien tombe malade et meurt de méningite cérébro-spinale à Tonnerre, loin des siens, le 21 mai 1915.

En 1921, Angelina et François vivent dans la maison qu’ils ont construite, à l’entrée du chemin de la Juptière. Leur fille Marie vit avec eux, ainsi qu’une jeune pensionnaire, Marie Louise Willig, née apparemment à New York en 1910.

AD86 - Recensement Latillé 1921
AD86 – Recensement Latillé 1921
La maison familiale vers 1925 - collection privée
La maison familiale vers 1925 – collection privée

Lors du recensement du printemps 1926, Eglantine vit encore dans la maison avec son époux François et sa fille Marie.

AD86 - Recensement Latillé 1926
AD86 – Recensement Latillé 1926

Le 15 novembre 1926, leur petite fille, Marie Rose, épouse Achille Reau à la mairie de Latillé. La photographie du mariage a été prise au Prieuré à Cramard, là où habitaient les parents du marié, François Reau et Clémentine Pelletier. Est ce à cause de cet éloignement géographique – environ 5 à 6 kilomètres – de Latillé que je n’arrive pas à identifier Angelina Peroche et François Guignard sur la photo ? Il s’agit du mariage de leur unique petite fille, s’ils sont effectivement absents, cette absence cache t’elle une brouille familiale ?

Mariage de Marie Rose Guignard et d'Achille Reau - Archives familiales
Mariage de Marie Rose Guignard et d’Achille Reau – Archives familiales

La légende familiale raconte qu’à la fin de sa vie, Angelina avait des rapports tendus avec son époux, et elle aurait dit qu’elle ne voulait pas être enterrée avec lui …

Le 10 mai 1927, Eglantine Ardazire Peroche décède à Latillé. Elle a 82 ans et a passé toute sa vie dans le bourg de Latillé. Sa belle fille Marie Angèle déclare son décès à la mairie.

La mairie de Latillé ne dispose de détails sur les concessions du cimetière qu’à partir de 1932, je n’ai pas encore pu retrouver où Angelina a été enterrée. Est elle avec sa belle fille et son fils, dont le corps a été rapatrié de Tonnerre par mon oncle, à la fin des années 1960 ? Ou bien avec sa fille Marie et sa petite fille Marie Rose ? Et son désir de ne pas partager pour l’éternité une tombe avec François, son mari, mort le 14 juillet 1928, a t’il été respecté ? Cela reste pour l’instant un mystère.

Actuellement, Angelina et François ont 15 arrières arrières petits enfants, 24 arrières arrières arrières petits enfants, et 5 arrières arrières arrières arrières petits enfants.

Aperçu généalogique
Branche Reau
Nom : Angelina Peroche
Parents :Louis Peroche et Marie Magdeleine Alain
Epoux :François Guignard
Lien de parenté: mon arrière arrière arrière grand mère
  1. Angelina Peroche
  2. Adrien Guignard
  3. Marie Rose Guignard
  4. maman
  5. moi
Points à approfondir
  • Où sont inhumés Angelina Peroche et François Guignard
  • Service militaire pour François Guignard
  • Retracer l’histoire des deux maisons au Petit Bourg à Latillé
  • Visite aux archives de la Vienne
  • Acte de décès de Marie Julie Peroche
Sources et liens
  1. AD86 – Naissances Latillé 1843-1852 – acte 24 vue 17/115
  2. AD86 – Naissances Latillé 1823-1832
  3. AD86 – Naissances Latillé 1833-1842 – acte 25 vue 25
  4. AD86 – Naissances Latillé 1833-1842 – acte 41 vue 42
  5. AD86 – Naissances Latillé 1833-1842 – acte 24 vue 83
  6. AD86 – Naissances Latillé 1833-1842
  7. AD86 – Mariages Latillé 1863-1872 – acte 10 vue 80
  8. AD86 – Naissances Latillé 1863-1872 – acte 13
  9. AD86 – Décès Latillé 1863-1872 – acte 28 vue 78
  10. AD86 – Naissances Latillé 1873-1882 – acte 32 vue 9
  11. AD86 – Naissances Latillé 1873-1882 – acte 36
  12. AD86 – Registre matricule Poitiers 1896 – 1677-1791 – vue 33/129
  13. AD86 – Mariages Latillé 1903-1912 – acte 8 vue 26/109
Print Friendly, PDF & Email

5 commentaires sur “Eglantine Ardazire Peroche – 1844-1927

  1. Toute une partie de mes ancêtres est aussi issue de Latillé et je n’ai pas été surprise en parcourant votre
    blog passionnant, de tomber sur ce prénom si singulier de Ardazire. J’ai moi aussi une Ardazir / Ardazire dans ma famille, mon arrière arrière grand-mère, née à Latillé le 7 octobre 1829 : Geneviève Ardazir POIRAULT, dont le prénom usuel semble avoir été Angèle. Peut-être y a-t-il eu encore d’autres Ardazire dans la commune …

    Le mari de Geneviève Ardazir POIRAULT, Jean François CHANFREAU, a été témoin à Latillé en 1855 au mariage de Pierre ENGREMI et Marie Hortense PEROCHE, fille de Louis PEROCHE et de Marie ALLAIN. POIRAULT et PEROCHE, deux familles qui se connaissaient et avaient donné le même prénom à une de leurs filles …

    1. Amusant, la meme Geneviève Ardazir POIRAULT semble également faire partie de ma famille, qui porte le nom de Poirault et qui est originaire de la Vienne et des Deux-Sèvres.

  2. Votre récit est captivant et très prenant. C’est un plaisir de vous lire et de partager avec vous la vie d’une de vos ancêtres ! Merci pour ce partage

Répondre à Laurence ROUSSEAU Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.