B comme Brigitte


Durant tout le mois de juin 2017, dans le cadre du Challenge AZ, je vous raconte la vie des ancêtres de mon arrière-grand-père Jean Joseph Billard.


Dans mon ascendance directe, comme sans doute dans toutes les généalogies de France, le prénom féminin le plus représenté, c’est Marie, sans aucune hésitation. J’ai aussi beaucoup de Jeanne, un certain nombre de Sophie, de Michelle, de Catherine et même deux Geneviève. Mais jusqu’à ces dernières semaines, il n’y avait pas de Brigitte parmi mes Sosas.

Brigitte, pour ceux d’entre vous qui l’ignorez encore, c’est mon prénom, celui que mes parents m’ont donné dans le milieu des années 1950, quand la silhouette de Brigitte Bardot affolait le cinéma. 

Brigitte Bardot – Festival de Cannes 1953 –

Une petite Brigitte parmi tant d’autres de cette génération. 

Statistiques concernant le prénom Brigitte – Notrefamille.com

Oui, ce prénom est marqué, clairement marqué ….. 

Wikipedia me dit que le prénom, d’origine scandinave – tiens, revoilà mes origines Viking ? – a été porté par plusieures saintes chrétiennes. 

Wikipedia – Article “Brigitte”

Mais ce qu’internet ne me dit pas, c’est pourquoi ce prénom de Brigitte est porté avec une telle fréquence – plus d’une naissance sur 10 –  au 18e siècle dans le haut Languedoc, dans le petit village de Roquebrun et quelques uns des villages alentour.

Gallica – Carte générale de la France. 057, [Lodève]. N°57. Flle 112 / Gravé par le S.r Dupain Triel fils Ing.[énieu]r Geogr.[ap]he du Roi ; [établie sous la direction de César-François Cassini de Thury]
Et quand une de vos branches prend racine pendant plus d’un siècle dans un terroir qui utilise aussi fréquemment un prénom, vos chances augmentent de le voir arriver dans votre ascendance directe. 

C’est ainsi que le 22 février dernier, j’ai fait la connaissance de Brigitte Villebrun, mon arrière arrière arrière arrière arrière arrière arrière grand mère. Ou si vous préférez un petit dessin, voici où elle se trouve dans l’arbre de mon arrière grand père, Jean Joseph Billard.

L’enfance et la famille de Brigitte Villebrun

Brigitte  est probablement le 4ème enfant de François Villebrun et Jeanne Milhe.

Ses parents se sont mariés le 21 novembre 1671, dans l’église Saint André à Roquebrun (1). François doit avoir environ 25 ans, et Jeanne environ 20 ans lorsqu’ils se marient. Je n’ai pas retrouvé leurs actes de naissance pour l’instant dans les registres de Roquebrun, qui commencent en 1651, mais sont en assez mauvais état, pas dans un ordre toujours chronologique, et un peu lacunaires jusque vers 1700. J’imagine que Brigitte, dont je n’ai pas non plus l’acte de naissance, est née justement pendant la période lacunaire entre 1678 et 1685.

A sa naissance, elle a probablement déjà deux soeurs ainées : Marie Rose, née en 1672, et Elisabeth – peut être aussi connue sous le prénom d’Izabeau, à moins qu’il s’agisse de deux soeurs différentes – née en 1674, et un frère : François, né en 1678. Deux autres garçons vont compléter la fratrie : Antoine né vers 1683 et Joseph né en 1686. Peut-être y a-t’il d’autres enfants, je ne les ai pour l’instant pas encore trouvés.

Je ne sais pas exactement ce que fait François, il est sans doute laboureur, mais il sait signer, tout comme son père avant lui. Tous les deux signent d’ailleurs VillAbrun, ce n’est qu’à partir du 18e siècle qu’il semble que la graphie VillEbrun l’emporte définitivement.

BMS Roquebrun 1651-1678 – vue 97/150

Sur ce document, à droite vous lisez la signature du grand père, Pierre Villabrun, à droite celle du père, François Villabrun.

Du côté maternel, la situation semble être plutôt bonne. Je ne connais pas encore bien Barthélémi Milhé, le père de Jeanne, mais il a laissé une descendance fortement implantée dans le village voisin de Cessenon (2).

Les Milhé émergent des documents au XVIe siècle au masage d’Escaniès, paroisse de Roquebrun, diocèse de Béziers. Le premier déplacement fut pour s’établir dans ce village pittoresque où prospéra Barthélémy I. Milhé à la longue vie puisque né en 1614 et décédé en 1705 seulement. Les affaires marchandes, les prêts encore assez modestes mais nombreux, les achats de terres et de moulin scandent une vie archivistiquement bien dessinée.

Les deux soeurs ainées, Marie Rose et Izabeau, sont les premières à se marier, au tournant du 18e siècle.

Une longue vie de couple

Le 20 mai 1707, Brigitte Villebrun, qui doit avoir environ 27 ans, épouse Pierre Cot, un jeune homme dont les origines familiales sont a priori aussi enracinées que celles de Brigitte dans le terroir de Roquebrun (3). Pierre est légèrement plus jeune que Brigitte, il doit avoir entre 22 et 25 ans lors du mariage. Il est probablement né entre 1683 et 1685, à Roquebrun, donc au moment où les registres de baptême sont lacunaires. Pour estimer sa date de naissance, j’ai constaté que ses parents, Bernard Cot et Marguerite Ain, s’étaient mariés le 19 août 1682 (4). Ils ont une fille, Marguerite, qui nait le 31 janvier 1686 (5). Le 21 décembre 1686, Marguerite Ain, jeune maman de 25 ans, meurt (6). Pierre, son fils, est donc né avant Marguerite, et donc forcément avant la conception de Marguerite. Un bref calcul me donne un créneau pour sa naissance entre 1683 et avril 1685.

Le premier enfant du couple, la petite Marguerite Cot, nait le 25 septembre 1707, soit 4 mois après le mariage (7). J’en conclus qu’il ne s’agit pas uniquement d’un mariage arrangé, puisque les jeunes gens ont “fêté Pâques avant les Rameaux”. Comme si souvent, le grand père paternel et la grand mère maternelle, clairement identifiés dans l’acte, sont les parrain et marraine du bébé. Tout cela indique un mariage qui part sur des bases plutôt positives : des époux qui s’apprécient et des parents qui approuvent l’union.

Pierre et son père Bernard sont ménagers, l’équivalent dans le Languedoc de la profession de laboureur. Ils savent signer; sans être synonyme de richesse, tout cela dénote un niveau de vie correct pour la région et l’époque.

Entre 1707 et 1725, Brigitte met au monde 9 enfants, dont quatre au moins vont atteindre l’âge adulte et avoir une descendance.

Comme la tradition le veut, elle est la marraine des premières nées de Brigitte, puis de Marie.

Le 4 juillet 1759, Pierre Cot décède, à l’âge probable de 74 ans. Son décès marque la fin d’un mariage qui a duré 52 ans , des noces d’or qui ont traversé tout le début du 18ème siècle : la fin du règne de Louis XIV, la régence et une grande partie du règne de Louis XV. Quelle belle longévité.  Quelques mois plus tard, le 11 février 1760, Brigitte suit son mari dans la tombe.


Brigitte Villebrun, cette ancêtre dont je porte le prénom par-delà les siècles …. c’est tellement plus valorisant que de porter le prénom d’une star de cinéma.

Aperçu généalogique

Nom: Pierre Cot
Parents: Bernard Cot et Marguerite Ain
Epouse: Brigitte Villebrun
Lien de parenté: mon ancêtre à la génération 10

  1. Pierre Cot
  2. Marie Cot
  3. André Moustelon
  4. Pierre André Moustelon
  5. Paul Louis Barthélémie Philippe Moustelon
  6. Marie Thérézine Moustelon
  7. Jean Joseph Billard
  8. Gaston Billard
  9. Gaston Billard
  10. moi

Aperçu généalogique
Branche Billard
Nom: Brigitte Villebrun
Parents: François Villabrun et Jeanne Milhe
Epoux: Pierre Cot
Lien de parenté: mon ancêtre à la génération 10
  1. Brigitte Villebrun
  2. Marie Cot
  3. André Moustelon
  4. Pierre André Moustelon
  5. Paul Moustelon
  6. Marie Thérézine Moustelon
  7. Jean Joseph Billard
  8. Gaston Billard
  9. Gaston Billard
  10. moi
Sources, liens et ressources
  1. AD34 – BMS Roquebrun 1651-1678 – vue 86/150
  2. Etudes Héraultaises – 1989 – Municipalités et Révolution – Noblesse au village pendant la Révolution – un cas à Cessenon – par Jean-Denis BERGASSE
  3. AD34 – BMS Roquebrun 1685-1737 – vue 176/369
  4. AD34 – BMS Roquebrun Ceps 1681-1791 – vue 393/393
  5. AD34 – BMS Roquebrun 1685-1737 – vue 6/369
  6. AD34 – BMS Roquebrun 1685-1737 – vue 11/369
  7. AD34 – BMS Roquebrun 1685-1737 – vue 174/369

 

Print Friendly, PDF & Email

5 commentaires sur “B comme Brigitte

  1. Je n’ai jamais trop été impressionné par l’actrice Brigitte B (il faut dire que je l’ai connu en fin de carrière et que depuis ce n’est pas brillant) Par contre la généalogiste Brigitte S, là je dois dire chapeau !

  2. Très bel article qui me parle beaucoup! Très ému également de voir le nom de Jean Denis BERGASSE, un ami de famille cité dans les sources. Il nous a quitté il y a 16 ans, nous avons perdu ce jour là un puit de science et de connaissance dans l’histoire et la généalogie du biterrois. Une source plus que fiable!

    1. Je ne connaissais pas Jean Denis Bergasse, j’ai trouvé cet article qui parle de la descendance de Barthélémi Milhe, un de mes ancêtres, et j’ai trouvé ça vraiment bien fait et très sourcé. Merci pour le commentaire Thomas

Répondre à Brigitte Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.