Z comme Zinzin

Le ChallengeAZ cru 2016 se finit aujourd’hui, c’était ma quatrième participation, et la 3ème fois que je réussis à apprivoiser toutes les lettres de l’alphabet. Et oui, je reconnais que je suis bizarre, givrée, fêlée, barjot, dingo, en un mot, zinzin, pour m’être lancée dans l’aventure, y avoir pris goût et envisager d’y participer à nouveau lors de la prochaine session …

Le-zinzin-d-Hollywood

Cette année, j’ai travaillé autour du thème de ma branche parisienne, j’en ai profité pour fouiller, approfondir, transcrire, chercher, encore et encore, et j’ai fait de très belles avancées et découvertes pendant toute la préparation et la rédaction des billets que vous avez pu lire … et des idées de billets que j’ai laissés tomber. Et ma découverte la plus importante, c’est que c’est en se consacrant à une famille, une branche, pendant un certain temps, sans vadrouiller de ci de là comme je le fais habituellement, qu’on avance le mieux.

Alors pour l’édition  2017, je travaillerai à nouveau sur un aspect de l’arbre de mes enfants. Je pense m’attaquer en profondeur à mes Occitans, et donc à une partie de l’arbre de mon papa. Y penser dès maintenant va m’obliger à m’organiser pour aller faire un tour dans les lieux où ils ont vécu, et que je ne connais pas du tout, trouver quelques jours pour descendre aux archives de l’Hérault, de l’Aude et peut être du Tarn. Mon année généalogique 2016-2017, avec en point d’orgue le Challenge AZ, c’est donc à mes racines occitanes que je vais essayer de la consacrer principalement.

En attendant, je vous souhaite à tous un bel été, de belles lectures et beaucoup de belles aventures généalogiques.

Roquebrun, vallée de l'Orb, Herault, berceau des Moustelon
Roquebrun, vallée de l’Orb, Herault, berceau des Moustelon

Vous pouvez retrouver tous les articles écrits à l’occasion des Challenges AZ des années passées ici.

 

Print Friendly, PDF & Email

8 commentaires sur “Z comme Zinzin

  1. Merci Brigitte pour tes articles qui montrent bien l’arduité des recherches sur Paris — j’en connais également un petit morceau, et ce grâce à toi ! 😉 Je n’ai pas mis de commentaire derrière chaque article, mais je te dis bravo pour l’ensemble, et re-merci pour tout. @ bientôt, Sébastien

  2. J’ai lu tous vos billets à la fin du challenge pour avoir une compréhension un peu synthétique du projet de chaque auteur. Je ne sais ce qui m’impressionne le plus : vos découvertes, votre expertise des fonds, votre maîtrise d’excel, votre souci des sources et du partage, votre persévérance ou la découverte de ce milieu parisien aisé qui contraste tellement avec mes paysans foréziens. Je fais des recherches tout à fait amateures pour une belle fille dont les ancêtres étaient des domestiques et des bordiers des deux sèvres et de la vienne dont le dernier a épousé une pied-noire, descendante de lorrains, d’ariégeois et d’espagnols et je vais m’aider de vos travaux sur cette branche. Merci pour vos travaux passionnants que vous n’hésitez pas à partager.

    1. Bonjour et merci pour votre commentaire. J’ai comme votre belle fille des bordiers des deux sevres dans mon ascendance, j’aime beaucoup tous mes ancêtres paysans, les plus nombreux et de très loin dans l’arbre de mes enfants

  3. Toutes mes félicitations pour vos articles. Je les ai lus au fur et à mesure mais les relirai sans doute avec plaisir. J’y avais pris goût, dommage que cela soit terminé. Alors que je me réjouissais de ne pas avoir d’ancêtres parisiens avant les années 1870, vous m’avez presque fait le regretter, tant la richesse des documents que vous avez exhumés parait être une vraie mine d’or pour tout généalogiste. Je me doute cependant que derrière ces articles il y a de longues heures de recherches, souvent récompensées heureusement. C’est en grande partie à la lecture de votre blog et plus généralement grâce au challenge AZ 2016 que j’ai eu envie d’ouvrir mon propre blog, je me lance dans l’aventure ce week-end !

  4. Bravo pour un challengeAZ 2016 qui m’a beaucoup intéressé pour au moins 2 raisons : une méthodologie de travail et de recherche qui m’a impressionné, et la découverte d’un univers social parisien très exotique pour moi. 2017 devrait me plaire également, l’Occitanie étant aussi une région ignorée par mon arbre généalogique !

    1. Merci Raymond. Je vous avoue que pour moi aussi c’est très exotique, j’ai souvent l’impression de lire un roman d’aventure, et je me retrouve à ressortir mes Nicolas Le Floch pour voir ce que le roman raconte sur telle ou telle chose 🙂 Pour l’Occitanie, je suis très tentée, mais j’hésite encore un peu …. Alors Occitanie ou pas, on verra en 2017

Répondre à Benoit Villecourt Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.