Rootstech débarque à Londres

Temps de lecture: 5 minutes

Rootstech est une conférence qui allie généalogie – les racines, ou Roots – et la technologie – la partie Tech. Lancée pour la première fois en 2010 par FamilySearch, la branche généalogique de l’Eglise des Saints des Derniers Jours – communément appelée les Mormons – elle se tient tous les ans, au mois de février, à Salt Lake City, la capitale mondiale des Mormons.

Au fil des années, Rootstech est devenu une conférence énorme, qui attire régulièrement plus de 10 000 visiteurs en 3 jours, dans un hall immense, avec un grand nombre de conférences de tous niveaux, par des conférenciers de premier plan, et chaque jour un show à l’américaine qui met en avant les valeurs de Familysearch et ses partenaires commerciaux.

J’ai eu la chance d’aller deux fois déjà à Salt Lake City assister à Rootstech. C’est une expérience marquante pour une généalogiste française. J’espère y aller encore, mais les 12 heures d’avion et le coût élevé, ainsi que le fait que la conférence a lieu en février, mois que je réserve désormais à un séjour annuel en Thaïlande pour aller voir mon fils qui y vit, font que je reporte ma prochaine visite, d’année en année.

Mais voilà que fort de leur succès à domicile, les organisateurs de Rootstech ont décidé d’aller tenter leur chance à l’extérieur. Et pour leur premier match loin de leur base arrière, ils ont choisi de s’installer pour 3 jours à Londres, fin octobre, juste avant la date butoir du Brexit.

Rootstech s’organise autour de trois pôles, qui vont être les mêmes à Londres qu’à Salt Lake City.

  • Des conférences
  • Des exposants
  • Une réunion quotidienne mettant en avant des invités, des partenaires commerciaux, de nouveaux projets

Rootstech pour réussir en Europe doit s’adapter au monde plus calme et plus international de la généalogie du vieux continent. Les grands shows à l’américaine, les plaisanteries, tout cela doit avoir un parfum plus traditionnel, plus vieille Europe, pour faire venir les participants cette première année, et les faire revenir en 2020, si l’aventure continue.

A ce jour, une seule tête d’affiche est annoncée, la présence du scène le samedi de Donny Osmond, chanteur bien connu du public féminin anglosaxon de plus de 60 ans …

Pour les autres têtes d’affiche, on espère quelques figures anglaises des medias ayant des histoires familiales passionnantes, représentatives et européennes à partager.

Côté exposants, il est probable que les grands noms commerciaux de la généalogie, Ancestry, FindMyPast, MyHeritage, seront présents. Ils sont habituellement des sponsors de l’événement à Salt Lake City, j’imagine mal qu’ils ne soient pas à Londres avec des stands importants et bien placés.

J’espère que comme aux Etats unis, FamilySearch installera une batterie d’ordinateurs en libre accès, pour avoir accès à toutes leurs ressources, ou pour profiter d’un simili Discovery Center, pour revivre de façon conviviale l’histoire de vos ancêtres. J’imagine aussi qu’en plus des sociétés d’histoire familiale anglaise, il y aura de nombreux stands proposant des logiciels spécifiques, des applications, du matériel, en bref de la technologie.

Côté conférences, Rootstech vient cette semaine de mettre en ligne le programme prévu, sujet à quelques compléments. Mais les grandes lignes sont là.

Une première conférence quotidienne de 9h à 10h permettra de commencer studieusement la matinée, puis passage quasi obligatoire de 10h à 11h auprès des exposants. A 11h, conférence générale, avec donc un programme qui reste à préciser. A partir de 13h, reprise des conférences.

Vous allez donc avoir la possibilité d’assister chaque jour à 5 conférences différentes. 15 conférences en 3 jours, de quoi vous donner des dizaines de nouvelles idées.

Toutes les conférences proposées cette année sont en anglais. Une chose est sûre, si vous voulez profiter de cette conférence, un certain niveau de compréhension d’anglais vous est indispensable. Si vous voulez vérifier votre niveau, visualisez une des conférences des années précédentes en ligne sur internet. Si au bout de 15 minutes, vous êtes perdu, soyons francs, vous allez dépenser de l’argent pour pas grand chose.

En revanche, si votre niveau d’anglais est suffisant, avoir l’opportunité de vivre la généalogie à la sauce FamilySearch est une expérience que vous devriez envisager.

Côté programme, vous pouvez utiliser des filtres pour choisir les sessions qui vous intéressent. Attention, prenez bien les filtres de niveau au pied de la lettre. Le niveau Débutant s’adresse vraiment à des débutants. Le niveau Expert ne s’adresse pas à des débutants. Si vous ne connaissez à peu près rien à l’ADN, n’allez surtout pas assister à une conférence Expert.

Vous pouvez également trier les conférences selon le sujet abordé. Cette année encore, c’est l’ADN qui fait le plein de conférences. Vous pourrez si vous le souhaitez assister à 15 conférences différentes sur le sujet, toutes présentées par des experts anglo saxons reconnus. Vos origines européennes peuvent également être explorées, un certain nombre de conférences sur les recherches spécifiques dans tel ou tel pays du continent sont programmées. Et si vous avez des ancêtres dans une des régions des Iles Britanniques, vous allez pouvoir tout savoir.

Côté Tech, je trouve que le programme, mis à part l’ADN, est plus léger qu’à Salt Lake City. Il y a assez peu de conférences d’organisation, de présentations d’outils. Il y a surtout très peu de grandes figures américaines qui vont faire le déplacement. Blaine Bettinger, spécialiste de l’ADN, qui était présent à Birmingham pour The Genealogy Show, et à qui je demandais s’il serait aussi à Londres, m’expliquait qu’il ne pourra pas venir. Les conférenciers généalogistes sont sollicités de plus en plus partout dans le monde anglo-saxon et ne peuvent pas aller partout.

Donc les têtes d’affiches US habituelles seront rares. Si vous voulez les voir, il faudra vous offrir le voyage dans l’Utah ….

Côté organisation, Londres a beau être tout près de nous, n’attendez pas le dernier moment pour vous décider. Les prix de l’Eurostar augmentent au fur et à mesure qu’on se rapproche de la date du voyage, et vous trouverez probablement de meilleurs tarifs maintenant que si vous attendez deux semaines avant l’événement.

Quand au logement, Londres est un ville chère, une des plus chères du monde. Et pour arranger le tout, se tient à l’Excel, le centre où aura lieu RootsTech, à la même date, la version annuelle londonienne du ComicCon, qui va attirer beaucoup de monde. Il va devenir difficile de se loger pour pas trop cher à proximité de l’événement. Et si vous vous installez pour trois jours plus loin, quelque part à l’ouest ou au nord de Londres, rappelez vous que Rootstech aura lieu juste avant la date butoir pour le Brexit, et que des manifestations ou même des grèves peuvent perturber les transports publics …..

Si vous voulez vraiment venir, faites comme moi. Tout est maintenant réservé et bouclé – avec une assurance annulation, si un problème devait m’empêcher de me rendre à Londres à cette période.

Alors, allez vous rejoindre la fine équipe de Français qui étaient à Birmingham la semaine dernière et ont déjà prévu de se retrouver à Londres, pour Rootstech bien sûr, plus quelques Fish and Chips ou une bonne pinte de bière dans un pub soooo british ? N’hésitez plus, je suis sûre que vous ne le regretterez pas.

Tower Bridge with autumn leaves in London, England, UK
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.